Les raisons de l’attaque d’Israël contre les dépôts d’armes chimiques de Syrie

0
136

Israël s’en est pris aux dépôts d’armes chimiques de Syrie, ce qui ne peut être comparé aux menaces proférées par le pays à l’égard des installations nucléaires de l’Iran, mais cette conduite vient prouver qu’Israël est sérieux au sujet d’agir contre les armes non conventionnelles dans possession de ses ennemis.

L’attaque en Syrie Photo : capture d’écran de la télévision syrienne

Selon le Washington Post, exactement cinq jours avant l’investiture du gouvernement, à la veille du changement de gouvernement en Israël, l’armée de l’air a attaqué au plus profond de la Syrie plusieurs cibles où le régime d’Assad a caché des armes chimiques sous terre. Cette attaque n’était pas habituelle et détonnait par rapport aux attaques récentes d’Israël dans le cadre des opérations déployées en Syrie. Elle était loin, profonde, et la cible cette fois n’était pas l’Iran ou le Hezbollah, mais le régime d’Assad. Selon le Washington Post, ces attaques faisaient partie des actions destinées à arrêter ce que les responsables israéliens ont décrit comme « l’expérience de réanimation » de la production mortelle de gaz neurotoxique en Syrie.

Il a en outre été signalé qu’une attaque similaire avait été menée par Israël un an plus tôt et que les deux étaient fondées sur des renseignements selon lesquels le régime d’Assad avait obtenu des produits chimiques et d’autres moyens nécessaires pour reconstruire ses capacités d’armes chimiques qu’il aurait abandonnées huit ans plus tôt.

On peut estimer que les avions ont effectué une route d’attaque différente et surprenante, et il est probable que les avions de chasse ont utilisé des bombes spéciales qui pénètrent à de grandes profondeurs pour accomplir la mission. « Il y a deux éléments intéressants dans cette attaque, écrit Yossi Yehoshua, correspondant militaire et commentateur du Yedioth A’haronoth. Qu’Israël prend au sérieux ses intentions d’agir contre une arme non conventionnelle qui est en possession de ses ennemis. »

LIRE  La police palestinienne accusée d’avoir tiré sur sa population à Bethlé'hem

Yossi Yehoshua écrit également : « Bien sûr, aucune attaque en Syrie n’est similaire à l’attaque contre les installations nucléaires en un Iran plus éloigné, qui cache mieux les composants du projet et se prépare à une attaque israélienne, mais celui qui a divulgué voulait essayer de créer une certain similitude.

« La deuxième chose intéressante est la description de la coordination sécuritaire étroite entre Israël et les États-Unis, qui est désormais importante pour Israël à la lumière des grincements qui ont émergé. » Yehoshua écrit, comme indiqué dans Yedioth A’haronoth hier, quand Tsahal a demandé au Pentagone de recevoir deux nouveaux avions de ravitaillement de Boeing qui sont déjà devenus opérationnels et qui ont été refusés. Ces engins sont importants dans le cadre d’opérations dépassant les 1000 kilomètres, comme vers l’Iran.

« Les freins qu’Israël a reçus sont très inquiétants pour l’establishment de la défense et on sait que des contacts sont pris au niveau des responsables de la sécurité, combinés à des pressions sur Boeing, pour essayer d’obtenir au moins deux avions américains le plus vite possible. Les accords à cet égard ont été signés voici déjà deux ans, quand Gady Eizenkoth était responsable de l’armée et Avigdor Lieberman le ministre de la Défense, cependant, ils ont été retardés en raison de la crise politique. »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire