Lieberman a trouvé un nouveau domaine pour s’en prendre aux orthodoxes : les voyages en autobus

0
63

Les orthodoxes sont hors du gouvernement et il n’y a personne pour arrêter Lieberman et Michaeli : le 1er avril (cela ne s’invente pas), les deux espèrent que la réforme passera, et les réductions actuelles sur les voyages en bus dans les zones périphériques, en particulier dans les villes orthodoxes, sera adoptée | Comment cela fonctionnera-t-il et quand la réforme sera-t-elle mise en œuvre ? Tous les détails

Be’hadré ‘Harédim – Kobi Barkat

« Le monde des tarifs va être perturbé » : Les ministères des Finances et des Transports veulent mettre en place en moins de deux mois, le 1er avril, une réforme qui va bouleverser les dépenses de déplacement du public orthodoxe en bus.

Alors qu’il existe aujourd’hui des dizaines de tarifs sur divers trajets dans les transports en commun en Israël, les ministères sont censés appliquer une réforme dans laquelle seuls trois tarifs seront mis en place : urbain, régional et interurbain. C’est selon la publication dans The Marker.

Les conséquences de la réforme sont, entre autres, la suppression des remises existantes sur les prix des différents trajets en périphérie, et en premier lieu les villes orthodoxes – qui ont des accords à long terme, en vertu desquels elles bénéficient de remises importantes sur les prix des voyages.

Par exemple, alors qu’un déplacement dans la plupart des grandes villes d’Israël coûte actuellement 6 NIS, dans des villes comme Beitar et Modi’in Illit, Elad Netivot, etc., le prix est subventionné et tombe à seulement 2,5 NIS.

Selon le rapport, les ministères des Finances et des Transports conviennent largement que lesdites remises devraient être abrogées, en raison de « leur impact significatif sur le budget de l’État ».

LIRE  Le Hamas et les pauvres de Gaza

Les écarts entre les villes proviennent des accords signés au fil des ans entre le gouvernement et les représentants des partis orthodoxes et les maires.

Les écarts sont clairement exprimés, par rapport à Be’er Sheva, par exemple, où vivent 220 000 personnes, et la subvention pour les déplacements en bus en 2020 était de 55 millions de NIS, pour Beitar Illit il n’y en avait que 63 000, et la subvention était de 200 millions de NIS.

Ce n’est pas le seul secteur. Une autre remise que la réforme de Lieberman et Michaeli pourrait abolir est la remise actuelle pour les retraités, qui paient 50 % de moins dans les transports en commun.

Le ministère des Transports a répondu à la publication : « Dans les mois à venir, notre ministère, en coopération avec le ministère des Finances, examinera la structure des prix des transports publics ».

Le ministère des Finances a déclaré: « Nous envisageons un changement structurel des tarifs des transports publics. Les tarifs définitifs qui seront déterminés dans le cadre du changement n’ont pas encore été déterminés. »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire