Le public en Israël est très choqué par la mort de trois membres d’une famille d’Ofakim

0
367

Tragédie dans la communauté orthodoxe : une mère et ses deux filles ont été tuées dans un accident mortel – la rabbanith Shoshana Glostein et ses deux filles. Un autobus dont le chauffeur a perdu le contrôle a fauché une mère et deux de ses enfants, épargnant une autre partie de sa famille, en veille de ce Chabbath, alors qu’ils faisaient des courses à Jérusalem.

La tragédie de la famille Glostein a choqué tout le public. Qui peut même réaliser l’immense douleur, ce deuil profond qui entoure la famille qui a perdu en un seul instant une mère et ses deux filles.

Ils sont juste allés à Jérusalem un jour anodin de Ben hazemanim. La mère, Shoshi, faisait des emplettes pour la Bar Mitzva du neveu, la naissance à venir et les vacances qui suivent. Le père a emmené les garçons se distraire en ville, afin de permettre à sa femme dévouée de s’organiser et de faire les courses qu’elle voulait faire.
Le gémissement d’une sirène d’ambulance se fit entendre, Mme Shoshana Glostein dit à sa belle-sœur qui se tenait à côté d’elle, que c’était la coutume de son père de réciter un chapitre de Psaumes chaque fois qu’il entendait passer une ambulance, ce qu’elle fit alors.

Lorsqu’elle ouvrit les yeux, elle vit le bus arriver à toute vitesse.

Tout le monde a commencé à s’enfuir, et elle a essayé de le faire aussi, mais la poussette dans laquelle était assis Hani, deux ans et demi, s’est coincée là, dans l’abribus, et la mère effrayée n’a pas pu bouger.

LIRE  Les Kohanim dispensés d'amende

Alors que le bus fonçait vers elle, elle a continué à essayer de dégager la poussette, jusqu’à ce que le bus emporte avec lui sa vie et celle de ses deux filles.

Le cinquième enfant de la maison, Sara, âgée de sept ans, n’a pas bougé ni fui, mais s’est accrochée à sa mère de toutes ses forces, lui faisant confiance pour la protéger du danger.
Et la plus jeune des enfants, ‘Hani, deux ans et demi, était toujours assise dans la poussette avec une tétine et une couche.

Les yeux sont pleins de larmes depuis ce terrible désastre, tout le monde comprenant que ce n’était pas seulement Shoushi Glostein et ses filles que la Suprême Providence voulait prendre, mais que c’était un signal et un message à l’ensemble du public.

Le père, un Talmid ‘Hakham important, a déclaré devant tous : « J’ai eu droit durant quelques années à leur présence, mon épouse, mes deux filles, que l’Eternel soit remercié pour cela ! »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire