Le retour au calme dans le jardin d’enfant ?

0
87

Cela peut également arriver dans les meilleurs jardins d’enfant au monde : après une période de grands cris et de baggares qui semblent ne pas avoir de fin, les enfants (en l’absence regrettable d’un « adulte responsable ») finissent par arriver à des accords et des concessions… En l’occurrence, le gouvernement à deux têtes indisciplinées et, surtout, incapacables de dépasser les intérêts de leurs propres personnes et de leurs groupes (ce n’est pas la même chose), semblent avoir trouver LA solution : tout le problème est que dans deux semaines, c’est la dernière limite pour fixer le prochain budget (sur un an ou sur deux ans, c’est là tout le débat) ? Eh bien, qu’à cela ne tienne : repoussons la date butoir, et tout ira bien ! On pourra continuer à se battre, et le soleil cessera sa continuelle course, le temps que l’on arrive à une issue – sans doute du reste que finalement, en dépit de temps pour qu’un budget pour l’an 2020 ait un sens, tout le monde versera au 1e janvier 2021 à une formule de budget pour ladite nouvelle année civile. Génial, non ?

Ecoutez, pour un jardin d’enfant, c’est pas mal.

Et pour les Juifs ? Sans budget annuel, tout est bloqué, le développement, les subventions au secteur industriel et économique, et aussi pour les classes défavorisées. Inutile de préciser que les institutions d’étude sont en particulier lésées, après des restrictions budgétaires sans fin.

D’un autre côté, il ne fait pas grand doute que Netaniahou vise à faire tomber l’actuel gouvernement, qui est à proprement dire ingérable, sans parler du fait que permettre à Gantz d’arriver au pouvoir est, effectivement, une option plus qu’inimaginable. Bennet est déjà mieux…

LIRE  Que peut faire un gouvernement de transition en Israël?

Cela semble être la direction ce matin, ce lundi 10 août. Shass l’appuie, Yahadouth haTora non pour l’instant, le président du comité des Finances, le rav Gafni, étant d’avis qu’il faut à tout prix que le budget soit fixé dans l’immédiat – mais sans doute le désordre qui règne dans le jardin d’enfant ne le permettra-t-il pas présentement.

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire