Les immenses dommages causés par les cyberattaques à l’économie mondiale

0
23

Microsoft a publié une estimation astronomique : les dégâts des cyberattaques sur l’économie mondiale atteindront 6.000 trilliards de dollars d’ici la fin de 2023, et 10.000 trilliards d’ici 2025.

Be’hadré ‘Harédim – Kobi Barkat
illustrations : shutterstock

Microsoft a publié cette semaine une estimation astronomique selon laquelle les rançongiciels, et plus largement la cybercriminalité, ne montrent aucun signe de ralentissement et devraient causer pas moins de 6 000 trilliards de dollars (5 300 trilliards de livres sterling) de dommages à l’économie mondiale d’ici la fin de l’année prochaine. – un chiffre qui s’élève à 10 000 trilliards de dollars (8 900 trilliards de livres sterling) en 2025, selon les estimations de Microsoft.

En Israël, bien sûr, la situation n’est pas différente, alors que selon les estimations des responsables de l’application de la loi, en 2021, un Israélien sur cinq a été cyberattaqué et les demandes de rançon atteignent des centaines de millions de dollars par an. Les paiements de rançon atteignent des dizaines de millions de dollars, ce qui peut se traduire par 100 millions de shekels de paiements de rançon par an.

En 2021, la hotline d’urgence du cybersystème national a reçu 12 739 demandes de citoyens et d’organisations qui se sont avérées être des cyberincidents ou des tentatives d’attaques, alors que statistiquement, c’est une entreprise sur cinq en Israël. Cela se compare à environ 9 000 rapports en 2020.

Toujours au cours de l’année écoulée : une entreprise sur 30 a déclaré avoir subi des blessures ou des dommages à la suite d’un tel incident, et environ 1 320 incidents ont été définis comme « graves » ou ayant le « potentiel d’incident grave ».

LIRE  Poutine et Assad veulent pousser l’Iran hors de Syrie

Selon Ram Levy, PDG et fondateur de Confides, la société de protection et de gestion des cyber-crises, et qui a servi de centre au Comité national de la cybercriminalité du Premier ministre, « Israël est une cible majeure pour les cyber-attaques, à la fois de des éléments ennemis tels que l’Iran, le Hamas ou le Hezbollah, mais aussi de Russie, de Chine. Et nous venons tout juste de déjouer la Corée du Nord. Le but des attentats est à la fois économique et psychologique, c’est-à-dire une tentative d’influencer l’opinion publique dans le cadre d’élections, par exemple, et aussi une tentative de voler les données personnelles des citoyens ou de causer des dommages aux systèmes vitaux. »

« À la lumière de tout cela », ajoute Levy, « tous les organes de l’État, ainsi que toutes les grandes et petites organisations, entreprises et entreprises en Israël, doivent bien se défendre contre les cyberattaques. Israël a un grand nombre d’entreprises avec la meilleure défense capacités et connaissances dans le monde, et il y a les capacités technologies, le fossé qui existe dans le domaine n’est que dans la motivation. Il ne fait aucun doute que le moment est venu de procéder à une réforme en profondeur de la réglementation du secteur cyber en Israël, d’une part d’unifier les exigences réglementaires qui ont du sens en les généralisant, d’encadrer les mécanismes de reporting afin qu’ils soient synchronisés entre les différents régulateurs, et même de construire un moyen de permettre un reporting uniforme pour les différents régulateurs, tout en garantissant la confidentialité En fin de compte, l’objectif est d’inciter les organisations à partager les informations pertinentes dans le cadre de l’objectif national commun d’un niveau élevé de cyberprotection contre les menaces étatiques et non étatiques ».

LIRE  Israël: le chaos politique bloque les budgets alimentaires pour les nécessiteux

Aucun commentaires

Laisser un commentaire