Les journalistes israéliens ne sont pas les bienvenus au Qatar

0
107

Les journalistes israéliens ne sont pas les bienvenus au Qatar : « Ils se sentent détestés. Des situations effrayantes »

« J’ai vécu la désillusion », écrit un journaliste israélien en reportage du Qatar, « j’ai toujours été un centriste libéral, avec un désir de paix – mais au Qatar, j’ai découvert à quel point ils voulaient nous effacer de la surface de la terre ».

Hidabrouth

Le chef du bureau des affaires étrangères de Moav Vardi a partagé une vidéo d’un journaliste égyptien, dans laquelle on voit un fan saoudien crier sur Moav et lui dire qu' »il n’y a pas d’Israël, il n’y a que la Palestine, vous n’êtes pas le bienvenu ici ». En partageant la vidéo, Moav a écrit : « Nous ne l’avons pas filmée. Nous ne l’avons pas mise en ligne. Et nous n’avons pas demandé leur opinion sur Israël. »

Raz Shachnik et Oz Moalem, deux journalistes israéliens couvrant la Coupe du monde au Qatar, ont raconté en détail leur expérience dans le pays arabe : « Après dix jours à Doha, il est impossible de ne pas partager avec vous ce que nous vivons ici. Nous sont accompagnés dans la rue par des Palestiniens, des Iraniens, des Qataris, des Marocains, des Jordaniens, des Syriens, des Egyptiens et des Libanais aux regards haineux.

« Nous nous sentons haïs, entourés d’hostilité, importuns. Comment un Qatari amical nous a-t-il dit au premier coup d’œil quand il nous a questionnés que nous avons répondu que nous étions d’Israël ? ‘Je voudrais vous souhaiter la bienvenue. Mais vous n’êtes vraiment pas les bienvenus. Partez d’ici dès que possible. » Simple. Et c’est un autre « hôte », pas un passant libanais. Au début, nous avons dit bonjour et tendu la main. Nous nous sommes identifiés comme Israéliens. Mais quand nous avons vu que cela entraînait toujours une confrontation difficile avec les Arabes, allant jusqu’à des jurons flagrants dans une langue compréhensible, nous avons décidé de nous identifier en tant que journalistes équatoriens. »

LIRE  Le « vin de Terre sainte » : rare découverte archéologique du 5ème siècle en Israël

Shechnik partage ouvertement qu’il a eu une expérience qui donne à réfléchir au Qatar : « J’ai toujours été un centriste, libéral et ouvert, avec un désir de paix avant tout. J’ai toujours pensé que le problème était avec les gouvernements. Avec les dirigeants. Avec nous aussi. Mais au Qatar, j’ai appris à quel point la haine est le lot des gens de la rue. Jusqu’à quel point ils sont intéressés à nous effacer de la surface de la terre. Combien tout ce qui concerne Israël suscite en eux une haine intense ».

Un journaliste de News 12, Ohad Hamu, a déclaré à Gali Israël : « Je prône l’ouverture, et quand on nous demande d’où nous venons, je dis sans me cacher, mais nous sommes arrivés à une situation où il n’est pas agréable de prendre un micro ». Il a ajouté : « J’ai eu une situation effrayante l’autre jour : un Iranien m’a reconnu. J’étais sans caméra, sans rien, je regardais juste le football, et il a collé une caméra sur mon visage et son ongle. C’était absolument désagréable. »

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire