Les derniers remue-ménages politiques en Israël…

0
172

Lapid change de stratégie et tente de recruter les orthodoxes pour arriver au poste de premier ministre et lance un proche à Bené Brak • Désaccords entre Dérhy et Gafni et l’objectif de sécession de Netanyahou.

Be’hadré ‘Harédim – Ari Kalman

La stratégie de Lapid et ce que cherchait son représentant dans les bureaux de Degel HaTorah

Une question halakhique a été posée à la table de Chabbath à l’occasion du séjour du rabbi de Gour à Arad : quelle est le statut hilkhatique des bouteilles de vin envoyées par le maire d’Arad, Nissan Ben Hamou, en hommage du rabbi venu dans la ville après des années de lutte acharnée entre les ‘hassidim et le maire, de Yesh Atid ?… Le changement amorcé à Arad fait également son chemin à Jérusalem, dans les relations à la Knesset entre les représentants orthodoxes et le dirigeant de Yesh Atid, qui a même compris que sans les orthodoxes, il serait probablement n’atteindra jamais la place de premier ministre.

Comme Lapid, Bennett est vraiment intéressé par l’entrée des orthodoxes au gouvernement, non parce qu’ils les apprécie mais par intérêt politique, tout comme l’intérêt politique de Benjamin Netanyahou ! Les alliés politiques sont divisés toutefois quant à la conduite à suivre envers eux : agir contre les orthodoxes avec toute la force possible, afin qu’ils finissent par comprendre ce qu’ils sont en train de perdre, alors que d’autres croient qu’ils devraient être traités avec des gants de soie.

Il semble que Lapid adopte la deuxième position, plus de déclarations contre les orthodoxes, plus d’initiatives provocantes, le dialogue entre eux est également mené avec l’intention d’amener une coopération à l’avenir.

Par ailleurs, il convient de noter que celui qui était à l’avant-garde de tout refus de partenariat politique avec Lapid était le député Yaakov Litzman, qui mettra fin à sa longue carrière politique dans le mois à venir et quittera la Knesset.

La personne qui a mené le changement à Yesh Atid après l’élection et a aiguisé la compréhension que les orthodoxes sont nécessaires pour arriver au pouvoir, est le ministre des Affaires sociales Meir Cohen, un homme lié à la tradition, qui a également été l’invité de pas mal de réunions avec les orthodoxes. Cohen essaie également d’agir maintenant, pendant la mi-fête de Pessa’h, il a été reçu dans les bureaux de Déguel HaTorah à Bené Brak, avec des biscuits casher pour Pessa’h, et il a longuement discuté avec Moshe Gafni sur des questions politiques.

LIRE  La liste sans fin des personnes avec lesquelles Lieberman est en conflit d'intérêt a été dévoilée

A Déguel HaTorah, le premier pas est déjà franchi : l’éloignement de Netanyahou. Les messages que Gafni, Maklev et Pindrous lancent est qu’un gouvernement devrait être formé dans la Knesset actuelle et que les élections ne changeront pas nécessairement la situation politique, qu’ils ne viennent que pour anticiper le futur et expliquer le jour où ils feront sécession de Netanyahou parce qu’il n’y aura plus le choix car il ne reviendra pas au pouvoir : ils doivent donc s’occuper de leur électorat au sein de la coalition et dans les centres d’influence.

Gafni n’est pas le seul à vouloir en ce moment que les orthodoxes redeviennent un acteur important à la Knesset et pas seulement des partenaires dans le bloc de Netanyahou.

Les opposants à Gafni ne s’élèvent pas contre le fond de l’affaire, la phrase « Netanyahu ne reviendra plus au pouvoir » peut être entendue non seulement dans les bureaux des députés ashkénazes mais ailleurs aussi, le différent porte sur la date de la chose. Alors que le Likoud et Shas sont intéressés par le démantèlement de la coalition, les Achkenazes sont intéressés par le démantèlement de l’opposition. Et ne vous y trompez pas, Déguel HaTorah absorbera la rage suscitée par la sécession de Netanyahu, mais le Shas n’hésitera pas à récolter les fruits et à être le premier à signer après l’élection avec ceux qui ont le plus de chances de former un gouvernement, quels qu’ils soient, et Dér’hy est prêt même à pardonner à Lieberman – ainsi qu’il l’a dit noir sur blanc sur un journal.

Deguel HaTorah estime que le chemin pour démanteler le gouvernement ne passe pas par la menace que les élections approchent, « au contraire, cela les maintient dans la cohésion », expliquent-ils. Selon eux, le moyen de les démanteler est d’ouvrir des négociations fictives avec le partenariat de la coalition, Tikva ‘Hadasha, ou Ayelet Shaked et même Yesh Atid, pour ébranler la coalition, puis d’autres se précipiteront pour se retirer et ainsi un gouvernement alternatif pourra être formé en l’actuelle Knesset.

LIRE  Ari Harrow – honnêteté et amitié…

Le joueur d’échecs qui a su piloter de nombreuses crises politiques, et qui a dernièrement apparu sur les radars: le ministre du Logement Zeev Elkin (Tikva Hadasha), qui s’est mis de côté avant même la démission d’Idit Silman. Il est plein de colère contre le gouvernement du fait de la conduite des dirigeants de la coalition et a pris du recul, maintenant, alors que les citoyens attendent la prochaine étape, Elkin se trouve dans un grand dilemme : dans les sondages et dans la réalité, son parti, Tikva ‘hadacha, n’est pas en bonne place, et il doit songer à l’avenir, même s’il pense que le gouvernement peut gratter encore quelques mois et survivre mais la fin est déjà percpetible.

Les députés Haredi qui ont demandé au président de Tikva ‘hadacha, Gideon Sa’ar, de les aider à influencer Yoaz Handel, à empêcher la réforme dans le domaine du cellulaire, et ont entendu de lui ces derniers jours qu’il n’avait aucune influence sur Haendel, entre autres parce que ce dernier avait décidé de se séparer de « Tikva  » et se présenter politiquement aux prochaines élections, la quatrième de cette mouvance. Sa’ar devra prendre une décision sur son avenir politique, de peur qu’une union avec Bennett ne puisse ramener tous ses membres au parti ou une union avec Lapid/Lieberman.

Elkin devra décider s’il doit se retirer de la vie politique pendant un certain temps et profiter des jours où le gouvernement survit encore et où ses dirigeants veulent garder tout le monde dans la coalition, tendre la main au Premier ministre Bennett et Lapid le remplacer. Le tout afin d’attendre que le jeu « oui Bibi, non Bibi » cesse, et revenir alors. Elkin, par exemple, pourrait être un candidat digne de ce nom au poste de président de l’Agence juive.

LIRE  Washington: 4 morts dans des émeutes au Capitole • Appels à évincer Trump

D’autre part, Elkin peut rejoindre le Likoud et exiger un rôle de premier plan et significatif pour lui. Le 61e doigt conduira à la dissolution de la Knesset en première lecture, de sorte que la coalition se désintégrera et qu’il y aura une opportunité de former un gouvernement alternatif dans la Knesset actuelle, afin qu’Elkin puisse demander au Likoud par exemple le poste de Président de la Knesseth, une position significative qui va à Elkin comme un gant.

Les députés Ahmad Tibi et Oussama Saadi, qui dirigent en fait la « liste commune », partagent également des liens de parenté en tant que beaux-frères et aussi ceux qui détiennent le sort d’Israël entre leurs mains, préfèrent-ils les élections ou de marchander avec le gouvernement ? Personne ne sait ce qui se passe lors de leurs repas de famille, mais les deux décideront s’ils doivent donner leurs voix à Netanyahu pour disperser la Knesset ou continuer à jouer avec Lapid et Bennett comme filet de sécurité pour passer la session d’été et peut-être même obtenir un budget transférer et se rapprocher de la rotation.

Dans le panier des considérations des « beaux-frères », des estimations de la faible participation électorale dans le secteur arabe aux prochaines élections et dans le contexte du partenariat de Ra’am au gouvernement, personne ne sait comment cela affectera le secteur arabe. D’une part c’est l’occasion d’aller aux urnes lui apportera plus de voix. D’un autre côté, ils peuvent peut-être rejoindre le festival eux-mêmes et récolter des réalisations au profit de leur secteur également.

Pour résumer : le gouvernement est déjà agonisant, est-ce que ce sera Elkin qui signera sa condamnation à mort, ou est-ce que Gafni et ses amis seront ceux qui lui pratiqueront la RCR et la ramèneront à la vie ?

Aucun commentaires

Laisser un commentaire