Les Etats arabes réclament l’héritage de leurs Juifs expulsés

0
48

Le 30 novembre, les communautés juives du monde entier ont organisé des manifestations pour se souvenir de l’exode massif de réfugiés juifs des pays arabes et de l’Iran . Près d’un million de personnes ont été déplacées au cours des 50 dernières années, laissant des milliards de dollars en biens.

Les gouvernements arabes non seulement n’ont jamais dédommagé les Juifs pour leurs maisons et leurs affaires volées, mais ils mènent actuellement une campagne pernicieuse pour revendiquer la propriété communale et l’héritage juif comme leur patrimoine national.

Les synagogues ne peuvent pas être déplacées et, de toute évidence, il est préférable que les États arabes les conservent comme monuments d’une communauté éteinte qui ne les préserve pas du tout. Cependant, ces États déclarent également que les rouleaux de la Tora, les archives communales et les livres font partie de leur patrimoine culturel.

Par exemple, le gouvernement égyptien prétend que tous les manuscrits de la Tora ainsi que les archives, les bibliothèques, les archives communales et tous les biens juifs de plus de 100 ans sont des « antiquités égyptiennes ». Cependant, les Juifs considèrent que les rouleaux de la Tora sont leur propriété exclusive. Il est interdit de les acheter ou de les vendre. Les Juifs en fuite ont souvent privilégié les parchemins et les livres par rapport à leurs biens personnels.

Que dit le droit international ?

La Convention de La Haye de 1954 sur la protection des biens culturels en cas de conflit a été introduite pour mettre fin au pillage massif qui a toujours eu lieu pendant la guerre et en particulier pendant la Seconde Guerre mondiale. Il existe également une compréhension post-coloniale selon laquelle les nouveaux États apparus au XXe siècle sont propriétaires de leur propre patrimoine culturel. L’époque où le Royaume-Uni pouvait envoyer les marbres d’Elgin de Grèce ou Napoléon pouvait piller les anciens obélisques égyptiens comme un «butin de guerre» est révolue.

LIRE  Deux églises attaquées et pillées par des Palestiniens

En Égypte, les registres des naissances, des mariages et des décès de Juifs d’Alexandrie et du Caire depuis le milieu du XIXe siècle ont été conservés dans les deux principales synagogues de chaque ville. Mais en 2016, les représentants du gouvernement ont conservé des archives qui seront conservées aux Archives nationales égyptiennes.

Les Juifs égyptiens vivant à l’étranger ne peuvent même pas obtenir de photocopies de certificats, souvent la seule identification juive formelle obligeant les Juifs égyptiens à prouver leur lignage ou leur identité pour l’inhumation ou le mariage. Depuis 2005, des efforts répétés pour intercéder auprès des autorités égyptiennes ont été vains.

La politique du gouvernement égyptien a été soutenue par le petit reste de la communauté juive du pays. Son chef, Magda Haroun, a l’intention de laisser les actifs de la communauté au gouvernement. Il a même suggéré que deux peintures du Louvre appartenant à un juif égyptien soient retournées en Égypte.

Sous le dictateur irakien Saddam Hussein, des milliers de livres, manuscrits et autres documents ont été confisqués dans des maisons, des écoles et des synagogues juives et stockés au siège des services secrets irakiens à Bagdad. En 2003, le dossier a été découvert dans le sous-sol inondé après le bombardement du bâtiment par les États-Unis.

Les Américains envoyèrent le dossier à Washington pour restauration et signèrent rapidement un accord diplomatique promettant de restituer les documents au gouvernement irakien. Les États-Unis ont dépensé plus de 3 millions de dollars pour restaurer et numériser le fichier, qui a depuis été exposé dans tout le pays. La collection comprend une Bible hébraïque commentée de 1568, un Talmud babylonien de 1793 et ​​une version de 1815 du texte mystique juif Zohar, ainsi que des objets plus banals tels que des bulletins scolaires et un annuaire téléphonique de Bagdad.

LIRE  Dawa : les semences de la haine

Lire la suite ici infos-israel.news

Aucun commentaires

Laisser un commentaire