Les inondations au Brésil ont provoqué des coulées de boue, plus de 100 morts et des dizaines de disparus

0
52

Les sauveteurs au Brésil se battent contre la montre, à la recherche de survivants pris au piège entre la boue et les décombres après les inondations dévastatrices et les glissements de terrain qui ont frappé la ville de Petropolis au Brésil, le nombre de morts est passé à plus de 110.

Be’hadré ‘Harédim – Yankee Farber Illustration | Photo: pixabay

Les rues se sont transformées en rivières et les maisons ont été emportées du fait des fortes tempêtes ont apporté de fortes pluies d’un mois, en trois heures, sur une ville touristique au nord de Rio de Janeiro. Alors qu’il y a encore des dizaines de disparus, la crainte que le nombre de morts ne grimpe encore plus, la situation a poussé les pompiers et les bénévoles à fouiller parmi les restes de maisons emportées par les coulées de boue, dont beaucoup dans des bidonvilles.

À l’aide de chiens, d’excavatrices et d’hélicoptères, les secouristes recherchaient de toute urgence d’autres survivants avant qu’il ne soit trop tard, lorsque la ville de Rio a signalé que 35 personnes étaient portées disparues.

Environ 300 personnes étaient hébergées dans les abris, la plupart dans des écoles, ont indiqué des responsables. Des associations caritatives ont demandé des dons de matelas, de nourriture, d’eau, de vêtements et de masques pour les victimes.

Wendell Pio Lorenko, un habitant de la ville de 24 ans, a déclaré à l’agence de presse AP qu’il essayait de sauver autant de biens que possible, après avoir passé une nuit blanche à aider à la recherche de victimes. « J’ai trouvé une fille enterrée vivante », a-t-il dit. « Tout le monde dit que cela ressemble à une zone de guerre. »

LIRE  Arrogance teutonique - Netanyahou tient bon

Le gouverneur Claudio Castro a dit la même chose après avoir visité l’endroit. « Cela ressemble à une scène de guerre. C’est incroyable », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il s’agissait de la plus forte pluie depuis 1932. Il a félicité les secouristes d’avoir pu « sauver un grand nombre de personnes avant qu’il ne soit trop tard ».

Les responsables ont déclaré que plus de 180 pompiers et secouristes étaient impliqués dans le sauvetage, aidés par 400 soldats envoyés en renfort.

La ville a déclaré l’état de catastrophe dans une ville de 300 000 habitants, située à 68 km au nord de Rio.Le conseil municipal a décrété trois jours de deuil pour les victimes.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire