Les Juifs expulsés des pays arabes et d’Iran : quelle est leur place dans l’histoire israélienne ?

0
46

La journée marquant le départ et l’expulsion des Juifs des pays arabes et d’Iran est l’occasion de relever miraculeusement le chapitre glorieux des Juifs d’Orient dans le livre d’histoire du peuple juif, d’absorber les valeurs qu’ils nous ont données et les transmettre aux générations futures.

Hidabrouth – Chim’on Rafaéli

Le 30 novembre est fixé aujourd’hui par la loi israélienne pour marquer le départ et l’expulsion des Juifs des pays arabes et d’Iran. Ce jour a été symboliquement déterminé précisément à cette date, le lendemain du 29 novembre – le jour où la décision sur la division de la Terre d’Israël a été prise à l’Assemblée des Nations Unies, lorsque de nombreuses communautés de Juifs dans les pays arabes et l’Iran ont commencé à quitter leur pays après des émeutes qui ont eu lieu dans un certain nombre de pays musulmans, dont les plus connus parmi eux en Syrie sont appelées « émeutes d’Alep ».

Après la guerre d’indépendance, environ 900 000 Juifs ont été expulsés ou ont fui les pays arabes et musulmans. À ce jour, le nombre total de Juifs vivant dans ces pays est d’environ 25 000 personnes.

450 000 Arabes ont quitté l’État d’Israël après la guerre du Jour de l’Indépendance. Le monde entier est bien conscient de leur histoire et elle ne quitte pas l’agenda des scènes mondiales, au point que l’ONU a une organisation d’aide spéciale pour les Palestiniens appelée UNRWA qui accorde également le statut de réfugié à la troisième génération. Mais sur les 900 000 Juifs déportés ou qui ont quitté les pays arabes, personne n’a entendu ou appris leur histoire.

LIRE  "Une confrontation avec le Hezbollah est devenue une nécessité"

En ce jour, nous avons l’occasion d’exprimer le chapitre glorieux des Juifs d’Orient dans le livre d’histoire du peuple juif. C’est un chapitre manquant dans le cours sur l’histoire du sionisme. Dans le cours académique « Entre Sion et le sionisme », il n’y a pas un seul chapitre qui parle du sionisme oriental. L’histoire de près d’un million de Juifs qui a duré plus de 2 000 ans et qui a été détruite en seulement 25 ans.

Environ la moitié des immigrants sont venus dans l’État d’Israël au cours des premières années de sa création et ont été logés dans les points de passage. Dans de nombreux cas, les immigrés des pays de l’Est ont été placés dans des emplois qui ne correspondaient pas à leur statut social et économique élevé dans leur pays d’origine et à leur formation. Les immigrés ont construit l’État d’Israël à partir de zéro avec la foi et l’espoir judéo-sionistes ; ils ont établi les nombreuses villes et colonies le long de ses frontières – de la Haute Galilée au Néguev et au sud du pays ; ils ont pavé les routes avec du labeur et de la sueur par un véritable amour pour la Terre d’Israël et le peuple d’Israël, qui reposait sur des penseurs et des dirigeants communautaires qui ont poussé et travaillé pour le sionisme.

J’ai grandi dans une famille où les deux grands-pères et deux grands-mères ont immigré de Perse. Bien que financièrement bien installés, ils ont tout quitté pour s’installer à Jérusalem. Après des épreuves de plus d’un an, ils sont arrivés dans le pays démunis et se sont installés dans le quartier de Boukharim à Jérusalem. Avec foi et une profonde gratitude, ils parlaient chaque Chabbath et jour de fête du droit de s’unir au reste du peuple d’Israël, du lien avec la Terre et Jérusalem. Combien de fois le regretté grand-père Zion m’a-t-il dit : « Écoute, c’est un miracle ce qu’on a construit ici, ce n’est pas évident qu’Israël ait pu installer 600 000 immigrés juifs, c’est doubler la population du pays en six ans ».

LIRE  Deux heures avec Volodymyr Zelensky, par Bernard-Henri Lévy (Le Point)

L’histoire de mes grands-parents, avec les autres histoires de l’Aliyah, est l’histoire d’Israël. Un désir de milliers d’années pour Israël et Jérusalem ; arrivée par bateaux, chameaux et avions, par voie maritime, terrestre et aérienne ; difficultés d’absorption en transition ; et la création d’une société modèle, dont la valeur première est la garantie mutuelle. Si quelqu’un est coincé avec un pneu crevé dans une voiture et ne peut pas le changer, il trouvera quelqu’un pour lui donner un coup de main. Si une personne n’a pas de repas de Chabbath ou de fête, elle trouvera un voisin qui l’invitera. C’est Israël, et ce n’est vraiment pas évident.

Précisément en ce jour, il est important de souligner que même après toutes les disputes entre nous, nous devons nous souvenir des valeurs fondamentales de nos grands-mères qui les ont motivées à établir l’État : la responsabilité et le souci de chaque Juif. Une culture dans laquelle les anciens occupent une place centrale et importante en tant que porteurs du flambeau juif et en tant que centre de la famille. Un progrès et une modernité conformes à la tradition d’Israël. Négation du sectorialisme. Ce sont des valeurs dont l’État d’Israël et la société israélienne ont tant besoin en ce moment.

Beaucoup de travail. Il est temps pour nous, les membres de la troisième génération, d’absorber ces valeurs du passé et de les inculquer à la prochaine génération. Organisons une soirée salon d’histoires d’immigration en Terre d’Israël pour notre génération et pour les générations futures.

L’écrivain est un expert en histoire et en relations internationales et anime le podcast « Journey between Ideas ».

LIRE  Le pays va avoir un nouveau propriétaire : Lieberman 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire