Les agriculteurs du Sud sont arrivés à Bené Brak avec un camion de nourriture .

0
203

Les agriculteurs des moshavim et des kibboutzim du sud du pays ont rassemblé et donné leurs produits agricoles pour les habitants de Bnei Brak. Le but – exprimer sa solidarité avec les résidents orthodoxes à un moment où les tensions entre les secteurs battent des records: « Je sentais que je ne m’endormais pas la nuit, nous nous sentions obligés d’apporter un peu d’amour gratuit, et juste de les aider. »

Ynet

La semaine dernière, un gros camion, chargé de toutes sortes de marchandises, s’est arrêté dans l’un des quartiers à forte densité d’habitants de Bené Brak. Un grand panneau était déployé sur toute sa longueur: « Pour les habitants de Bené Brak – avec amour, les fermiers du sud. » On était la semaine qui a suivi les violentes émeutes qui ont suscité une réaction tout aussi sévère de la part de la police, puis un vandalisme de la part de jeunes contrevenants de la ville. La ville de Bené Brak était dans l’embarras, et face à cette situation difficile, les Israéliens de l’autre bout de la carte se sont étonnamment levés – des agriculteurs laïques et religieux des kibboutzim et des moshavim du sud, et ont décidé de tendre la main.

« Pendant cette période où il y a de la haine partout, nous avons senti que les habitants de Bené Brak étaient perçus comme des gens infernaux », explique Azriel Assaf, un agriculteur du kibboutz Sa’ad, dans une interview à Ynet. « Nous nous sommes donc sentis obligés d’apporter un peu d’amour gratuit, et juste de les aider. Venez et dites – non seulement la haine, il y a aussi l’amour dans ce pays. »

LIRE  La base Imam Ali en construction intensive

Azriel Assaf a assumé la tâche à la suite d’une demande de son ami d’enfance, Ricky Levitt, qui est à l’origine de cette initiative remarquable. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, elle a expliqué que c’étaient des agriculteurs « qui ressentaient le besoin de remonter le moral des résidents orthodoxes de Bené Brak, qui ont été lésés, dé-légitimés et diabolisés à cause d’un petit groupe inhabituel qui calomnie une ville entière injustement. »

« C’est une société de qualité, une société de gentillesse, une société bonne et disciplinée – et c’était notre façon de transmettre un message différent. »

Levitt a ajouté: « Je sentais que je ne m’endormais pas la nuit après ce que j’ai vu dans les médias – et j’ai dit, quel rapport entre les habitants de Bené Brak et cela ? J’ai appelé les agriculteurs et, à mon grand plaisir, ils ont coopéré avec le désir faire du bien avec la ville, d’apporter de l’aide de tout cœur.  »

« La réponse à la haine gratuite »

Assaf (62 ans), agronome et « fier fermier depuis le jour où je m’en souviens », a fait don de champignons qu’il cultive « , mais nous avons aussi collecté des carottes, des pommes de terre, des patates douces, des avocats, toutes sortes de légumes à feuilles et d’autres choses de la région ». Ce n’est pas la première fois que Levit le recrute pour un don de ce type. Même lors de la première fermeture, les agriculteurs du sud sont venus à Bené Brak sous sa direction. « Chaque fois qu’il y a une opération de collecte de fruits et légumes pour Bené Brak, Ricky m’appelle, car je suis un ami de nombreux agriculteurs de la région. J’organise les produits et elle se déplace pour distribuer. »

LIRE  Lyon, M. Hadjaj: communiqué du BNVCA

« Chaque fois que le niveau de haine augmente, ils font une telle opération – et maintenant à cause de l’histoire des orthodoxes et du corona, quand il est clair que tout le public n’est pas là. Chaque fois que cela arrive, nous choisissons pour voir les choses un peu différemment. Il faut sortir des discours haineux ! »

Assaf et ses amis voient la haine sur les réseaux sociaux et ont du mal à rester à l’écart. « Il est très facile de traiter ainsi le public orthodoxe. C’est le public le plus affaibli. Tout le monde les blâme toujours pour tout. Cela peut être vrai, il y a des critiques et je n’aime pas non plus tout ce qui se passe dans le secteur, mais ils font aussi beaucoup de bonnes choses, et il faut se souvenir qu’il y a beaucoup de ‘hessed dans ces communautés, et dans l’ensemble, la sagesse n’est pas d’inciter à la haine envers qui que ce soit. »

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire