Les meilleurs enfants – non-juifs ?…

2
543

Rav Yoeli Rothe apporte cette semaine une histoire édifiante qui est parvenue à ses oreilles par un enseignant qui a été surpris de voir que les enfants d’une convertie étaient les meilleurs de la classe. Lorsqu’il est allé lui poser des questions sur ses enfants, la mère a éclaté en sanglots et lui a raconté la grande peur à laquelle elle était confrontée. «Dans quelques années, viendra le ‘vendredi noir' »…

Be’hadré ‘Harédim

«Un jeune homme s’est approché de moi et m’a raconté une histoire fantastique », rapporte l’influent rav Yoel Rothe, directeur du ‘héder Tiferet HaTora de Breslav dans le quartier de Williamsburg à Brooklyn, laquelle s’est rapidement propagée dans les communautés orthodoxes partout dans le monde.

Voici : « J’enseigne dans un certain Talmud Tora, et il y a une famille qui envoie ses enfants dans notre école, j’ai déjà enseigné à plusieurs de ses enfants de cette famille – et j’en ai été surpris – leurs enfants sont très bien éduqués, bref, de bons enfants. »

Il ajouta : « Je n’arrêtais pas de me demander comment cela se faisait que ces parents ont eu de si bons enfants? J’ai décidé que lorsque je rencontrerais l’un des parents, je lui demanderais de l’expliquer. Et ainsi cela a continué pendant une autre année et une autre année . Un autre enfant de la famille est venu étudier avec moi puis un autre, et mon étonnement n’a fait qu’augmenter. Jusqu’au jour où la mère elle-même est venue au Talmud Tora dans un but quelconque. Je suis allé la voir et lui ai dit que j’avais une question qui me trotait dans la tête depuis plusieurs années. Comment avez-vous fait pour avoir des enfants si gentils et si bien éduqués. « 

LIRE  Le Richon Letsion a rencontré des membres de la famille du roi de Bahreïn

Après quelques instants, la mère a raconté l’histoire de sa vie: « Je me suis convertie il y a quelques années, mon aîné avait 3 ans et le plus jeune avait six mois, comme on le sait selon la Halacha, il est impossible de convertir un enfant. Ils sont peut-être bien éduqués mais ils ne sont pas juifs… » et la mère a fondu en larmes.

‘Dans quelques années, le jour viendra, le ‘vendredi noir’ comme je l’appelle, la veille de la bar-mitsva de mon fils aîné, nous allons l’amener dans une pièce fermée et lui dire qu’il n’est pas du tout juif et lui demander de prendre sa décision, veut-il devenir juif ? Ou D’ nous en préserve, continuer à être un gentil, à partir de ce jour, je suis stressée toute ma vie, je ne suis pas seulement stressée, je tremble », a déclaré la mère en s’étouffant de larmes et de larmes.

« J’ai quitté toute ma vie, ma famille, mes amis, mon travail, ma ville, j’ai tout laissé pour le judaïsme, et puis je sais que mon fils va se trouver là à choisir entre le bien et le mal, être juif, ou D’ l’interdit, de rester païen », a déclaré la mère à à l’enseignant, qui se souvient : « Je me tenais là devant moi, tout frissonnant, j’ai rassemblé mon courage et lui ai dit, mais je ne comprenais toujours pas comment tout cela était lié à l’immense privilège que vous aviez de tels enfants spéciaux ? » La mère essuya ses larmes et expliqua : « Exactement à cause de ce ‘vendredi noir’ dont je vous ai parlé, j’ai décidé de tout faire pour que notre judaïsme dans la famille soit quelque chose d’attirant et de doux, quelque chose dont ils ne voudront jamais et ne pourront jamais se séparer, chaque Chabbath nous nous asseyons et chantons et faisons tout ce que le judaïsme soit la chose la plus douce pour eux, et bien sûr nous ajoutons des prières chaudes, venant du fond du cœur », a déclaré la mère.

LIRE  Le rabbi de Kalov, par. Waeth'hanan : les mérites de l'observance du Chabbath

Le rav Rothe a conclu de cette histoire qu’il y a un message important à en tirer : dans notre génération, chaque parent devrait savoir que son enfant grandit, il fera bientôt sa bar-mitsva, il descendra dans la rue et personne n’en sera plus responsable. Ce ne sera pas par un avis formel dans une pièce d’un appartement fermé mais cela peut aussi être un ami qui vient vers l’enfant et lui demande s’il est sûr de vouloir être juif ou, que D’ nous en préserve… alors nous, les parents, avons une énorme responsabilité sur l’âme des enfants : il faut leur faire passer les messages en douceur et avec du plaisir, que ce soit la prière, l’étude de la Tora ou autre chose.

2 Commentaires

  1. Cette mère est l’illustration du principe ‘רחמנא ליבא בעי’ qui est probablement le point le plus délicat de la עבודת השם …

    • Et de l’obligation première qui est la nôtre, celle qui consiste à donner aux enfants de la joie dans la pratique du judaïsme !
      On se souvient de la conduite de certains aux USA en ces ces années-là : « Oï, combien c’est dur d’être un Juif ! » et des conséquences sur leur descendance…

Laisser un commentaire