Lille : Comment enseigner la Shoah face au négationnisme de certains élèves

0
130

Comment aborder la Shoah à l’école ? C’est la question que se posent de nombreux professeurs jusqu’au lycée. Dans l’académie de Lille, l’institut de formation des enseignants (Inspé) de Villeneuve d’Ascq, près de Lille, vient de proposer une journée d’étude sur le sujet afin de donner quelques clés d’apprentissage.

Car depuis plusieurs années, nombreux sont les profs qui se heurtent aux théories négationnistes persistantes concernant cet épisode de l’Histoire. Dans les Hauts-de-France comme ailleurs. « C’est surtout le cas dans le second degré où, selon les territoires, les professeurs se retrouvent confrontés à des réactions identitaires de la part d’élèves refusant d’admettre la réalité historique », souligne Corinne Vézirian, chargée de mission à l’Inspé.

Questions sociétales plus vives que d’autres

« Il existe des questions sociétales plus vives que d’autres, mais nous refusons de refuser l’obstacle, assure Sébastien Jakubowski, directeur de l’Inspé. C’est pourquoi nous proposons régulièrement des journées de formation à thème qui peuvent évoquer la place de l’Islam ou la violence des guerres. Dire qu’il faut transmettre la mémoire ne suffit pas. Il faut réactiver cette mémoire chez les enseignants pour lui donner de la substance. »

Alors comment parler du génocide des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale ? Peut-on utiliser le film La Liste de Schindler avec des élèves ? « Il faut reconnaître que nous faisons tous des mauvaises interprétations de cette période, ancrées par le cinéma ou la littérature, explique Corinne Vézirian, chargée de mission à l’Inspé. Par exemple, peu de gens savent que les images de libération des camps de concentration, qui sont souvent montrées dans les documentaires, sont, en fait, des reconstitutions. »

LIRE  Conclusions : le corona ne s'attrape pas dans l'air !

Déconstruire les fausses informations

Dans ce besoin de précision, un nouveau terme risque de faire son apparition dans les livres d’Histoire : « centre de mises à mort » à la place de « camps d’extermination ». « Ce n’était pas des camps. Les victimes étaient exécutées dès leur arrivée et de manière industrielle dans les chambres à gaz. A Auschwitz, il y avait un camp de concentration et un centre de mise à mort : deux lieux distincts », explique Corinne Vézirian.

D’où l’intérêt de mettre à jour les apports scientifiques et les recherches historiques. « Il vaut mieux partir de sources historiquement incontestables pour déconstruire plus facilement les fausses informations qui circulent sur internet », indique Corinne Vézirian, estimant ainsi qu’« il n’est pas nécessaire d’utiliser des images de l’horreur pour montrer l’horreur ».

Ce qui est valable pour les enseignants, l’est aussi pour les parents. Le Mémorial de la Shoah, partenaire de cette journée de formation, propose ainsi sur son site, une page baptisée « Le grenier de Sarah » et consacrée aux 8-12 ans. « On peut, par exemple, retracer le parcours individuel d’un enfant juif pendant la guerre à partir de documents historiques, glisse Corinne Vézirian. C’est une manière scientifique et rigoureuse de travailler l’éducation à la citoyenneté ».

Source www.20minutes.fr

Aucun commentaires

Laisser un commentaire