Le Qatar finance le Hezbollah et se dit ennemi des Juifs

Le Qatar finance le Hezbollah et se dit ennemi des Juifs

0
170

Un entrepreneur de sécurité privé allemand, qui a travaillé pour les services de renseignement et de sécurité de la République fédérale, a prononcé des allégations qui font l’effet d’une bombe contre le régime du Qatar, déclarant que Doha finance le mouvement terroriste Hezbollah désigné comme tel par les États-Unis et l’UE et que l’Etat des Frères Musulmans a déclaré que les Juifs étaient les ennemis du petit État du Golfe.

Vendredi, l’hebdomadaire allemand Die Zeit a rapporté pour la première fois que l’entrepreneur en sécurité Jason G. avait obtenu des détails explosifs sur le financement du terrorisme au Qatar.

«À Doha, G. est tombé sur des informations peu recommandables. Il y avait un prétendu accord sur les armes doté de munitions de guerre venues d’Europe de l’Est qui devait être réceptionnées par une entreprise au Qatar. Et il y a eu des flux d’argent présumés de plusieurs Qataris riches et de Libanais exilés de Doha vers le Hezbollah – l’organisation qui fait partie du gouvernement libanais mais qui est internationalement interdite en tant qu’organisation terroriste et est complètement interdite en Allemagne depuis avril. Les dons auraient été traités en pleine connaissance de cause par des responsables gouvernementaux influents, par le biais d’une organisation caritative à Doha », ont écrit les journalistes chevronnés de Die Zeit, Yassin Musharbash et Holger Stark.

Le journal a ajouté qu ‘«un dossier épais contenant des matériaux compromettants a émergé, que Zeit a pu voir partiellement et qui est quelque peu explosif : Israël et les États-Unis tentent depuis longtemps d’assécher [les finances du] Hezbollah. Des preuves concrètes que l’argent circule par l’entremise du Golfe vers les groupes terroristes augmenteraient la pression sur le Qatar et pourraient conduire à des sanctions. »

LIRE  La fureur contre le rav Firrer !

G. a rencontré Michael Inacker, qui travaille pour la société allemande de relations publiques WMP, et qui est bien connecté à un diplomate qatari de haut niveau qui n’a pas été désigné par son nom dans l’article. WMP a également travaillé pour le régime du Qatar.

Die Zeit a rapporté que G. a présenté le matériel incriminant de Doha à la fois à un avocat berlinois bien implanté et à Inacker. Le document indique que la question a été posée de savoir combien on pouvait récupérer d’argent avec ce dossier.

«Les estimations allaient jusqu’à dix millions d’euros», a écrit Die Zeit.

C’est «peut-être le montant [cible] que l’informateur lui-même ou son avocat espérait retirer d’une vente», a déclaré Inacker à Die Zeit, ajoutant qu’il trouvait le matériel «potentiellement important pour lutter contre le financement du terrorisme islamiste».

On ne sait pas comment le rôle d’Inacker est passé de la protection d’un document sur le rôle présumé du Qatar dans le financement du Hezbollah à l’envie de le soumettre à l’examen public et à la lutte contre le financement du terrorisme. Inacker, cependant, a affirmé que l’existence d’Israël jouait un rôle important dans sa vie.

Le journal rapporte que «selon Jason G., à cause de la médiation d’Inacker, il y a eu une demi-douzaine de rencontres entre G. et le diplomate qatari».

Die Zeit a en outre écrit que “selon G., des commentaires malveillants sur Israël avaient également été faits lors de l’une des réunions, le diplomate [qatari] ayant déclaré de but en blanc que les Juifs étaient leurs ennemis”.

Le haut diplomate qatari n’a pas répondu à une question de Die Zeit concernant son présumé commentaire anti-juif. Selon des experts dans le domaine de l’antisémitisme, Al Jazeera, contrôlé par l’État du Qatar, publie et diffuse fréquemment des reportages antisémites.

LIRE  Liban, Tunisie, deux pays "modérés" à la peine

G. a déclaré avoir reçu 10 000 € à plusieurs reprises du diplomate du Qatar, dont 100 000 € supplémentaires sur une période de plusieurs mois.

Le journal rapporte que le régime du Qatar a offert à G. 750 000 € en échange de son silence sur sa connaissance du financement du Hezbollah par le Qatar.

Après l’échec des négociations, G. a offert ses services via son avocat dans le cadre du dossier à l’ambassade d’Israël à Berlin, a écrit Die Zeit.

Die Zeit a écrit que «ni le gouvernement de l’émirat ni l’ambassadeur du Qatar à Berlin ne veulent commenter les détails. Un porte-parole du gouvernement de Doha dit simplement que le Qatar ‘joue un rôle central dans les efforts internationaux de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme au Moyen-Orient. ». Le pays a «des lois strictes pour empêcher le financement du terrorisme privé», et toute personne prise en flagrant délit sera punie avec toute la dureté de la loi. »

Pourtant, le Qatar est depuis longtemps accusé de financer le terrorisme au Moyen-Orient. L’État monarchique fournit un espace organisationnel au mouvement terroriste désigné par les États-Unis et l’UE, le Hamas, ainsi qu’aux Taliban. Le Qatar a également construit une alliance solide avec la République islamique d’Iran – le pire État sponsor du terrorisme mondial, selon les administrations Obama et Trump.

En 2014, le ministre allemand du Développement, Gerd Mueller, a accusé le Qatar de financer des terroristes de l’État islamique. “Ce genre de conflit, ce genre de crise a toujours une histoire … Les troupes de l’Etat islamique, les armes – ce sont des fils perdus, certains d’entre eux venant d’Irak”, a déclaré Mueller à la chaîne publique allemande ZDF.

LIRE  L'effroyable affaire du docteur Marcel Petiot

«Vous devez vous demander qui arme, qui finance les troupes de l’Etat islamique. Le mot-clé est le Qatar – et comment traitons-nous politiquement ces personnes et ces États ? » dit Mueller.

Die Zeit a utilisé un nom différent pour l’entrepreneur en sécurité dans son article. Le Qatar a utilisé des opérations de surveillance aux États-Unis et dans d’autres pays pour espionner ses prétendus opposants– d’où la nécessité apparente d’utiliser l’alias Jason G.

Dans un développement lié au financement du terrorisme du Hezbollah, le Jerusalem Post a d’abord rapporté vendredi que le centre communautaire contrôlé par le Hezbollah dans la ville de Brême, dans le nord de l’Allemagne, achemine de l’argent au mouvement terroriste libanais Hezbollah.

Le service de renseignement intérieur de Brême a écrit dans son rapport de jeudi que le centre communautaire Al-Mustafa «est impliqué dans le soutien financier» de l’organisation terroriste chiite Hezbollah. Al-Mustafa a organisé une conférence avec un islamiste radical basé en Allemagne qui milite contre l’existence d’Israël.

On ne sait pas si Brême ou le gouvernement allemand fermera le centre Al-Mustafa à cause de son financement du terrorisme. Après que le ministère allemand de l’Intérieur a interdit toutes les activités du Hezbollah en avril 2020, les autorités ont fait une descente dans le centre Al-Mustafa.

Le Post a découvert le compte bancaire de l’organisation chiite – à la Sparkasse basée à Brême.

Vendredi, la banque Sparkasse n’a pas immédiatement répondu aux questions de la presse du Post.

jpost.com

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop