Les attentistes et les résistants au virus 

0
209

La nouvelle est tombée le 1er avril 2020

Ce qui va sans dire va encore mieux en le disant : ce n’était pas un poisson. Israël est en tête du classement des pays les plus sûrs face à la crise sanitaire. C’est Deep Knowledge Group, un consortium d’organisations commerciales à but non lucratif, actives dans le domaine des technologies, qui est à l’origine de cette classification, où l’État juif est suivi par Singapour et la Nouvelle Zélande. La France n’est pas mentionnée sur ce tableau, qui regroupe 72 pays, mais la Martinique (44ème) et la Guadeloupe (60ème) y figurent. En revanche, en termes d’efficacité du traitement, la France est 44ème et Israël 9ème. Notre seul classement dans les dix premier est 7ème, dans le tableau des pays où le risque d’attraper le virus est le plus élevé. Devant nous, dans l’ordre : l’Italie, l’Indonésie, l’Espagne, l’Irak, l’Iran et les Pays-Bas. Sur les 70 pays étudiés dans ce tableau, c’est Israël qui est absent.

On comprend que le gouvernement français n’ait pas très envie de diffuser cette information, mais quid des « médias d’information » ? Démonstration par Google :

Pas un seul titre mainstream !

Et la première mention « non communautaire », comme on dit, est gouvernementale et concerne la Jordanie, pas Israël. Ce n’était pas clair, comme intitulé de recherche, « Israël en tête du classement… » ?

Si i24News, Desinfos, JForum ou Crif.org ont obtenu l’information, c’est qu’elle n’est pas couverte par un embargo. Alors quoi ? Que fait la presse ? On n’ose imaginer que son silence sur cette réussite, qui donne de l’espoir contre le C-19, est motivée par un refus de nommer le gagnant. En effet, les médias français ne sont pas avares de mentions de l’État juif. Rien que depuis le début de cette pandémie, il a eu plusieurs fois l’honneur des gros titres avec des fake news indiquant qu’il pratiquait un apartheid entre ses citoyens, voire entre ses citoyens et ceux des territoires sous administration antisioniste palestinienne (excusez le pléonasme).

L’Obs, par exemple, dont InfoEquitable dévoile que, dans son tour du monde du quotidien des familles confrontées au Covid, « c’est à Rym Najjar, cadre au ministère de l’Économie palestinien, (qu’il) a décidé de confier la tâche de relater la manière dont ses concitoyens vivaient la crise sanitaire. Or, loin de se cantonner à décrire le ‘’quotidien de sa famille’’, comme l’annonce l’introduction de la série, la fonctionnaire instrumentalise immédiatement l’épidémie : ‘’Nous avons maintenant deux ennemis : l’occupation israélienne et le coronavirus. Les deux sont des ennemis de l’humanité.’’ »

Fake news, fake news, comme on y va !

Oui, on persiste et on fait signer par Nickolay Mladenov, le coordinateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, qui, sur le site de l’ONU, « a salué la coordination entre les autorités israéliennes et palestiniennes dans la réaction à la pandémie de COVID-19 (ONU) »

Israël comptait, le 1er avril 2020, 5591 cas confirmés de coronavirus dont 97 dans un état grave et 21 avaient déjà succombé. Le Premier ministre israélien, Netanyahou, avait annoncé, la veille, de nouvelles restrictions, depuis son domicile, car son assistante avait contracté le virus et lui-même, bien que testé négatif était confiné.

LIRE  Allemagne : l’organisation BDS classée antisémite

Le chef du département de la Santé publique israélien, qui est une cheffe, la Professeur Sigal Sadetzky (LPH Info), a déclaré que les trois mesures prises par le gouvernement, c’est-à-dire la fermeture des frontières, le confinement et le dépistage généralisé, portaient leurs fruits et qu’elle était optimiste. En revanche, les « quartiers » qui ne respectaient pas le confinement devaient être empêchés de nuire au reste de la population, quitte à ce qu’un blocus de leur quartier, voire de leur ville, soit organisé. C’est ce que risquent Mea Shearim, le quartier orthodoxe de Jérusalem et Bené Brak, la ville orthodoxe dans la banlieue de Tel Aviv

Nonobstant la réalité…

…Un élu arabe du Parlement israélien, Ahmed Tibi, s’est associé aux accusations de l’Autorité palestinienne, selon laquelle l’armée israélienne propagerait le virus en faisant cracher les soldats infectés sur les pauvres civils palestiniens (United with Israel).

Euh… Rappelez-moi la définition de « confinement », déjà ?

Comment sont-ils censés procéder, ces sales Juifs ? Ils rassemblent des cohortes de soldats infectés ? Mais pour avoir si peu de malades, c’est qu’ils les confinent vraiment et pour avoir si peu de morts, c’est qu’ils les soignent ! Ou alors ils les envoient en solo parmi les civils palestiniens ? On connaît la sympathie de la population palestinienne pour Tsahal, aussi imagine-t-on très bien des « snipers spitters » (snipers cracheurs) pratiquant leur forfait et s’éclipsant devant une foule passive, celle qui a déjà lynché des réservistes égarés à Ramallah (Wikipedia) …

Si on avait de l’humour, on trouverait drôle que l’ambassadeur d’Israël à l’ONU ait déposé une plainte officielle contre ces fausses accusations, lors de la session même au cours de laquelle Mladenov s’est félicité de la bonne coopération entre l’État juif et l’Autorité Palestinienne pour la gestion de la pandémie… Mais on manque d’humour, c’est l’évidence.

Un commentaire lu sur Mabatim

« On peut passer d’une chaine d’information à l’autre, le sujet récurrent étant le coronavirus, tous les experts qui citent les autres pays touchés, débitent une liste complète … mais Israël n’est jamais nommé (et je tends l’oreille, exprès). »

Vérifions : C’est faux ! Israël est cité au moins une fois et pas par un acteur mineur, mais par la voix de la France officielle, FranceTVInfo. « Israël a imposé une quarantaine très stricte et la fermeture des frontières, de traçage numérique et procède à plusieurs milliers de tests par jour, et dans ce pays de dix millions d’habitants, on ne recense officiellement que quinze morts et 4.247 malades du coronavirus. Ce chiffre à peine croyable laisse cependant craindre un bilan beaucoup plus lourd : la moitié des personnes hospitalisées sont des juifs religieux ultra-orthodoxes alors qu’ils ne représentent que 10% de la population, et peinent à suivre les consignes de santé publique. (France TV Info) »

Quel rapport entre le fait que FranceTV Info ne veut pas croire au nombre de victimes annoncé par Israël et la proportion de religieux dans les hôpitaux ?

LIRE  "Normalisation" : Omer Adam, une célébrité israélienne, auprès du plus grand chanteur égyptien, le scandale !

Les islamistes s’en remettent à Allah, les religieux juifs au Messie. Sauf qu’Israël est l’État juif au sens de « peuple juif », pas de « religion juive », alors ceux qui préfèrent la loi de D’ à celle des élus de la Knesset le paieront cher : pour que le peuple juif continue de traverser la crise sanitaire avec le moins de mal possible, des mesures drastiques ont été prises. Les unes sont traditionnelles : la publicité ciblée vers les contrevenants, qui appartiennent tous à la même mouvance. Non, pas les Arabes, au grand dam des apartheidophiles, mais les orthodoxes juifs (double peine pour les contempteurs d’un apartheid imaginaire !), à qui les messages « parlent » en cette période de Pessah’, la Pâque juive, dont le rituel se déroule autour du refrain « en quoi cette nuit est-elle différente des autres nuits ? » : « en quoi ce jour est-il différent des autres jours ? – Ce jour, tu ne dois pas sortir – tu dois rester confiné – tu ne dois pas aller à la synagogue » et, last but not least : « Si tu peux lire cette affiche, c’est que tu n’es pas où tu devrais être, rentre chez toi ! »

L’autre mesure est juridique : l’article 218 du code pénal israélien punit d’une peine allant jusqu’à 7 ans d’emprisonnement, toute personne ayant intentionnellement commis une « action susceptible de propager une maladie » mortelle.

S’ils l’apprenaient, les Français seraient surpris de voir 1) que la loi n’est pas une donnée irrévocable, mais qu’elle peut évoluer si les circonstances l’exigent et 2) qu’une loi est faite pour être appliquée par tous. Y compris les groupes religieux activistes, y compris le premier d’entre eux, qui est ministre de la santé et qui est diagnostiqué positif, comme sa femme, ou le Premier ministre, qui n’est ni religieux, ni positif, mais qui a été en contact avec quelqu’un qui l’était.

La France dénigre Israël, mais soutient l’Iran

Nous manquons de masques pour nos soignants et de gel hydro-alcoolique pour notre population. Heureusement que des initiatives citoyennes prises par des entreprises, des PME régionales aux très grandes cotées au CAC 40, nous ont aidés à sortir du marasme. Si on avait dû attendre après notre gouvernement, on serait très mal. Ah, zut : on est très mal ! 500 morts par jour (l’Internaute). Si cela continue à ce rythme, on arrivera à 15.000 par mois.

LIRE  Saint-Denis : l’obscure “école des imams” dans le viseur de la justice

Mais le gouvernement n’est pas inactif : il participe à une initiative européenne pour aider les mollahs iraniens. Nathalie Loiseau, eurodéputée française, s’en est vantée.

@NathalieLoiseau

Enfin ! Le mécanisme européen permettant d’acheminer du matériel médical en Iran est actif. L’honneur de l’Europe, c’est de venir en aide aux peuples qui souffrent, quels que soient leurs dirigeants. #Instex #Iran #COVID19

Cela a mis en rage Eric Ciotti, député LR, qui sait que l’envoi par l’Europe de ce matériel en Iran va bénéficier avant tout au régime terroriste et non au peuple.

« L’Iran avant la France ? Au lieu de se féliciter de l’envoi de matériel médical par l’Europe en Iran, la très macroniste Nathalie Loiseau serait plus inspirée de se battre pour en envoyer en France qui manque de tout : masques, tests, respirateurs… »

C’est une tradition : les subventions envoyées par les Bisounours étrangers sponsorisent des armes pour propager le djihad. Le phénomène se produit depuis 1979. La plus grande part du budget de la République Islamique d’Iran est dévolue au financement des mouvements terroristes, Hezbollah au Liban, Hamas à Gaza et les Houthis au Yémen. Dommage qu’aucun détail n’ait filtré sur le montant de la transaction et la nature du matériel livré par l’Europe…

Les dirigeants que l’Europe aide et ceux qu’elle hait

« Quels que soient les dirigeants iraniens », a précisé Madame Loiseau, il est louable de les aider. On ajoutera que, quels que soient les dirigeants israéliens et quoi qu’ils fassent, il est indigne de les critiquer et de le faire savoir pour plaire à une « rue arabe » fantasmatique, dont de nombreux éléments s’occupent à refuser le confinement et à propager l’épidémie.

Mais ce n’est pas en France qu’on agirait comme les Israéliens pour protéger le plus grand nombre contre l’incivilité d’une minorité, comme si tous les citoyens étaient égaux devant la loi. On n’est pas des sales nazis juifs, nous ! On pratique la discrimination positive.

D’un côté on a une Sibêthe qui s’indigne « Je ne veux pas qu’on commence à dire que, parce que ce sont des banlieues, (…) les gens ne respectent pas les règles (20 Minutes) », et de l’autre un Laurent Nunez, qui ne considère « pas comme une priorité de faire respecter dans les quartiers les fermetures de commerces et de faire cesser les rassemblements (le Canard Enchainé) ».

Il y a pas mal de Français qui ne considèreront pas comme une priorité de voter pour l’équipe en place à toutes les élections à venir… LM♦

Liliane MessikaMABATIM.INFO

Aucun commentaires

Laisser un commentaire