Les mystérieuses piscines rouges de la mer Morte

Les mystérieuses piscines rouges de la mer Morte

0
154

Les mystérieuses piscines rouges de la mer Morte en Jordanie détournent l’attention d’une catastrophe environnementale.

La géopolitique et l’extraction minière font des ravages sur la célèbre mer salée.

Les voitures qui roulent le long de la mer Morte s’arrêtent pour que les passagers prennent des selfies devant une piscine rouge rosé à côté du côté jordanien du rivage. Les spéculations avaient fait rage depuis l’apparition de la piscine le mois dernier sur la raison pour laquelle l’eau est de cette couleur, avant que l’Autorité de la vallée du Jourdain ne déclare qu’elle était causée par des dépôts de manganèse.

« Les résultats des tests sur l’eau rouge ont montré un niveau élevé de manganèse, a déclaré Manar Al Mahasneh, secrétaire général de l’Autorité de la vallée du Jourdain. « Cela ne présente aucun danger », a-t-elle déclaré, sans plus de détails.

Mais peu d’attention a été accordée à ce qui a causé la mare, sur le bord sud de la petite étendue d’eau entre la Jordanie et Israël.

C’est un gouffre, l’un des nombreux qui apparaissent de plus en plus fréquemment dans la région – le point le plus bas de la Terre à 392 mètres sous le niveau de la mer. Ils font des ravages sur les rares terres agricoles et ont avalé les agriculteurs et leurs machines.

Malgré leurs couleurs parfois accrocheuses, les gouffres sont les derniers signes de dégradation de l’environnement en Jordanie – l’un des pays les plus secs du monde – et un héritage persistant du conflit arabo-israélien.

L’utilisation non durable des sources d’eau – même la mer Morte très saline – se poursuit sans relâche en Jordanie, bien que les scientifiques préviennent que les aquifères à travers le pays se vident et que le lac salé pourrait disparaître au cours de ce siècle .

Pourquoi les gouffres se forment-ils en Jordanie ?

Les gouffres se propagent parce que la mer Morte recule et que les couches de sédiments salés près du rivage sont rincées par les eaux souterraines fraîches et se dissolvent. Les trous ont été remarqués pour la première fois en nombre significatif à la fin des années 1980. La mer Morte se rétrécit depuis les années 1960, lorsque le débit du Jourdain, qui s’y jette, a fortement diminué.

Les États-Unis avaient cherché une décennie plus tôt à éviter ce scénario – et à réduire les hostilités transfrontalières au sujet de l’eau – en négociant le Jordan Valley Unified Water Plan. Connu sous le nom de Plan Johnston – du nom de l’ambassadeur américain Eric Johnston, qui entre 1953 et 1955 a aidé à développer le projet – il visait à résoudre les conflits liés à l’eau entre la Jordanie, Israël, la Syrie et le Liban.  Mais l’affaire a échouée dans les années 1960.

Israël, la Syrie et la Jordanie ont fini par détourner le Jourdain et ses affluents pour leurs propres usages, faisant chuter la mer Morte au-delà de ses fluctuations naturelles.

Israël, de loin, a pris la plus grande part de l’eau

La Syrie a endigué le fleuve Yarmouk, le principal affluent du Jourdain, qui s’est ensuite transformé en un cours d’eau pollué. À Ghor Al Haditha, la région la plus touchée par les dolines sur le bord sud de la mer Morte, les agriculteurs cultivent encore toutes sortes de produits – même des bananes – épuisant davantage les eaux souterraines des collines le long du côté est de la route de la mer Morte.

Mais les gouffres se propagent vers le nord, disent les agriculteurs, limitant l’expansion de l’agriculture et affectant les routes et les fondations des ponts de la région, ainsi que les ruisseaux qui coulent des collines.

Perturbation de l’agriculture

Abu Alaa, un fermier de Ghor Al Haditha, se considère chanceux que des gouffres aient contourné ses terres. Sa propriété vaut environ 14 000 dollars le dounam (1 000 mètres carrés), contre quelques centaines de dollars le dounam pour des terrains troués. « La terre se fissure et se déforme et à tout moment, elle pourrait céder. Des parcelles ont été détruites et d’autres ne peuvent plus être cultivées », a déclaré Abu Alaa.

« Il n’y a pas d’avertissement », a-t-il ajouté, rappelant un fermier voisin décédé après avoir été avalé par un gouffre cette année alors qu’il travaillait la terre. « La défense civile a tenté de le secourir. Que D’ accorde la paix à son âme.

Les étangs de potasse épuisent davantage l’approvisionnement en eau

Une autre catastrophe d’origine humaine qui mine la mer Morte se trouve à trois kilomètres de là. C’est l’industrie jordanienne de la potasse et ses immenses bassins d’évaporation puisés dans le lac qui rétrécit. EcoPeace Middle East, une organisation environnementale régionale, affirme qu’en dehors de l’épuisement du Jourdain, l’extraction minière du côté jordanien et israélien a « contribué à la disparition de la mer Morte ».

L’organisation non gouvernementale affirme que les bassins de potasse du côté jordanien et israélien sont responsables de 40 % de l’épuisement de la mer Morte. Selon certaines estimations scientifiques, la mer Morte pourrait disparaître avant la fin de ce siècle. Au cours des dernières décennies, elle a perdu un tiers de sa superficie.

Nizar Abu Jaber, professeur de géologie à l’Université germano-jordanienne de Madaba, affirme que l’industrie de la potasse elle-même est menacée à moins que le déséquilibre entre l’eau entrante et l’évaporation ne soit résolu.

La Jordanie et Israël ont discuté au cours de la dernière décennie d’un méga-projet visant à construire un canal à partir de la mer Rouge pour alimenter la mer Morte, et utiliser la différence d’altitude pour produire de l’électricité. Le plan a été abandonné cette année par crainte qu’il ne se révèle être un miroir aux alouettes en ne justifiant pas l’investissement.

« La mer Morte n’a jamais été aussi basse que maintenant et c’est à cause de l’interférence humaine dans le système », a déclaré le professeur Abu Jaber. Le professeur Jaber a déclaré qu’Israël pourrait se sentir obligé de construire un canal de la Méditerranée à la mer Morte pour l’alimenter, ce qui serait plus facile que le projet défunt « Red-Dead ». Il cite des investissements beaucoup plus importants dans la potasse du côté israélien.

« Le problème devrait être traité en fin de compte du côté israélien, à moins qu’ils ne pensent que [l’effort] n’en vaut pas la peine », a déclaré le professeur Abu Jaber. « Je ne leur ai pas demandé. » « Il y a un aspect fataliste », a-t-il dit, faisant référence aux gouffres de Ghor Al Haditha. « Mais vous pouvez toujours cueillir des tomates et des poivrons. »

La Jordanie se retire du projet de canal reliant la mer Rouge à la mer Morte

Le projet de canal entre la mer Rouge et la mer Morte a longtemps été retardé par des obstacles bureaucratiques, des difficultés de financement et des objections d’écologistes, et aggravé par l’absence de gouvernement opérationnel en Israël pendant deux ans.

Les tensions diplomatiques entre Israël et la Jordanie ont également nui au projet, bien que le nouveau ministre des Affaires étrangères, Yaïr Lapid, ait semblé vouloir améliorer les relations lundi avec le pays voisin, faisant l’éloge du roi Abdallah comme étant « un allié stratégique important » et promettant de travailler avec lui.

Après avoir été évoqué pendant des années, un accord sur le canal a été signé en 2013 afin d’atténuer la grave pénurie d’eau en Jordanie, tout en réapprovisionnant la mer Morte dont le niveau ne cesse de baisser.

Selon des sources anonymes, Amman a décidé de tirer un trait sur le projet de pipeline commun, estimant qu’il n’y avait « aucun désir réel de la part des Israéliens » pour que le plan, qui stagnait depuis plusieurs années, aille de l’avant.

Récemment le ministère de l’Environnement vise un objectif pour le niveau de la mer Morte

Le niveau du lac baissant d’environ 1,1 mètre par an, un appel au gouvernement sera lancé dans les semaines à venir pour rechercher des sources d’eau alternatives.

Le ministère de la Protection de l’environnement prévoit d’appeler le gouvernement à fixer un objectif de niveau minimum de la mer Morte, en dessous duquel il ne pourra pas baisser, car, selon les mots de la directrice générale du ministère, Galit Cohen, « le statu quo n’est pas une option » face à la diminution rapide du niveau du lac.

Le ministère travaille à ce sujet dans le cadre d’un groupe interministériel sur l’avenir de la mer Morte, un projet coordonné par le bureau du Premier ministre qui doit rendre compte dans les prochaines semaines.

Le ministère a mené dans ce cadre des discussions sur la vision à long terme que l’État devrait adopter concernant ce lac unique, situé à l’endroit le plus bas de la planète, connu pour maintenir les baigneurs à flot en raison de sa forte teneur en sel.

« Ce qui est le plus important est de déterminer un objectif afin de stabiliser le niveau », a déclaré Cohen. Le ministère ne recommandera pas de chiffre précis, préférant laisser cette tâche à une équipe professionnelle.

La mer Morte est actuellement située à moins 436 mètres sous le niveau de la mer et baisse d’environ 1,10 mètre chaque année. Cohen a déclaré que la seule façon de stabiliser le niveau de la mer Morte, qui a diminué de moitié depuis 1976, serait de le faire dans le cadre d’un accord avec la Jordanie, sur la rive Est du lac.

Si Israël décidait unilatéralement de détourner moins d’eau qui coulerait non plus dans le Jourdain mais vers la mer Morte (ce qui n’est pas prévu), les Jordaniens s’y opposeraient en raison du manque d’eau potable, a-t-elle dit.

Le Jourdain fournissait environ 1 200 millions de mètres cubes d’eau à la mer Morte, mais la Syrie, la Jordanie et Israël en détournant la majeure partie pour l’eau potable, l’agriculture et d’autres besoins, seuls 50 à 100 millions de mètres cubes atteignent la mer Morte aujourd’hui. L’eau des cours d’eau entrant par l’est et l’ouest a également été détournée.

En outre, le pompage par les sociétés d’extraction minière des deux côtés de la mer Morte est responsable de la baisse annuelle d’environ 50 centimètres (sur le 1,1 mètre total chaque année), a déclaré Cohen.

JForum.fr National Geographique

LIRE  Le plus grand brasseur de bière au monde va lancer une unité de cybersécurité en Israël

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop