Le président Herzog se mêle au conflit actuel…

1
121

Ce matin, le président du pays s’est adressé au public du fait du tumulte engendré par la réforme juridique et a déclaré : « La réforme juridique à l’ordre du jour est dramatique et suscite une grande opposition et une grave anxiété pour l’avenir de notre démocratie parmi les larges publics de la nation ». Le président a fait référence à ses tentatives de médiation et a déclaré: « Je consacre toutes mes forces à ces efforts et je n’ai pas l’intention d’abandonner ».

Be’hadré ‘Harédim – Photo : shutterstock

Le président de l’État, Yitshak Herzog, s’est exprimé hier lors de la deuxième conférence Ashmoret et a déclaré : « Je vois devant mes yeux les failles entre nous, qui s’approfondissent de plus en plus, et je ne peux m’empêcher de me rappeler que deux fois dans l’histoire – pendant les règnes de la Maison de David et des Hasmonéens – un État juif s’éleva en Terre d’Israël ; et deux fois il s’effondra avant qu’elle n’atteigne sa quatre-vingtième année. »

Herzog a précisé : « Permettez-moi de souligner avec insistance : je ne suis pas un prophète de la colère et de la destruction. Je ne l’étais pas et ne le serai pas. Je crois fermement à la résilience de l’État d’Israël et à la force du peuple merveilleux qui vit ici. Mais cela n’enlève rien au fait que nous sommes confrontés à une heure de test fatidique, qui nous affectera – pour notre peuple et notre pays. Nous devons reprendre nos esprits, prendre nos responsabilités et protéger ce que nous avons construit ici. « 

Selon Herzog : « La majorité des citoyens israéliens croient que nous sommes divisés sur le plan national, idéologique et religieux, et ressentent l’affaiblissement de la solidarité israélienne. Notre difficulté – les adultes – à gérer un différend, touche directement nos enfants. Un nouveau lexique de la polémique a été créé, violent et rempli de haine, et de l’incapacité à gérer un différend de manière respectueuse, Nous avons détérioré une situation où il y a un saut dramatique, horrifiant, dans la violence dans la sphère publique en Israël.

LIRE  Un champion de kayak polonais récolte des fonds pour rénover un cimetière juif

« Nous devons nous rappeler que nous partageons une patrie, partageons une maison ; que nos vies, notre destin et l’avenir de notre enfant sont liés. L’État d’Israël a besoin et peut atteindre la 80e année – l’âge des héros – lorsqu’il est plus uni et moins divisé, lorsqu’il, lorsque nous traitons sans crainte les différends en nous, afin qu’ils grandissent et nous construisent. La profonde compréhension de l’énorme valeur d’un différend pour l’amour du Ciel a été le fondement de l’existence de notre peuple au fil des générations et bien sûr une partie nécessaire de la démocratie. Mais il faut savoir gérer le conflit, qu’il s’agisse d’un conflit entre personnes, entre communautés, voire entre autorités gouvernementales ; et aujourd’hui – il semble que non seulement nous avons oublié comment nous mettre d’accord, mais nous ne pouvons même pas discuter.

« Nous devons viser des accords larges et non des soumissions. La conduite d’un jeu à somme nulle nous menace tous, car ceux qui se soumettent aujourd’hui se soumettront demain, et vice versa; et ainsi ni ceux-ci ni ceux-ci ne recevront une protection cohérente et permanente de leur valeurs », a déclaré le président.

Le président a également déclaré : « Le discours le plus urgent à l’heure actuelle concerne la réforme juridique promue par le gouvernement, qui suscite de vives controverses et de sérieuses inquiétudes parmi de larges couches du public. Ma position ferme, que j’ai déjà exprimée, est que le les fondements de la démocratie israélienne – y compris le système juridique, et les droits et libertés de l’individu et du citoyen – sont sacrés ; et nous devons les protéger – ainsi que les valeurs de la déclaration d’indépendance – avec la plus grande vigilance.

LIRE  Le protocole de la réunion d'avant Lag Ba'Omer dévoilé !

« La réforme juridique à l’ordre du jour est dramatique, et lorsqu’elle se fait très rapidement, et sans dialogue entre les citoyens et entre les représentants du pouvoir, elle suscite une forte opposition et une vive inquiétude pour l’avenir de notre démocratie auprès de larges publics de la nation – un processus qui nous conduit à une situation dangereuse. »

Herzog a ajouté: « Je voudrais clarifier: il est permis et approprié de critiquer chacune des autorités, et il est important de comprendre la profondeur de la frustration, de la colère et de la douleur qui sous-tendent la critique. Il est légitime d’avoir une discussion pratique sur les frontières du secteur et la relation entre les autorités – comme cela se passe dans de nombreuses démocraties dans le monde. Mais dans le dialogue. En écoutant. Sans démanteler nos fondations, sans jeter le bébé avec l’eau du bain, sans saper les infrastructures que nous avons construites avec tant d’efforts.

« J’observe la société israélienne, les citoyens et le système politique et public ; je vois les camps préparés et prêts tout le long du front pour une confrontation tous azimuts sur l’image de l’Etat d’Israël ; et suis anxieux que nous puissions être au bord d’une lutte interne qui pourrait nous dévorer. »

Le président a fait référence à ses tentatives de médiation entre les parties et a déclaré: « Comme vous le savez, je travaille depuis de nombreuses semaines pour tenter d’empêcher une crise constitutionnelle historique et d’arrêter la division de la nation. La maison du président est peut-être le seul lieu aujourd’hui qui réussisse à conserver la confiance des parties et à servir d’auberge protégée pour des discussions de fond au sein de cette polémique. Le lieu où aujourd’hui – ce jour même, et tous les jours de la semaine dernière et ceux qui l’ont précédé – les principales et peut-être les seules tentatives sont-elles faites pour remplacer une confrontation musclée par un jeu à somme nulle, par la mise en place d’un mécanisme qui permettra de gérer les différends et peut-être même de les résoudre pour les années à venir, d’une manière qui préserve la l’unité du peuple et de l’Etat d’Israël juif et démocratique. «

LIRE  Israël, un pays qui rajeunit

Le président a ajouté: « Je consacre toutes mes forces à ces efforts et je n’ai pas l’intention d’abandonner. Comme je l’ai déjà dit, je ne suis pas sûr du succès de la décision, mais je fais de mon mieux et plus. Les infrastructures que nous avons créées depuis un an nous aident dans ces efforts incessants. Je perçois des premiers signes de bonne volonté et j’espère que nous parviendrons à des résultats fondés sur un dialogue concret et respectueux entre les autorités et à l’écoute du public et de ses préoccupations. »

En conclusion, le président d’État Herzog a déclaré : « Je me tourne d’ici vers les dirigeants des systèmes et des autorités et j’appelle : nous sommes tous sous cette civière. Nous nous soucions tous de l’État d’Israël. Nous sommes tous attachés à l’État d’Israël. Faites preuve de responsabilité. Ne quittez pas la civière, et ne poussez personne dehors ! Prenez le temps nécessaire pour le bénéfice du discours, c’est essentiel. Tournez-vous vers le dialogue – avec un cœur ouvert et un esprit bien disposé. Le manque de dialogue – est déchirant nous séparent de l’intérieur, et je vous le dis clairement : ce baril d’explosifs est sur le point d’exploser. C’est une urgence, et nous en sommes responsables. »

1 Commentaire

  1. Il me semble que, contrairement à ce qu’affirme le Président Hereog quand il dit que « La réforme juridique à l’ordre du jour est dramatique, et lorsqu’elle se fait très rapidement, et sans dialogue entre les citoyens et entre les représentants du pouvoir, elle suscite une forte opposition et une vive inquiétude pour l’avenir de notre démocratie auprès de larges publics de la nation – un processus qui nous conduit à une situation dangereuse. », le dialogue a eu lieu par le canal des élections qui a donné une large majorité aux promoteurs de cette réforme et que ce n’est que la minorité – et encore seulement une partie d’entre elle – qui voit en elle une « menace » pour la démocratie, en réalité un menace pour le pouvoir qu’elle a perdu. Il faudrait que le Président n’oublie pas qu’il n’a qu’un rôle honorifique et qu’en tant qu’autorité morale, s’il veut la conserver, il doit rester dans la stricte neutralité et respecter lui-même la majorité élue au lieu de prendre parti pour la minorité sortante.

Laisser un commentaire