Liquidation de Faqha à Gaza – “Les assasins sont venus de la mer”

De nouveaux détails révèlent que le leader terroriste du Hamas a été la cible d’une action furtive professionnelle.

0
872
Masked gunmen from the Qassam brigade, the militia wing of Hamas, carry the body of Mazen Faqha, during his funeral in Gaza City, Saturday, March, 25, 2017.

Le journal pan-arabe Al-Hayat, basé à Londres, a rapporté dimanche que les hommes armés étaient très probablement arrivés et repartis par la mer. Les tueurs auraient attendu tapis pendant des heures dans le garage de Mazen Faqha, agissant si discrètement que sa famille ne s’est pas rendu compte de ce qui s’était passé pendant des heures. Les hommes armés qui ont tué le chef du Hamas Mazen Faqha vendredi soir n’ont pas laissé d’autre trace de leur passage que son cadavre.

Selon le rapport d’Al-Qods, Faqha – un terroriste qui avait supervisé les efforts du Hamas pour organiser des attaques terroristes en Judée Samarie – est rentré chez lui vers 18 heures avec sa femme et sa fille dans la voiture. Ils s’étaient absentés de leur domicile pendant quelques heures. Les deux membres de la famille ont quitté la voiture à la porte d’entrée, et le chef du Hamas est ensuite allé garer la voiture seul. Il a été tué presque immédiatement après que la porte de garage électrique se soit  fermée derrière son véhicule. Les hommes armés ont utilisé des armes équipées de silencieux, et lui ont tiré quatre fois dans la tête à bout portant.  Une heure et demie est passée avant que le corps de Faqha ne soit trouvé par l’un des résidents de sa tour d’appartement. L’une des portes du bâtiment, habituellement maintenue fermée à clé, a été trouvée ouverte la nuit de l’attaque. Les tueurs avaient manifestement une connaissance intime de l’endroit où Faqha vivait, et savaient exactement où ils le trouveraient seul. Ils ont également mené leur action dans une zone isolée, leur donnant ainsi suffisamment de temps pour s’enfuir.

LIRE  Pour Manuel Valls, l'antisémitisme est le lien entre La France insoumise et Alain Soral

Israël n’a pas revendiqué la responsabilité de l’assassinat de Faqha, mais les dirigeants du Hamas ont déclaré que le professionnalisme du meurtre était la preuve de l’implication d’Israël. Khalil al-Haya, député de Yahya Sinwar, le nouveau chef du Hamas dans la bande de Gaza, a promis des représailles.

Le père de Faqha, qui vit en Cisjordanie, a déclaré à une station de télévision du Hamas que des agents de renseignement israéliens avaient averti trois fois la famille que l’activité terroriste de son fils allait le faire tuer. « Ils ont dit que Mazen menait des attaques contre Israël, et que le bras d’Israël est long », a-t-il dit.

Faqha était originaire de la ville de Tubas, au nord de la Cisjordanie, où il avait été arrêté en 2002 pour terrorisme pendant la Seconde Intifada. Il avait été condamné plusieurs fois à la prison à vie pour avoir orchestré un attentat suicide en 2002 dans lequel neuf Israéliens ont été tués. Il a été libéré en Octobre 2011 dans l’échange du soldat Shalit, et expulsé à Gaza, où lui et son compatriote Abd al-Rahman Ghanimat ont fondé la «section de la Cisjordanie» au sein du Hamas à Gaza.

Selon les renseignements israéliens, les «empreintes» de Faqha et Ghanimat étaient sur de nombreux attentats terroristes émanant des cellules du Hamas en Cisjordanie ces dernières années.

Vendredi soir, les forces israéliennes près de la bande de Gaza ont été mises en alerte, par crainte de représailles du groupe terroriste.

Pourtant, malgré toute sa rhétorique, le Hamas n’a encore produit aucune preuve solide d’implication israélienne, ce qui peut donner à l’organisation la marge de manoeuvre politique pour éviter une réaction dramatique qui pourrait mener à une confrontation à part entière.

LIRE  Tora & Business compatibles? Jérémie Berrebi au TAL Business School (Tel Aviv)

Faqha vivait et voyageait à Gaza sans gardes du corps ou autre protection, et a été liquidé près de sa maison en bord de mer. Si Israël a effectivement exécuté l’assassinat, il aurait pu avoir l’intention d’envoyer le message que la croyance apparente des dirigeants du Hamas qu’ils sont en sécurité pendant les périodes de calme est incorrecte.

Il est probable que tout le leadership de l’organisation a déjà modifié ses habitudes quotidiennes, en supposant que si Faqha pouvait être tué, ils étaient tous des cibles potentielles. Ils devront vivre entourés de sécurité et, à l’occasion, changer de domicile et de cachette – un retour à la vie que de nombreux dirigeants du Hamas de la Cisjordanie ont dû mener il y a dix ans.

C’était clairement le message de l’opération: tout le monde est une cible potentielle.

Mais cela ne signifie pas que la responsabilité présumée d’Israël dans cet assassinat est évidente ou incontestable. Les tueurs étaient très professionnels, ne laissant aucune trace. En fait, ce professionnalisme est la seule preuve réelle pointant vers les agences de renseignement israéliennes.

Ce manque de clarté signifie que le Hamas peut décider de se satisfaire à court terme de proclamations menaçantes telles que: « Plus de retenue » ou « Nous ne permettrons pas que les assassinats disparaissent sans réponse ».

La décision du Hamas samedi de ne pas commencer à pilonner Israël en réponse, montre que le groupe ne veut probablement pas une guerre avec Israël en ce moment.

Mais rien de tout cela ne suggère que le groupe s’abstiendra de répondre à l’assassinat en temps voulu. Son nouveau chef à Gaza, Yahya Sinwar, est connu comme un commandant dangereux et imprévisible. Il peut préférer attendre un moment où Israël sera pris par surprise et lancer les sortes d’opérations vues dans le passé, comme des enlèvements ou, dans un retour à la décennie précédente, des attentats suicides.

LIRE  Onu : le roi d’Arabie avertit du danger iranien

Si le Hamas lance de telles attaques, il tentera probablement de le faire sans laisser de preuves de son implication, afin de donner aux dirigeants israéliens l’espace politique pour éviter une guerre totale tout en signalant qu’une poursuite des assassinats ciblés serait suivie de douloureuses représailles.

 

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire