L’État semble avoir reculé sur le compromis trouvé à Eviatar

0
130

Après avoir déclaré hier qu’ils étaient parvenus à un plan, selon lequel ils quitteraient volontairement Eviatar et qu’à la place une Yechiva serait établie, il a été rapporté ce matin que les habitants de l’avant-poste d’Eviatar affirment que l’État est revenu du compromis | D’autre part, le porte-parole de l’avant-poste a été cité comme affirmant que l’État n’avait pas changé d’avis. Smotrich attaque : « Il y a une limite à l’hypocrisie ! »

Be’hadré ‘Harédim

Après avoir annoncé qu’ils acceptaient le plan, aujourd’hui (mardi) il y a des rapports contradictoires au sujet de l’affirmation des résidents de l’avant-poste d’Eviatar selon laquelle l’État a annoncé qu’il s’était retiré de l’accord, et il n’y a actuellement aucun compromis.

Les habitants de l’avant-poste d’Eviatar, selon un rapport du journaliste Amit Segal, disent que l’État leur a envoyé un message selon lequel, bien qu’ils aient accepté le plan et qu’ils devaient quitter volontairement, l’Etat n’est pas intéressé à respecter l’accord et se retire du compromis.

D’autre part, un porte-parole de l’avant-poste a été cité dans divers médias, selon lequel l’État ne s’est pas retiré du compromis : « L’État ne s’est pas retiré de l’accord avec nous », aurait-il déclaré.

Selon le compromis annoncé hier soir, les habitants d’Eviatar quitteront les lieux d’ici le week-end, mais toutes les maisons resteront en place. Sur les terres de la colonie, le ministère de la Défense établira immédiatement une base pour l’entreprise sur place, et à Rosh Chodesh Elul, une nouvelle Yechivath hesder sera établie.

Dans le même temps, une directive sera émise à l’administration civile pour terminer dans les six mois si les terres concernées appartiennent à l’État ou non.

LIRE  17 Tamouz : le deuil et l'espoir

« Malgré les premières publications, le gouvernement réitère son refus d’avoir une présence civique continue dans la colonie », a écrit le président du sionisme religieux, Bezalel Smotrich.

Il a poursuivi en attaquant : « Il y a une limite à l’hypocrisie. Tant que Khan al-Ahmar et des dizaines de milliers d’autres structures arabes illégales subsisteront, il n’y a aucune raison au monde pour qu’Eviatar soit expulsé.

« Les colons ont fait preuve de responsabilité et ont accepté un compromis qui les discrimine afin d’éviter une confrontation. Le gouvernement doit soutenir les accords et s’il se retire, il assumera l’entière responsabilité des résultats », a-t-il ajouté.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire