Les aveux d’un hérétique, écrits avant sa mort

0
102

Comment est-il possible que des savants croient avec tant de certitude que l’homme et la création, étonnants par leur complexité, soient le fruit du hasard ? D’où vient l’entêtement à ne pas vérifier une fois avec un esprit ouvert si c’est possible, et rejeter le fait qu’il puisse y avoir un Créateur qui a créé le monde ? Est-ce dû à une admiration ardente pour la science, ou peut-être quelque chose d’autre se cache-t-il derrière ? La confession d’un hérétique professionnel à la fin de ses jours explique tout.

Hidabrouth – Shuli Shmueli

Qu’est-ce qui fait croire avec une conviction inébranlable, à des théories qui n’ont jamais été prouvées, qui prétendent que le monde et la vie sont apparus par hasard ? Comment se fait-il, au vu des merveilles d’une création complexe et sophistiquée, qu’il y ait des scientifiques et des médecins qui ne croient pas en la réalité d’un Créateur du monde ? Après tout, avec tous les progrès réalisés dans le monde de la science, personne n’a encore été capable de produire une seule cellule vivante à partir de composants inanimés. La dernière tentative du monde scientifique pour produire une cellule vivante était basée sur l’utilisation de bactéries vivantes comme réservoir de composants cellulaires.

Certains scientifiques affirment que ce que le monde de la science ne parvient pas à produire de manière ciblée et dans des conditions de laboratoire a malgré tout apparu par hasard.

L’école de pensée athée affirme que « la vie a été créée par elle-même par hasard », puis tente d’organiser la réalité en fonction du but qu’elle s’est fixé, avec diverses théories – qui n’ont pas été prouvées jusqu’à ce jour.

LIRE  Un rapport parlementaire français préconise la reconnaissance de la Palestine

Qu’est-ce qui fait que des gens éduqués et rationnels croient en une affirmation non prouvée qui n’a jamais été étayée, et s’y tiennent avec une dévotion et une ténacité aussi résolues ? D’où vient l’entêtement à ne pas vérifier une fois dans sa vie avec un esprit ouvert s’il est possible qu’ils prétendent qu’il y a un Créateur du monde ? Est-ce dû à une admiration ardente pour la science, ou peut-être quelque chose d’autre se cache-t-il derrière ?

La réponse à ces questions a été donnée par Aldous Huxley, un écrivain britannique, qui était un hérétique évolutionniste bien connu et célèbre. Il était le petit-fils de Thomas Henry Huxley, un biologiste anglais surnommé « le bouledogue de Darwin », en raison de ses opinions obstinées sur la théorie de l’évolution. Et il était le frère de Julian Huxley, un biologiste de l’évolution qui a reçu la médaille Darwin.

Vers la fin de sa vie, il a écrit un article intitulé « Confessions d’un hérétique professionnel », et il écrit : « J’avais un motif de ne pas vouloir que le monde ait un sens. Par conséquent, j’ai supposé que le monde n’avait pas de sens, et je pourrais facilement trouver des raisons suffisantes à cette hypothèse : le philosophe qui ne trouve aucun sens au monde préoccupé de prouver qu’il n’y a aucune raison valable pour laquelle il ne peut pas faire personnellement ce qu’il veut et veut, ou pourquoi ses amis ne peuvent pas s’emparer du pouvoir politique et gouverner en la voie la plus utile pour eux-mêmes… Pour moi, et sans doute pour la majeure partie de ma génération aussi, la philosophie du non-sens était en fait, l’outil de libération – pour la luxure et le pouvoir politique. La libération que nous voulions était la libération d’un certain système politique et la libération d’un certain système moral, qui a interféré avec la liberté de luxure que nous voulions en eux. »

LIRE  L'ONU et le terrorisme

Source: Huxley, Aldous, Ends and Means (New York, NY : Harper & Brothers Publishers, 1937), 270.

Ce message était déjà écrit dans la Tora – « L’arnaque aveuglera les yeux des sages » (Deutéronome 16:19), et rabbi Elchanan Vassarman explique à ce sujet : « Parce que les fondements de la foi sont simples et évidents pour chaque personne, à condition que la personne ne soit pas attirée par les convoitises de ce monde et ses désirs. Et à partir de maintenant, nous comprenons bien ce que la Tora a averti, « Et vous ne suivrez pas votre cœur » – c’est l’hérésie, c’est-à-dire que l’homme est averti de soumettre et d’asservir ses désirs afin que son esprit soit libre de ses envies, il reconnaîtra alors la vérité évidente pour tout être rationnel, que D’ a créé le monde.

« Et le commandement de croire signifie en fait que ses convoitises ne dépassent pas son intellect, et dans ce cas la foi viendra nécessairement. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire