« Les cris des défunts ne sont pas assez entendus »

0
97

Illustration : le rav Benia Neventsal, l’une des victimes du corona

Le site Ynet, de Yedioth A’haronoth, a fait paraitre un article hors normes, mais qui s’impose dans les circonstances actuelles. Son message est que l’on entend au quotidien les chiffres fournis par les services de la santé dans le pays, et l’on en est à 1273 personnes qui sont déjà décédées du corona, mais l’on n’entend pas assez les « cris de ces personnes » ! Ces chiffres cachent une réalité, une réalité triste et écrasante, étouffante devrait-on dire. D’un côté bien sûr il y a des personnes d’un certain âge et dans un état de santé déjà mauvais qui présentent plus de risques que d’autres à être atteint par le virus et à parvenir à le combattre, mais d’un autre, tellement nombreux sont les personnes « normales » qui ont été atteintes, alors qu’avec quelques efforts minimes ils auraient pu l’éviter, et leur fin a été terrible, comme celle des gens de la première catégorie. Voyez, vous aurez été avertis…

Alors que les citoyens du pays tentent toujours de comprendre les raisons du confinement généralisé qui semble être à nouveau prononcé, et les espoirs que l’on parvienne à réduire le taux de morbidité du corona, de nombreuses familles sont confrontées à un lourd deuil du fait de cette épidémie.

Voici quelques cas.

Shoshana Giat (72 ans) de Ramat Gan était une assistante maternelle, une femme indépendante et active qui a voyagé en Israël et dans le monde, et était connue sous le nom de «grand-mère Shoshi» que tout le monde aimait. Il y a douze jours, elle est décédée du corona à l’hôpital Ichilov de Tel Aviv sans aucune maladie de fond.

Sa fille Naama a déclaré: «Partout où elle se rendait, elle pénétrait immédiatement le cœur des gens – avec une simple connexion, par une poudre magique qui se est dispersait autour d’elle. Elle était toujours heureuse, sa main était toujours ouverte pour donner, tendue pour aider les autres, sans ego et sans exigences.

LIRE  Lancement du nouveau satellite espion israélien Ofek 16

La fille a déclaré à propos du bouleversement difficile qu’elle a connu : «Nous ne savons pas où elle a été infectée, elle ne s’est pas rendue à l’école maternelle depuis le confinement de voici six mois. Au début, elle a été hospitalisée à Tel Hashomer, puis elle a été transférée à Ichilov, son état s’est détérioré en un mois. »

Naama a ajouté douloureusement: « Je ne sais pas comment parler d’elle au passé, car elle est tellement vivante dans le présent, elle profitait de chaque instant. Il est important pour moi que les gens comprennent qu’ils doivent faire attention car si cela lui est arrivé, cela peut arriver à n’importe qui ».

Rafi Hamawi (64 ans) d’Ashdod était l’un des plus anciens professeurs d’éducation physique de la ville. Il a été hospitalisé début juillet et a lutté contre le corona jusqu’à ce que son corps s’effondre. Hamawi a éduqué des générations d’étudiants et était un enseignant vénéré. «C’était un éducateur dans l’âme et le cœur, alors nous n’imaginions pas cette fin amère. »

Le rabbin Benya Nevenzal (57 ans), rabbin du quartier juif de la vieille ville de Jérusalem, est décédé il y a deux semaines après avoir attrapé le virus dans une synagogue. Le rav Nevenzal était l’un des dirigeants de la yechiva «’Hai Moshe» de la capitale, en bonne santé et sans maladie de base. Lors d’un test en vue d’un don de rein, le rav a été pris par une forte fièvre en juin. Après six jours à son domicile, où il a eu besoin d’assistance respiratoire, le rav a été conduit à l’hôpital Hadassah Ein Kerem. Pendant deux mois et demi, il a été mis sous anesthésie et en assistance respiratoire, jusqu’à ce que les systèmes s’effondrent. Le rav a laissé cinq fils et quatre filles.

LIRE  Hiloula de rabbi Réfaël Baroukh Tolédano : son respect des parents

L’un des fils du rav déclaré: « Deux heures après son hospitalisation, ils ont décidé de l’endormir et de lui assurer une assistance respiratoire parce que ses poumons se sont effondrés. Le virus a attaqué ses poumons très fort jusqu’à ce qu’ils se durcissent et ont vraiment cessé de fonctionner. Immédiatement, les médecins nous ont proposé une greffe de poumon et nous avons commencé à chercher et à consulter où effectuer une telle greffe. Pendant la période d’hospitalisation, il y a eu plusieurs fois où sa santé s’est effondrée et il a monté et descendu la liste d’attente pour une greffe jusqu’à ce qu’il s’effondre finalement, et en deux heures il est décédé. »

Un gendre a ajouté: « Pendant toute la période difficile où il a été hospitalisé, la famille a connu un grand bouleversement, mais nous avons reçu le soutien et l’aide de l’hôpital Hadassah Ein Kerem. Nous avons été autorisés à de fréquentes visites avec une protection totale et vers la fin, à mesure que la situation empirait, nous avons également reçu une chambre gratuite de l’hôpital.

«La période a été difficile pour nous, deux mois et demi pendant lesquels le rav était dans une salle fermée et tous les quelques jours, nous subissons une secousse à cause des baisses de son état et de la difficulté à concevoir comment une personne en bonne santé a été soudainement hospitalisée et réanimée et s’est battue pour sa vie. »

Hier, 2497 Israéliens de plus ont été informés du fait qu’ils étaient positifs. Les données du ministère de la Santé montrent un nombre relativement faible en raison du peu de tests effectués durant les deux jours de fête. 1 359 patients sont hospitalisés dans des hôpitaux à travers le pays. 653 patients sont hospitalisés dans un état critique et 169 sont connectés à des appareils d’aide respiratoire.

LIRE  Big Apple : les entreprises israéliennes s'imposent à New York

Le ministère de la Santé a également publié hier l’âge des respirateurs : une femme d’une vingtaine d’années est sous aide respiratoire. Selon les données d’hier soir, 2,4% des personnes dans ce cas sont âgées de 39 à 30 ans, 6% de 49 à 40 ans, 15,6% de 59 à 50 ans, 33,1% de 69 à 60 ans, 27,7% de 79 à 70 ans, 12% de 89 à 80 ans et 2,4 90% âgées de 90 ans et plus.

Les données montrent également qu’un enfant de moins de 9 ans et un jeune de moins de 19 ans sont hospitalisés dans un état grave. Les données montrent également que 0,9% des patients atteints d’une maladie grave sont âgés de 29 à 20 ans, 2,8% de 39 à 30 ans, 7,8% de 49 à 40 ans, 15,5% de 59 à 50 ans, 27,6% de 69 à 60 ans, 26,2% de 79 à 70 ans, 14,2% de 89 à 80 ans et 4,7% de 90 ans et plus.

Le directeur général du ministère de la Santé, le professeur Hezi Levy, a adressé hier une lettre aux directeurs de l’hôpital, avertissant que dans les dix prochains jours, des centaines de patients gravement malades viendront s’ajouter à ceux qui sont déjà hospitalisés. «Sur la base des prévisions qui nous ont été présentées le week-end dernier, nous risquons de terminer les dix prochains jours avec l’ajout d’environ 200 à 300 patients gravement malades, respiratoires ou critiques», a écrit Levy. « Le système de santé est en état d’urgence, et à ce titre, j’attends que les directions de tous les hôpitaux et institutions gériatriques se mobilisent toutes dans l’effort national pour faire face à l’augmentation attendue de la maladie. »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire