Le président Herzog a provoqué l’émotion avec cette photo terrible

6
2012

Le président Yitzhak Herzog a pris la parole lors du rassemblement commémorant le jour du souvenir des martyrs et des héros de la Shoah, à Yad Vashem, et a transmis un message clair.

Be’hadré ‘Harédim – Yanki Farber

Herzog a dit : « Il y a des moments où une image en noir et blanc raconte toute l’histoire et fait écho à tous les mots. » Je me tiens ici devant vous, portant avec moi, sur mon cœur, une telle image. Une image rare que quiconque l’a vue ne pourra jamais oublier. Les yeux voient, l’esprit perçoit, et l’esprit ne veut pas croire, que le noir et blanc est en fait plus noir que le noir. Ce n’est pas une image des grands nombres, des milliers, des dizaines de milliers, des millions. C’est une photo d’une famille, un Juif. Une famille exécutée par le diable nazi Calgary et ses collaborateurs. Une mère et ses enfants au bord du gouffre. Le canon du fusil touche son dos.

« Vous ne pouvez pas voir le visage de la femme, pas même le visage de ses enfants. Juste avant que son corps ne s’effondre dans la fosse de la mort, elle se penche vers ses tout-petits. Et en un instant, tous les pistolets font de la fumée. Ils lui tirent dessus ensemble, ne se suffisant pas d’une balle. Les choses sont coordonnées. Efficaces. Un enfant est tombé sous elle. Avec le reste de ses forces, la mère a tenu son petit fils, qui était assis pieds nus sur ses genoux, sur le sol ensanglanté. Qu’a-t-elle chuchoté dans le petit l’oreille de l’enfant ? L’a-t-elle supplié de ne pas pleurer ? L’image est silencieuse, mais sa voix crie. Secoue. Paralyse. « Tu ne tueras pas. » « N’atteins pas l’enfant. » « Ne prends pas la mère pour les enfants. »

LIRE  A la suite de la visite de Ganz, les Palestiniens vont recevoir un demi milliard de shékels...

Crédit image : Archives des services de sécurité, Collection historique du Service de sécurité de l’État (StB) Prague, archives no. H-770-3.

Le président Herzog a déclaré que « la photo a été prise le 13 octobre 1941. Quand je l’ai vue dans le livre de l’historienne Dr Wendy Lower, un livre qui traitait de cette photo, et seulement dedans, j’ai senti tout mon être bouleversé dans le chagrin, la rage, la douleur. Ces atrocités ont eu lieu dans d’innombrables villes. Partout – le soleil brillait sur la vallée. Les oiseaux chantaient. La forêt était calme.

« Tout au long de l’Holocauste des Juifs d’Europe, des nourrissons, des filles et des garçons, des femmes, des personnes âgées et des hommes ont été conduits dans les fosses de la mort et abattus », a déclaré le président. « Personne ne l’a empêché ».

Il a dit : « Le massacre du peuple juif, l’heure la plus sombre de l’humanité, a commencé comme ça ; dans ce qui est devenu connu sous le nom de « la Shoah en balles « .

« Mes sœurs et frères, trois ans après l’ouverture des portes des camps de survivants de l’Holocauste, ils sont devenus les héros de la renaissance. Un miracle, un exemple, un symbole. Jamais des parents ne seront séparés de leurs enfants et envoyés dans leur dernier voyage, simplement parce que ce sont des juifs, et jamais, jamais, les meurtriers méprisables ne se tiendront pas derrière une famille juive, ne lui tireront dessus et ne la jetteront pas dans la vallée de l’horreur.

« Mes chers, la réponse juive à l’histoire est l’ordre de « Souvenez-vous ! Pas seulement une mémoire scientifique et stérile. Et pas seulement une documentation d’archives. Mais d’abord, à sa base – une mémoire existentielle et profonde qui donne un sens à l’histoire. Qui transperce notre conduite, qui fait grandir notre essence, qui fait de nous des êtres meilleurs, des gens plus méritants. »

LIRE  "Pas deux Etats ! Nous voulons tout ! Israël n’existe pas !"

… »Terre, ne couvre pas leur sang. Que la mémoire de nos frères et sœurs, les victimes de la Shoah, soit bénie et gardée dans le cœur du peuple, de génération en génération et pour toujours et à jamais. »

En conclusion, le président de l’État a déclaré : « Sur mon bureau, dans le bureau du président de l’État d’Israël, se trouve une seule et unique photo, qui ébranle tous ses spectateurs. Quiconque l’a vue, même une seule fois, ne pourra jamais l’oublier. Au centre de la photo : Dora Draillbert-Eisenberg originaire de Lodz, détenue numéro 55374 de  Auschwitz-Birkenau ; et avec elle – sa petite-fille – Daniela Har Zvi.

6 Commentaires

  1. Peut-être faut-il dire qu’au delà de la cruauté terrifiante des goyim, et pas seulement ceux-là, ceux de toutes les générations, depuis l’Egypte, Amalek et les autres, puis les Romains, les Chrétiens, les Russes, les Ukrainiens puis les Allemands, sans oublier ceux d’après, avec les Arabes à leur tête, se dresse aussi un autre élément : celui émanant de nos fautes et de notre conduite à nous…
    C’est vrai qu’il faut laisser à ce président le mérite de parler avec noblesse et intelligence, de vouloir dire quelque chose, mais, M. le président, permettez-nous de vous le dire : nous devons avoir conscience du fait que tout cela, dans les moindres détails, provient de nos transgressions et de notre abandon de la Tora ! Nous étions avertis, nous le savions, et voilà que c’est arrivé. Et vous, petit-fils de rabbanim importants et connus, l’un d’entre eux ayant même été rav à Paris, auriez pu ajouter un petit mot à cet égard, histoire de faire passer le message, de rappeler quelle est la nature réelle de notre peuple, quelles sont ses obligations, quels sont les risques qu’il prend quand il rate la marche, ainsi que notre histoire l’a prouvé tout au long des générations !
    Cela, en particulier sous un régime israélien anti-religieux comme cela n’a pratiquement jamais été – même Ben Gourion concevait une notion de vie en commune et de respect les uns des autres, alors que l’inadmissible équipe actuelle rejette totalement cette notion.

    • …Qui empêche la rédemption totale ?
      Le erev rav qui est attaché à Israël comme l’est le levain à la pâte et c’est lui le mécréant dont les autres apprennent de ses mauvaises actions. Quant aux nations, elles ne sont pas mélangées à Israël. Et par le fait qu’elles le font souffrir, le ramènent à de meilleures dispositions et rapprochent (ainsi) la rédemption. Zohar Haguéoula p280.

      Dure dure la vie…

    • D’où le savez-vous ?
      D’où avez-vous une idée des antécédants de tout être ? Le principe des guilgoulim et donc de comptes concernant chaque humain font partie des éléments essentiels de la Tradition juive, et sont acceptés par toute personne engagée dans la Tora.
      Sinon, toute l’histoire juive nous fera problème, quand, à chaque génération ou presque, des catastrophes se sont produites, et elles ont frappé les enfants également. Ni les grecs, ni les romains, ni les musulmans, ni les chrétiens, ne les ont épargnés, et les nazis non plus.
      Ou à tout le moins, la responsabilité collective peut avoir pour conséquences que les enfants non plus ne sont pas protégés ; puis, quand l’ange du mal frappe, il ne fait pas de distinction entre les coupables et les innocents.

Laisser un commentaire