Le rav Zilberstein a statué : « Prendre le tramway, c’est sanctifier le Nom divin ! »

0
325

De nombreux avis ont été émis à propos de cette question, mais de nombreux érudits n’étaient pas satisfaits et voulaient entendre une décision nette et claire de la part des grands et des anciens rabbanim, et ont envoyé la question à rav Zilberstein.

Aroutz 2000

La polémique qui agite aujourd’hui le monde de la Halakha tourne autour de la question de savoir s’il est permis de voyager à bord du tramway, ou métro, entré en service la semaine dernière, puisque la construction des tunnels et l’ensemble du processus de travail ont également eu lieu le jour du Chabbath, le jour saint, et la Halakha interdit d’utiliser et de profiter d’une telle profanation. De nombreux avis ont été émis, mais le public n’était pas satisfait et voulait entendre une décision nette et claire d’un grand décisionnaire, et elle a été envoyée à rav Zilberstein.

La question a déjà été posée voici quelques années, et le rav a cité l’avis de rav Nissim Karlitz zt’l (‘Hout Shani Chabbath 18 chapitre 22, section 15) qui s’est penché sur un cas d’un pont qui a été délibérément construit pendant le Chabbath (sans doute pour des raisons de commodité), et a écrit que personne ne peut l’interdire à cause d’un travail effectué pendant le Chabbath car il est destiné à l’usage public, mais il a conclu que même s’il trouve une permission, il y a un blasphème là-dedans, et donc il est approprié pour ceux qui craignent D’ de s’abstenir d’utiliser ce pont construit d’une telle manière.

Maintenant que la question est devenue particulièrement pratique et d’actualité, et s’apparente presque à un « décret que le public ne peut pas respecter » puisque l’utilisation du tramway facilite grandement la tâche des usagers des transports publics du centre du pays, un enregistrement a été publié sur la ligne Sia’h Yitz’hak dans laquelle le petit-fils du rav, le rav ‘Haim Malin pose la question au rav Zilberstein. Notez une transcription de l’enregistrement :

Le petit-fils : « Maintenant qu’ils ont fini de construire le tramway, et qu’ils l’ont construit le Chabbath, même le Chabbath et en fait surtout le Chabbath, profanant vraiment le Chabbath. Il y a quelques années, vous avez donné une réponse à ce sujet, qu’il ne peut être interdit, car il est du domaine appartenant au public. Vous avez évoqué le nom du rav Nissim Karlitz qui explique sur chaque pont construit le Chabbath comment il est permis de circuler dessus, car c’est un domaine public et qu’ils ne peuvent pas nous interdire d’y circuler. Mais là, vous aviez conclu que, puisqu’il avait été construit en profanation du Chabbath, il n’était pas approprié d’y voyager.

Aujourd’hui, dans la situation actuelle, il y a beaucoup de femmes de Avrékhim qui travaillent dans le centre de Tel Aviv, et au lieu d’une heure et demie de bus dans les embouteillages, c’est dix minutes de trajet en tramway, maintenant vendredi il a commencé à fonctionner, les gens sont en attente et demandent, beaucoup d’Avrékhim m’ont demandé de vous demander.

Le rav : ‘Je dis que c’est autorisé, pourquoi ? Parce que c’est la sanctification d’Hachem… Pourquoi ? Depuis que le gouvernement a dit qu’il ne fonctionnerait pas le Chabbath, qu’il ne travaillerait pas le Chabbath, qu’à partir de maintenant il ne circulerait plus le Chabbath, le gouvernement a exprimé son respect pour la Tora ici, que le train ne fonctionnera pas le Chabbath. Chabbath, la station est fermée.

Rav Malin : Mais cette ligne a été construite le jour du Chabbath ?

Le rav : Après tout, personne n’interdit quelque chose qui ne lui appartient pas, et le point principal de la loi est la permission du rav Nissim, qu’il s’agit d’un bien public, et ils ne peuvent pas nous l’interdire. Seulement quoi ? Ce n’est vraiment pas agréable (de savoir qu’il a été fait pendant Chabbath), mais ici c’est une bonne chose qu’ils annoncent que le train ne circulera pas pendant Chabbath. Vous pouvez donc leur dire que c’est autorisé ».

Aucun commentaire

Laisser un commentaire