Les hésitations du Hamas face aux troubles de Jérusalem

0
33
Israeli border police chase Palestinian youths in Jerusalem's Old City, on April 17, 2022. (Photo by AHMAD GHARABLI / AFP)

Par Jacques BENILLOUCHE – Temps et Contretemps

Illustration : la police contre des manifestants arabes en Vieille Ville de Jérusalem

Le Hamas n’a pas réagi immédiatement aux manifestations à Jérusalem. S’il a réveillé ses cellules en Cisjordanie et donné l’ordre de créer des troubles sur le Mont du Temple en collaboration avec le djihad islamique, c’est pour contrer et affaiblir l’Autorité palestinienne. En revanche, il a fait preuve d’attentisme à Gaza. Il a ainsi montré qu’il était l’ordonnateur des troubles à Jérusalem mais il a préféré épargner sa population face au cycle dramatique de tirs de roquettes contre représailles. Il a choisi une stratégie de prudence qui s’est imposée à lui face aux risques qu’il prenait après une période d’accalmie volontaire. S’il était partie prenante dans les évènements de Cisjordanie, le Hamas avait cependant demandé aux factions de Gaza de se retirer. Il est déchiré entre son nécessaire soutien aux manifestants et son intérêt économique.

Après que les forces spéciales israéliennes ont tué trois membres du Jihad islamique à Jénine, les manifestants palestiniens ont intensifié leurs attaques contre les forces israéliennes. Mais le Hamas a exigé de ses factions de se retirer sur Gaza. Un haut responsable a déclaré que le Hamas ne veut pas d’attaques menées contre Israël depuis Gaza à moins qu’il n’y ait un consensus de la soi-disant salle des opérations conjointes des factions palestiniennes.

Le Hamas s’efforce de maintenir la trêve à Gaza négociée par l’Égypte en mai 2021. Mais le chef du Jihad islamique, Ahmed al-Mudallal, a cependant averti que si les forces israéliennes continuaient à prendre d’assaut le camp de réfugiés de Jénine, elles devraient «se préparer au pire de notre résistance». La trêve n’a pas tenu longtemps puisque le djihad islamique a reconnu avoir lancé sur Israël des roquettes, le 18 avril, qui ont été interceptées par le Dôme de fer. Cela a détruit le consensus de cessez-le-feu. Les représailles ont été immédiates avec la première frappe aérienne menée par Israël à Gaza après plus de trois mois de calme. Le cycle tirs de roquettes/représailles a repris. Selon le porte-parole de l’armée «Des avions de combat ont attaqué un certain nombre de cibles et détruit une usine de production d’armes du Hamas. Israël considère le Hamas comme responsable de tous les événements dans et depuis la bande». Il ne s’agit pas d’une attaque d’envergure comme les précédentes, mais d’une action symbolique car les autorités israéliennes sont convaincues que les tirs de Gaza ont été décidés localement pas des dissidents djihadistes.

LIRE  Le Honduras examine le déplacement de son ambassade à Jérusalem

Malgré un système d’alerte efficace, Israël ne peut accepter de voir sa population se terrer dans les abris pour échapper à la mort. Passer la nuit dans un abri avec vieillards et enfants angoissés, à l’occasion de la fête de Pessa’h, donne l’impression que les autorités israéliennes semblent désarmées. Le gouvernement a plusieurs choix mais il préfère celui qui fait le plus de bruit médiatique et qui marque les esprits de la population, à savoir les représailles modérées de l’aviation israélienne. Il est certain cependant que les tirs de missiles précèdent toujours les représailles. Pourtant Tsahal peut tout détruire, les appartements, les centres commerciaux et les hôtels, mais il limite ses frappes sur des pierres, en prévenant au préalable la population gazaouie. Il lance ses attaques pour ne viser que les sites militaires affiliés au Hamas.

Alors, rares sont les victimes arabes lors des frappes. Le Hamas n’a aucun intérêt à réchauffer le front sud mais, en gouvernant Gaza, il est tenu pour responsable même s’il est engagé dans une négociation de cessez-le-feu à long terme. Certaines factions armées agissent indépendamment du Hamas alors que des médiateurs de l’Égypte et du Qatar supervisent l’accord de cessez-le-feu.

Il est à craindre que les partisans d’une solution radicale s’activent et que le Hamas soit contraint à de la surenchère face à ses concurrents du Djihad islamique. Ce n’est certainement pas sa stratégie car il recherche une crédibilité politique auprès des instances internationales pour devenir une vraie entité politique et réintégrer le concert des nations. C’était le but de son accord avec le Fatah s’il voulait continuer à exister après avoir été supplanté par le djihad islamique qui s’affiche à présent comme le seul défenseur des Palestiniens.

LIRE  Retour au bunker pour Nasrallah

Il existe un véritable conflit d’intérêt entre le Hamas et le djihad islamique. Le commandant militaire de la Brigade du Nord du djihad islamique à Gaza, Baha Abu al-Ata, est devenu le responsable de la lutte contre Israël et son programme est plus radical que celui de ses dirigeants basés à Damas. Le Hamas fait tout pour essayer de le neutraliser et il a averti Israël qu’une opération d’envergure à Gaza aura pour conséquence de le renforcer. Sans compter que le djihad peut exploiter les difficultés économiques immenses à Gaza alors qu’Israël envisage d’aider le Hamas en acceptant en Israël plus de 10.000 ouvriers gazaouis. Le ministre Avigdor Lieberman a promis de grandes avancées économiques pour Gaza.

Tsahal détient toutes les informations sécuritaires pour frapper et pour éradiquer le Hamas. Le Premier ministre Bennett et le ministre de la Défense Gantz semblent vouloir laisser la diplomatie agir et réussir avant de laisser l’armée libre de ses options : «Les personnes qui sont faibles devant le Hamas à Gaza pourraient provoquer une vague d’horreur en Cisjordanie».

Mais un nouvel élément diplomatique vient de s’interposer. La récente visite du président israélien Isaac Herzog en Turquie est source d’inquiétude pour le Hamas, attaché au soutien d’Ankara qui lui offre une base arrière politique et qui accueille sur son territoire de hauts cadres du mouvement dont Salah al-Arouri. Entre le soutien au Hamas et la coopération avec Israël, la Turquie semble pencher pour la seconde option car elle est confrontée à l’effondrement de la livre turque et à une crise économique domestique. Le président Erdogan s’est notamment dit prêt à coopérer avec Israël sur un projet de gazoduc, auquel il s’était autrefois opposé.

LIRE  Dans quels pays les israéliens qui ont été vaccinés peuvent-ils désormais voyager?

Aux yeux du Hamas, le soutien de la Turquie est trop important pour risquer de le mettre en jeu par une nouvelle guerre avec Israël. Benny Gantz en tournée en Cisjordanie vient de menacer : «Si les dirigeants du Hamas décident de saper la stabilité – les mesures que nous avons prises pour développer l’économie à Gaza – seront annulées. Nous ne permettrons pas aux terroristes et aux provocateurs de nuire aux lieux saints».

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire