Le vote de la loi limitant le mandat du Premier ministre a été reporté de deux mois

0
28

La coalition est obligée de reporter la loi restreignant le sacerdoce à la prochaine session • En outre, la coalition a informé l’opposition qu’elle ne sera plus obligée de compenser les patients corona lors de la prochaine session concernant la législation qui exige 61 • « La coalition respectera la décision de ne pas violer la compensation »

Be’hadré ‘Harédim – Benjamin Berger –

La coalition a décidé aujourd’hui (lundi) de ne pas faire passer en troisième lecture cette semaine sur la loi restreignant le mandat du Premier ministre proposée par Gideon Sa’ar (notre photo). La décision est due au fait qu’il n’y a pas une majorité de 61 députés requise pour adopter la loi parce qu’un député de l’opposition est positif au corona et qu’il existe un accord pour ne pas violer la compensation avec l’opposition en raison des restrictions de Corona.

Un haut responsable de la coalition a déclaré aujourd’hui que la coalition respecterait la décision de ne pas compenser les compensations avec l’opposition en raison des restrictions de Corona, mais il a été décidé qu’à partir de la prochaine session, il n’y aurait pas de compensations sur les lois nécessitant 61 votes.

Comme indiqué, faute de la majorité requise, il a été décidé de reporter le vote en troisième lecture de la loi limitant le mandat du Premier ministre. « Étant donné le désir de la coalition de maintenir l’accord de compensation avec l’opposition comme convenu pour cette session – le ministre de la Justice Gideon Saar présentera une proposition au Comité ministériel de législation pour revenir sur le projet de loi sur la restriction des mandats, qui a été adopté en deuxième lecture par la Knesset la semaine dernière, conformément à l’article 95 de la Knesset. »

LIRE  Pourquoi l'immense chaine de tanks russes se dirigeant vers Kiev s'est-elle arrêtée ?

La coalition affirme que le gouvernement peut se retirer du retour, et a l’intention de le faire, et de soumettre le projet de loi au vote là où il a été arrêté, c’est-à-dire pour la troisième lecture, dans un délai d’une semaine à trois semaines à compter de la date du retour, car les vacances les jours ne comptent pas. En outre, il a été précisé à l’opposition que lors de la prochaine session, les accords de compensation n’incluront pas les projets de loi nécessitant une majorité de 61 députés.

Bla bla bla, le fait est que cette loi, curieusement personnelle, a été reculée de plusieurs mois…

Aucun commentaires

Laisser un commentaire