Les chercheurs observent avec inquiétude la nouvelle variante qui se répand

0
50

Parallèlement à la baisse de la morbidité et au déclin de la cinquième vague, une nouvelle sous-souche connue sous le nom de «frère de l’omicron» a commencé à se répandre dans le monde et, selon le ministère de la Santé, elle concerne environ 20% de toutes les personnes testées en Israël.

Be’hadré ‘Harédim – Ari Kreuzer – Corona virus Photo : Unsplash

Le déclin de la cinquième vague et la baisse marquée des chiffres dans tous les rapports ont conduit de nombreux pays du monde à supprimer les restrictions suivant le corona. En Israël aussi, il a été annoncé qu’à partir du mois prochain, la plupart des restrictions seraient levées, tout en essayant de revenir à la routine. Mais en même temps, des scientifiques du monde entier suivent avec inquiétude la sous-espèce de l’omicron connue sous le nom de BA2 qui a été découverte il y a environ un mois, et ne sont pas d’accord sur la manière dont la nouvelle variante affectera l’inhibition et le déclin de la maladie.

La sous-espèce BA2 a été identifiée pour la première fois il y a environ un mois aux Philippines, mais s’est depuis répandue dans le monde entier. Selon une annonce du ministère de la Santé, en Israël jusqu’à présent, environ 1 900 cas de la sous-souche BA2 ont été identifiés, ce qui représente environ 20 % de tous les tests.

Au Danemark, qui a été le premier pays au monde à supprimer toutes les restrictions, la plupart des cas ont été identifiés comme la nouvelle variante. Lors d’un point de presse, l’épidémiologiste en chef du Danemark, Tyra Grove Krauss, a déclaré: « Il y a des indications qu’il est plus contagieux, en particulier pour les non vaccinés, mais il peut également infecter davantage de personnes vaccinées. Cela pourrait entraîner la poursuite de la vague actuelle au-delà de février. « 

LIRE  Etats-Unis : sera-t-il le premier membre du Congrès portant la kippa ?

Le « frère de l’omicron », comme on l’appelle, est similaire à l’omicron, mais selon des études menées dans des foyers au Danemark et au Royaume-Uni, il s’est avéré 30 % plus contagieux que l’omicron. Les vaccins, comme ceux de son frère, n’empêchent pas l’infection mais préviennent les maladies graves. Ceux qui ne sont pas vaccinés peuvent être plus contagieux et encore plus malades.

Les chercheurs ne sont toujours pas d’accord sur la gravité de la maladie. Des chercheurs japonais ont mené une expérience sur des hamsters et des cellules infectées par la nouvelle variante et ont découvert que BA2 provoque une maladie plus grave que BA1. Mais selon des études « en vie réelle » menées au Danemark et en Afrique du Sud, il n’a pas été démontré qu’il existe une différence significative dans la gravité de la maladie ou dans le nombre de personnes infectées nécessitant une hospitalisation.

Si tel est le cas, les questions qui restent ouvertes sont : comment la propagation de la nouvelle variante en Israël affectera-t-elle la diminution de la morbidité et le déclin de la cinquième vague ? Et si toutes les restrictions seront effectivement supprimées ou verrons-nous à nouveau une augmentation de la morbidité et l’imposition de restrictions une fois de plus ?

Aucun commentaires

Laisser un commentaire