Les petits scandales dans la vie publique en Israël…

0
85

La vie publique dans le pays ne cesse d’être troublé par des petits scandales, et c’est plus que désagréable, voire de révoltant, mais telle est la situation dans un pays qui s’est donné à sa tête deux groupes qui finalement s’avère être diamétralement opposés, et ne parviennent pas à mettre fin à leurs incessantes chamailleries. Personne ne parvient à jouer dans cette arêne le rôle de l’adulte responsable, et cela devient désespérant !

Tout en précisant bien que les lignes qui suivent ne sont pas recommandées pour les âmes sensibles, prenons quelques exemples.

La grande question actuelle est l’équation manifestations/prières dans les synagogues. Si jusqu’à présent, pour les gens religieux (et à Yom Kippour, la présence du public dans les synagogues atteint des records impressionnants), se rendre à la synagogue le jour de Yom Kippour était considéré comme un événement saint et sacré, nous apprenons cette année que cela n’est pas le summum de la chose : il y a un autre élément qui, lui, est sacro-saint ! On le sait : il s’agit des manifestations re’hov Balfour (et ailleurs), qui, elles, doivent restées permises à tout prix, dans toutes les conditions, même sans le moindre respect des règles imposées du fait du corona (qui, de toutes façons, n’émanent que du sieur qui habite, pour l’instant, re’hov Balfour, dans le cadre de ses manoeuvres visant à faire que le public oublie ses malversations et ses procès, comme on l’affirme dans ce même milieu) et sans laisser en paix les pauvres voisins de ladite rue, et de la place de Paris, lesquels sont pourtant des vieilles gens, souvent malades.

LIRE  L’Argentine va déclarer le Hezbollah organisation terroriste

Les responsables civils ne parviennent pas à se mettre d’accord à ce sujet, car à Kakhol Lavan, comme par hasard, on appuie ces manifestations et on prend leur défense. En revanche, les groupes orthodoxes montent sur les barricades et exigent que l’on prennent les mêmes décisions pour les uns comme pour les autres : vous voulez fermer les synagogues pour Yom Kippour ? Très bien, alors interdisez les manifestations en question. Vous ne le faites pas, nous laisserons les synagogues ouvertes ! Le public ne peut pas comprendre autrement, et ce, à juste titre. Le rav Dérhy menace de quitter le gouvernement sinon.

En même temps d’ailleurs on apprend que la défense juridique de ces fameux manifestants est assurée par pas moins que « des Etats étrangers » ! C’est ce qu’a déclaré hier le délégué de NGO Monitor, dans le cadre d’une rencontre d’un comité parlementaire israélien préposé à la lutte contre la délégitimation d’Israël…

Dans le cadre de la dernière réunion du gouvernement, le ministre de la Sécurité intérieur, O’hana, a voulu présenter un avis d’un juriste indépendant, selon lequel le gouvernement avait légitimement le droit d’ordonner de restreindre les manifestations, mais cela allait contre l’avis de Mendelblit (pas de surprise, cette personne a passé des accords avec le…), et en conséquence, les gens de Kakhol Lavan (vous savez, ce groupe dirigé par une personne qui traine derrière elle un paquet assez volumineux, qui pourrait l’amener en prison pour quelques temps…) se sont opposés à ce que l’on écoute une autre personne que le conseiller juridique officiel du gouvernement (oui, oui, Mendelblit). Si leur avis n’était pas respecté, ils faisaient sauter la réunion…

LIRE  Un musée national juif ouvre ses portes en Italie

Le sujet lui-même, les restrictions qui pourtant s’imposent face à l’accentuation de la gravité de la situation sur le plan médical, reste ouvert, et doit faire ce mercredi l’objet de la réunion prévue comme complément à celle d’hier, qui n’est pas arrivée à une conclusion. Tout ceci est très affligeant : on nous a parlé d’un gouvernement d’union nationale pour lutter contre le corona, et c’est finalement à cause de ce gouvernement que le pays ne parvient pas à prendre des décisions, et va dans le décor ! A la fin, dans une dizaine de jours, la situation sera réellement dramatique, les malades n’auront plus d’hôpitaux qui puissent les accueillir, et vers quoi va-t-on ?

Peut-être vers un point spécifique, celui de la prise de conscience générale que sans l’aide de l’Eternel, l’homme n’est rien ! Surtout quand il pensait qu’il était le plus fort et le plus puissant du monde, tous temps confondus, le voici mis aux prises avec une créature insignifiante, petite au point d’être invisible, mais invincible !

Aucun commentaires

Laisser un commentaire