Le rav Abdeld’hak sort d’hôpital, et livre ses pensées sur la parachath Beréchith !

0
438
Étincelle de la parachath Beréchith
« Au commencement Hachem créa le ciel et la terre… »
RACHI HAKADOCH soulève une interrogation : vu que l’objectif du don de la Tora c’est principalement l’enseignement des Mitzvoth données au peuple juif, alors pourquoi avait on besoin d’entamer le livre de la Tora par le récit de la Création de l’univers ?
On aurait dû aller « droit au but » en commençant directement par la première Mitsva adressée au Am-Israel lors de la sortie d’Égypte, notamment la Mitzva de sanctifier Roch Hodech à chaque début du mois (c’est une ordonnance qui figure dans le livre de Chemoth)
Ainsi on aurait pu « économiser » tout le Séfer Beréchit !
RACHI de répondre : Hakadoch Baroukh Hou souhaitait d’emblée fournir un argument de réponse aux Bené Israël, face aux objections que les nations du monde pourraient éventuellement leur adresser plus tard.
De quoi s’agit-il ? De la conquête de la terre de Cana’an par Yehochoua Bin Noun le successeur de Moché Rabenou. Le pays qui deviendra désormais la propriété définitive du peuple juif : Èrets Israël !
Les Goyim pourront alors prétendre qu’on s’est comporté comme des brigands, puisqu’on a spolié injustement la terre des cananéens ! C’est la raison pour laquelle, la Tora commence par nous raconter qu’Hachem créa le monde ex-nihilo afin que l’on sache pertinemment que c’est lui le Maître du Monde et que c’est Lui qui décide de tout.
En effet au début, Hachem avait attribué cette terre aux cananéens, mais ensuite il décida de leur confisquer, vu la profanation de la terre sainte par leur comportement abominable, il l’offrit plus tard à Israël le peuple sacré qui recevra la Tora et se mettra au service du Créateur.
Il fallait donc nécessairement, raconter le déroulement de l’histoire de l’humanité depuis le début : Hachem créa l’homme l’installant dans le paradis. Il a immédiatement failli à son devoir en consommant du fruit interdit. Chassé du Gan Eden il donne naissance à une une descendance d’une dizaine de générations consécutives, dont l’une était pire que l’autre jusqu’au déluge. Les seuls rescapés du Maboul ce seront Noa’h le juste, et ses enfants.
Mais à nouveau c’est la chute libre des hommes spirituellement parlant, avec la construction de la tour de Babylone par Nimrod, qui entraînera ses contemporains à une rébellion générale contre Hachem.
Malgré tout ce déclin, le positif commence à pointer à l’horizon, grâce à l’arrivée au monde de la Lumière de tous les temps, notre saint patriarche Avraham qui, non seulement ne se laissera pas entraîner par l’idolâtrie, mais bien au contraire il fera découvrir à l’humanité l’existence du Créateur unique et diffusera le monothéisme.
Hachem, au moment où Il Se révéla à Avraham Avinou, Il lui promis ce merveilleux cadeau pour sa descendance : « ÈRETS ISRAEL sera offerte à tes enfants le AM ISRAËL, en récompense de ton dévouement à Mon service »
En effet, Am Israël sortit miraculeusement d’Égypte, traversa la Mer-Rouge, reçu la Tora dans le désert et finalement Hakadoch Baroukh Hou accomplit Sa promesse faite aux ancêtres Avraham Itz’hak et Ya’akov, à savoir : offrir le pays de Canaan à leurs descendants.
Bien que l’on ait compris maintenant le bien-fondé du récit de Béréchit par rapport à Èrets Israël, on reste tout de même perplexe : est-ce que vraiment les nations du monde seraient convaincues par une telle explication ? Y aurait-il une chance quelconque qu’elles l’acceptent ? Évidemment aucune !
D’ailleurs nous vivons jusqu’à présent douloureusement et en tension continue, une « remise en cause » par rapport à notre présence sur la Terre Promise ! Quel est donc l’intérêt de cet « argument » ?
Il faut donc comprendre qu’en effet, cet « argumentaire » avait pour objectif de rassurer le peuple juif lui même, afin qu’il n’ait aucun problème de conscience lors de la conquête d’Eretz Israël et qu’il soit convaincu de la justesse de sa démarche qui correspondait à la Volonté divine.
Voilà pourquoi il fallait que la Tora « retrace l’historique depuis la Création du Monde jusqu’au don d’Eretz Israël » afin d’apaiser le peuple juif et le rassurer.
Mais là surgira une question fondamentale et légitime : comment comprendre la démarche divine ? Si Hakadoch Baroukh Hou avait Lui même déjà donné cette terre aux cananéens, comment pouvait il  leur retirer plus tard ? Pourtant « Donner c’est donner. Reprendre c’est voler ! » dit le proverbe !? À priori ça semble être une injustice, ‘has vechalom !?
La réponse aura lieu par le biais de la réflexion suivante : pourquoi généralement, on ne peut revenir en arrière et retirer un objet déjà offert ? Tout simplement car il n’appartient plus à son ex-propriétaire ! Or lorsqu’Hachem donne quelque chose,l’objet Lui appartient toujours ! Et Il pourra donc le récupérer à n’importe quel moment pour l’offrir à autrui.
D’où provient cette différence entre le cadeau « divin » et le cadeau « humain » ?
Voici la logique : lorsqu’un homme fabrique un objet, l’objet continuera d’exister de manière autonome et sans aucune intervention de la part du fabricant. Exemple : un horloger une fois qu’il a fabriqué la montre, elle continuera de fonctionner indépendamment de sa volonté.
Donc en offrant un objet quelconque à quiconque, il y’a un transfert total de propriété.
« une coupure du cordon ombilical » entre l’objet et son ancien propriétaire. C’est la raison pour laquelle, le donneur d’objet ne pourra pas revenir sur sa décision et regretter ce cadeau.
Ce qui n’est pas le cas de la création divine ! Hachem certes créa tout le cosmos ex-nihilo, mais Il le renouvelle à chaque instant « Hame’hadesh betouvo bekhol yom tamid ma’assé Beréchith ».
Et s’Il s’arrêtait de renouveler « l’énergie de l’existence » ne serait ce qu’un petit instant, tout serait immédiatement réduit au néant.
De ce fait, lorsqu’Hachem donne quelque chose, en réalité Il continue de l’entretenir et de le maintenir en existence, même lorsqu’il se trouve entre les mains de celui qui l’a reçu.
Ce qui veut dire en d’autres termes, qu’Il donne et redonne en permanence, car sans le renouvellement constant de l’objet cette créature est vouée à disparaître d’elle même, entre les mains de celui qui l’a reçue.
On aura donc compris à présent qu’en effet, lorsque Hakadoch Baroukh Hou avait attribué Èrets Canaan aux cananéens, c’était un don en vigueur tant qu’il le souhaitait. Mais lorsqu’Il décida de leur retirer c’était Son droit légitime.
Autrement dit : « Il ne leur a pas retiré la terre », Il a tout simplement cessé de la leur donner. Et ça c’est légitime.
(À l’instar d’une personne qui fournissait de l’électricité gratuitement à son voisin, par le biais d’un câble électrique. À un moment donné, il décida d’arrêter et débrancher la prise électrique. Voici que le voisin arriva se plaindre, prétendant qu’il n’avait aucun droit de suspendre l’électricité puisqu’il s’était engagé ! La réponse fut : « Certes pour le passé je ne peux pas te faire payer, car je te l’ai déjà offert. Mais pour le futur je n’ai aucun engagement à te fournir gracieusement… »)
Voilà pour ce qui en est de la compréhension des paroles de RACHI.
Par extension, je souhaite appliquer la même idée au niveau de notre vécu personnel.
Lorsqu’Hachem nous a créé, Il nous a offert la vie, la santé : tout ce que l’on est, et tout ce que l’on a. Généralement nous vivons avec l’impression que tout est acquis, que tout est figé et stable et que rien ne pourra véritablement changer de manière significative.
Et bien cette vision n’est qu’une illusion ! La stabilité n’existe pas ! Tout peut basculer du tout au tout en un instant ! Si Hachem S’arrête de donner la vie, il n’y en a plus ! C’est pareil pour la santé et pour tous les acquis !
C’est pourquoi nous le remercions dans Birkath Hamazon pour les cadeaux du passé, présent et L’implorons pour le futur. « Hou hétiv lanou, Hou métiv lanou, Hou yétiv lanou
Hou guemalanou, Hou gomelenou, Hou yigmelenou la’ad ‘hen va’hessed… vekhol tov ».
Il ne cesse de déverser sur nous son flux de bonté divine,à chaque instant.
« POTEA’H ETh YADEKHA OUMASBIAH LEKHOL ‘HAY RATZON »
Idem à l’échelle universelle, la pérennité de toute l’humanité n’est que la résultante du maintien en permanence du monde, par le Créateur. Mais dés lors où Hachem « débranche un câble » du réseau divin, alors la partie du monde correspondante sera ébranlée. Ça pourrait se traduire par l’apparition d’un virus destructeur qui met le monde à genoux, par exemple.
Il faudra donc dans ces circonstances, se connecter à nouveau à la Source de vie, afin de retrouver le droit à l’existence.
« KI IMEKHA MÉKOR HAYIM »
Tu détiens la source de Vie !
« VÉATA MÉ’HAYÉ ETE KOULAM »
C’est Toi qui fait vivre tout le monde !
[PS : Selon RAMBAN : Depuis le début, la Terre d’Israël fut confiée à Cana’an uniquement dans l’objectif de construire et développer ce pays en faveur d’Israël, et nullement pour lui même.
Canaan était l’esclave de Chem, comme l’avait d’ailleurs déclaré Noa’h dans sa malédiction « Maudit soit Cana’an ! Il sera le serviteur de ses frères ». Donc dans son rôle d’esclave, il devait simplement construire et élaborer le pays au profit de « son maître » le peuple d’israël descendant de Chem, avant qu’il ne vienne en disposer.
Selon ce commentaire en effet, la terre n’a jamais été la propriété de l’esclave qui devait juste l’a travaillée, elle était destinée d’emblée à Israël]
DVAR TORA ÉCRIT AU PROFIT
De la guérison de tous les malades !!!
De toutes les personnes en bonne santé afin qu’elles ne tombent jamais malades ! Jamais jamais jamais !
De toutes les personnes qui vivent dans la difficulté qu’elles retrouvent la sérénité !
De toutes les personnes qui cherche leur âme-sœur, qu’elles puissent la retrouver rapidement  !
De toutes les personnes qui souffrent dans leur « couple » qu’elles puissent retrouver le chemin du dialogue et de l’amour !
De tous les parents qui « galèrent » au niveau de l’éducation ; que leurs enfants leur procurent que de la satisfaction en suivant le chemin de la Tora !
Que toutes les personnes qui recherchent le bonheur-qui se cherchent encore dans la vie ; qu’elles aient la clairvoyance de choisir le chemin de la Tora et des Mitsvoth pour une réussite parfaite dans les deux mondes Olam Hazé et Olam Habba.
BÉ’EZRAT HACHEM
LIRE  Parachath Vayétsé   

Aucun commentaires

Laisser un commentaire