Les bâtons européens n’arrêteront pas l’annexion, mais les carottes des EAU offrent une pause

0
262

Et de nombreux pays envoient toujours des messages d’alerte sévères, dont le plus récent est celui du Premier ministre britannique Boris Johnson, qui semblent avoir été un peu accueilli par quelques bâillements à Jérusalem.

D’un autre côté, les opportunités qu’Israël pourrait manquer – comme la normalisation avec les États du Golfe – font partie de ce qui a vraiment fait réfléchir les décideurs.

“L’annexion représenterait une violation du droit international”, écrit Johnson dans Yediot Aharonot . «J’espère profondément que l’annexion ne se poursuivra pas. Si tel est le cas, le Royaume-Uni ne reconnaîtra aucune modification des lignes de 1967, à l’exception de celles convenues entre les deux parties. »

L’UE ainsi que plusieurs de ses États membres ont également déclaré qu’ils ne reconnaîtraient aucune extension de la souveraineté israélienne.

Ces menaces sonnent creux en Israël. Aucun de ces pays ne reconnaît la souveraineté d’Israël sur Jérusalem-Est ou le plateau du Golan. Qui, avec bon sens, aurait pu penser que la souveraineté de la Cisjordanie obtiendrait de l’Europe qu’elle opine de la tête? Certainement pas Netanyahu ni quiconque impliqué dans la prise de décision.

Ce sont des pays qui considèrent la présence d’Israël en Cisjordanie, sous quelque forme que ce soit, comme illégale, donc dire «le Royaume-Uni ne reconnaîtra aucun changement» signifie vraiment que le même statu quo se poursuivra à l’identique.

LIRE  Mantes-la-Jolie : armés de sabres et de bâtons, des pro et anti-Erdogan s'affrontent (VIDEOS)

Ils peuvent tout aussi bien dire: «nous soutiendrons les résolutions contre les implantations de peuplement à l’ONU». D’accord, et le soleil se lèvera à l’est et se couchera à l’ouest.

Les sondages montrent que les Israéliens ne sont pas particulièrement intéressés par les mouvements liés à la souveraineté en ce moment, avec une deuxième vague de coronavirus et les turbulences économiques qui en résultent. Mais il convient de noter que les sondages effectués pendant de nombreuses années montrent également que la grande majorité pense qu’Israël a une juste revendication sur les hauteurs du Golan et sur Jérusalem-Est, sur lesquelles Israël a appliqué ses lois depuis des décennies.

Johnson, le haut-commissaire des Affaires étrangères de l’UE, Josep Borrell et d’autres pensent que le plateau du Golan appartient à juste titre au président syrien Bashar Assad, qui ne pense à rien d’autre qu’à gazer ses propres citoyens, et que dire des Israéliens, s’il disposait encore une fois de l’avantage des hauteurs d’où son pays a attaqué les Juifs durant trois guerres et bien au-delà, lors des précédentes décennies. Tant d’Israéliens ne les prennent pas au sérieux lorsqu’ils disent des choses comme «notre engagement envers la sécurité d’Israël sera inébranlable» (Johnson) ou «La sécurité d’Israël … n’est pas négociable pour nous» (Borrell).

En d’autres termes, il est devenu axiomatique pour de nombreux Israéliens que la conception européenne d’un «ordre international fondé sur des règles», comme y appelait Borrell dans un éditorial du Jerusalem Post cette semaine, ne tient pas compte du fait que les ennemis d’Israël ne se soucient absolument pas de ces règles.

LIRE  Percée israélienne pour contrer le corona !

Et «M. sécurité », comme on appelle Netanyahou, en est parfaitement conscient. Israël doit marcher sur la corde raide, en raison des procédures devant la Cour pénale internationale et des doubles standards mondiaux, ses alliés s’attendant à un niveau de perfection atteint par peu, tout en faisant face à des menaces de sécurité persistantes. C’est sur la même corde raide qu’Israël marche toujours, et elle était déjà là quand nous avions des premiers ministres prêts à faire des concessions, comme Ehud Barak, Ariel Sharon et Ehud Olmert, et cela demeure sous Netanyahu.

Bien sûr, contrairement au Royaume-Uni, l’UE a fait allusion à d’autres moyens de frapper Israël là où cela fait mal si la souveraineté va de l’avant. Borrell a écrit que les liens entre Israël et l’UE viendraient “inévitablement” se “rétracter” dans ce scénario. Des responsables de l’UE ont déclaré que la participation d’Israël au programme de recherche scientifique «Horizon Europe» de 100 milliards d’euros, un moteur majeur de l’innovation en Israël, serait en danger, tout comme le programme d’éducation Erasmus Plus.

Mais ces menaces européennes ne semblent pas perturber l’esprit des décideurs israéliens. Et le mépris de l’administration Trump pour l’Europe en général est bien connu.

Ce qui semble avoir un impact, ce sont les déclarations publiques des Émirats arabes unis.

Comme Johnson, l’ambassadeur des Émirats arabes unis aux États-Unis, Yousef al Otaiba, a choisi de communiquer ses préoccupations directement au public israélien, en choisissant le deuxième quotidien d’Israël le plus lu, Yediot Aharonot, plutôt que le plus lu Israel Hayom, qui est de droite, favorable à la souveraineté, et encore plus pro-Netanyahu. Et tous deux ont écrit que «l’annexion» menacerait la sécurité israélienne et régionale.

Mais Otaiba a présenté une stratégie différente, écrivant que les Émirats arabes unis «ont aidé à créer des incitations – des carottes plutôt que des bâtons – et ont concentré l’attention sur les avantages collectifs pour toutes les parties».

«Ce sont les carottes – les incitations, les avantages – pour Israël. Plus de sécurité. Liens directs. Marchés élargis. Acceptation croissante. C’est ce qui pourrait devenir normal », a-t-il écrit.

LIRE  Les arabes ont une fois de plus profané le tombeau de Yossef.....

Otaiba est proche des membres de l’administration Trump qui disposent du portefeuille du rétablissement de la paix, du conseiller présidentiel principal Jared Kushner et de l’envoyé spécial pour les négociations internationales Avi Berkowitz, à tel point qu’on a insinué que Kushner ou Berkowitz a écrit la lettre d’opinion pour lui afin d’essayer d’arrêter Israël d’étendre sa souveraineté en Cisjordanie. Ce n’est cependant pas vrai ; ils n’ont pas écrit l’article et ils n’essaient pas de mettre fin à la souveraineté, bien qu’ils aient souligné qu’il ne s’agit que d’un élément de la «Vision pour la paix» plus large.

Ce qui est vrai, c’est que Kushner et Berkowitz travaillent depuis des années à la normalisation entre Israël et les États arabes, un effort aidé par un intérêt commun à combattre les ambitions nucléaires de l’Iran.

Netanyahou s’est également vanté d’élargir les relations d’Israël avec de plus en plus de pays à travers le monde, en particulier les pays arabes.

Le message d’Otaiba a résonné fortement à Jérusalem et à Washington.

Tout cela ne veut pas dire que le train de la souveraineté retourne à sa gare d’origine, pour ne plus en repartir. Netanyahou est toujours convaincu de la sécurisation des frontières d’Israël à long terme et l’administration Trump maintient toujours son plan de paix à ce stade. Mais il y a certains messages qui seront plus fortement pris en considération que d’autres.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire