Le secret de notre pérennité

0
46
Treasure Chest - Open Ancient Trunk With Glowing Magic Lights In The Dark

Réflexion sur la paracha de la semaine par le rav Mordekhai Bismuth:

Balak, roi de Moab, demande au prophète des nations Bilaam, de maudire le peuple d’Israël. Bilaam tente de le faire, mais chaque fois, au lieu d’une malédiction, c’est une bénédiction qu’il profère. Dans la première de ces interventions, il dira :  « … Ce peuple, il vit solitaire, il ne se confondra point avec les nations » (Bamidbar/Nombres 23,9).

Le Talelei Oroth nous rapporte un discours du rav El’hanan Wasserman sur ce verset.
Observons la différence entre « peuple-‘Am » et « nation-Goy ». Le terme « Goy » désigne une population qui habite sur une terre donnée, à laquelle elle est profondément attachée, alors que « ‘Am » est un groupe ethnique qui se distingue par sa langue, ses vêtements et ses coutumes, sans posséder de terre ou d’Etat spécifique, il constitue un peuple.

Israël na pas besoin d’un pays pour accéder à l’appellation de « ‘Am », car le fait même que ses membres résident « solitaires », à l’écart des nations et de leurs coutumes, cela en fait un peuple, qui «… ne se confondra point avec les nations ».

Notre identité ne dépend pas d’un pays, nous n’avons pas besoin d’un territoire pour être ‘Am Israël.

L’histoire en témoigne, plus de deux mille ans d’exil et d’errance à travers le monde, et notre peuple est bel et bien toujours vivant !

Combien de peuples, peuplades, puissances, ont été et ne sont plus aujourd’hui ?
Car après avoir été conquis ou expulsés de leurs territoires, ils se sont assimilés aux us et coutumes du nouveau dirigeant, colon, dictateur… et ont disparu tout naturellement. Plus une seule trace de leur existence, si ce n’est dans les musées ou livres d’histoire.

LIRE  Rabbi 'Hayim 'Hizkiyahou Medini halévy,

Nous sommes un exemple unique dans les annales de l’histoire du monde ! Un peuple privé de sa terre et dispersé aux quatre coins du globe terrestre, qui a su garder son identité et ses spécificités, sans avoir été désagrégé par les affres de l’exil.

Le secret de notre pérennité réside dans la seule chose qui nous est vitale, et qui nous constitue : notre Tora, avec l’observance et la pratique de ses Mitsvoth. Comme il est dit : « Israël ve-Orayita ve-Koudcha berikh Hou ékhad » – Les Juifs, la Tora et D’ sont indivisibles.

Aussi longtemps que nous conserverons ce principe, alors le peuple juif n’encourra pas le risque d’être absorbé par les nations du monde.

L’avenir est entre nos mains, la survie de notre peuple et de notre Terre dépendent uniquement de notre volonté à préserver notre identité.

Les héros de notre histoire ne l’ont pas été parce qu’ils étaient de grands guerriers, des grands orateurs, ni des conquérants… mais parce qu’ils étaient tout simplement des hommes de D’, des hommes de Tora, intègres et droits.

Notre richesse n’est pas l’or, ni la gloire, les prix Nobel, les technologies de pointe, les arts ni les modes, tout cela c’est bien pour les autres !

Notre richesse est notre Tora, elle constitue notre identité, notre raison de vivre et d’exister. Elle est la raison d’être même du monde.

Chacun d’entre nous a le pouvoir, et donc le devoir, de faire vivre notre peuple, en se rapprochant de notre Tora et en s’éloignant des nations du monde.

LIRE  Visite du tombeau de Otniel Ben Kenaz, à 'Hévron....

L’assimilation est un terrible danger, nous avons survécu jusque-là mais le danger menace encore, peut-être plus que jamais !

N’oublions pas qu’elle fut la cause de la disparition de millions d’entre nous. Il faut savoir que si j’agis comme un Juif, en conservant la Tora, Hachem a promis de me bénir et de me faire dominer sur mon frère Essav comme il écrit (Beréchit 27,28-29) : « Et Il te donnera, Ha-Elokim, de la rosée… des peuples te serviront, et des nations se prosterneront devant toi… ». Mais si je m’assimile en abandonnant la Tora, c’est lui qui me dominera, et je perdrai ma bénédiction.

Comme la Tora nous l’annonce clairement (Beréchit 27;22) : « La voix, c’est la voix de Ya’akov, et les mains sont les mains de ‘Essav », ce qui signifie que tant que Ya’akov (et nous) fait raisonner la voix de la Tora, alors les actions de ‘Essav (Goyim) seront sans impact. L’histoire nous le prouve, n’oublions rien, et prenons la leçon du passé.
Israël vivra, Israël vaincra, il ne suffit pas de le chanter… ACTION !!!

Chabbath Chalom

Rav Mordekhai Bismuth

Extrait de la Daf de Chabat disponible sur notre site OVDHM.com

https://www.ovdhm.com

Israël : +972(0)548 41 88 36

Aucun commentaires

Laisser un commentaire