L’Iran prêt à déclencher une guerre en tuant une ambassadrice U.S ?

L’Iran prêt à déclencher une guerre en tuant une ambassadrice U.S ?

0
45
Le régime iranien a comploté contre une ambassadrice américaine, Lana Marks, alors qu’il réfléchissait à la manière de réagir à l’élimination ciblée par les Etats-Unis du commandant de la Force Qods du CGRI, Qasem Soleimani, selon des informations choquantes publiées dimanche soir dans un article de Politico.
Ce sont de graves accusations. L’Iran risquerait non seulement un conflit avec les États-Unis, à cause d’une attaque contre une ambassadrice américaine, mais risquerait également l’isolement international. Alors que la plupart des pays tolèrent en toute impunité les menaces et les actions du régime iranien, ils croient généralement qu’il y a des lignes rouges à ce que fera l’Iran.

Dans le passé, l’Iran a abattu un avion de ligne civil, il a kidnappé et assassiné des personnes au Moyen-Orient et en Europe, il a tiré des missiles sur l’Irak, utilisé des drones et des missiles de croisière pour attaquer l’Arabie saoudite et incité au génocide contre Israël. Il envoie illégalement des armes à travers l’Irak et la Syrie vers le Liban. Il a miné des bateaux et des pétroliers dans le golfe d’Oman, détourné et s’est emparé au moins d’un pétrolier, et a utilisé des pétroliers et des navires pour violer les sanctions. Il a récemment assassiné un lutteur innocent.

Cependant, tout cela étant dit, une attaque contre un ambassadeur est une étape majeure et sans précédent. Les gouvernements ne complotent tout simplement pas les assassinats des ambassadeurs d’autres gouvernements dans des pays tiers.

Politico allègue que les responsables américains étaient au courant de ces menaces «depuis le printemps» et que les renseignements sont devenus plus précis récemment. En outre, «l’ambassade d’Iran à Pretoria est impliquée dans le complot». Les ambassades iraniennes ont souvent été impliquées dans des complots visant à assassiner des dissidents dans le passé, en particulier en Europe. L’Iran a également planifié des attaques contre les forces des Etats-Unis en Irak et peut-être ailleurs. Les attaques contre les diplomates semblent être un tout autre domaine de la pensée iranienne.

Alors que se passe-t-il ? L’Iran aurait su que l’ambassadrice américaine en Afrique du Sud était relativement nouvelle et n’était pas une diplomate de carrière, mais plutôt liée au club Mar-a-Lago du président américain Donald Trump. À ce stade, l’article soutient que les services de renseignement américains l’ont sensibilisée à la menace.

LIRE  Le nom du meurtrier de Migdal dévoilé

L’Iran a une compréhension approfondie de Trump, du moins le régime semble le penser. Il n’a pas trop testé les États-Unis, jugeant Trump comme le genre de personne qui ripostera si des soldats américains sont tués. Il évalue que l’objectif à long terme du président est de quitter le Moyen-Orient.

Téhéran a également évalué que l’administration américaine est divisée entre ceux qui veulent des réponses plus dures, comme l’ancien conseiller à la sécurité nationale John Bolton, et ceux qui sont plus isolationnistes. Il a également jugé que l’ancien secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, critiquait l’Iran mais ne voulait pas de guerre. La République islamique a utilisé la menace de «guerre» pour bluffer les États-Unis.

Mais l’Iran n’a jamais voulu la guerre. C’est pourquoi il a cherché à utiliser des groupes supplétifs pour tirer des roquettes sur les forces américaines en Irak, mais n’a généralement pas tenté de tuer qui que ce soit. Après que les États-Unis ont éliminé Soleimani, ce qui est survenu parce que l’Iran a tué un entrepreneur américain puis envoyé des mandataires pour attaquer l’ambassade des États-Unis, Téhéran aurait mis le commandant du CENTCOM américain Kenneth McKenzie sur sa «liste des cibles».

L’Iran considère le CENTCOM comme la version américaine du CGRI. Après que Washington a déterminé que le CGRI était un groupe terroriste, les médias iraniens ont commencé à qualifier le CENTCOM de « terroriste ». Cette décision de l’Iran était un peu bizarre, car le CENTCOM n’est pas l’équivalent américain du CGRI: c’est un commandement régional. Mais Téhéran considère le CENTCOM comme l’ensemble de l’armée américaine parce qu’il doit toujours faire face à des situations de commandement, puisque l’Iran est dans sa zone d’opérations.

LE RÉGIME DE TÉHÉRAN est assez sophistiqué, de sorte que sa décision bizarre de qualifier le Commandement central de « terroriste » semble donner à ses combattants un chèque en blanc pour frapper les moyens militaires américains dans la région, mais pas ailleurs. D’une certaine manière, l’Iran considère maintenant cela comme une guerre entre le CGRI et le CENTCOM, mais comme le corps de garde à l’étranger travaille par l’intermédiaire de supplétifs, cela est devenu une sorte de conflit de l’ombre.

L’Iran ne peut pas faire de vraie guerre avec le commandement central américain parce que son armée et sa marine ne sont pas à la hauteur des énormes moyens des États-Unis. Tout ce que l’Iran peut faire, c’est utiliser une guerre asymétrique, comme des missiles, des drones, des mines, des engins piégés et d’autres armes pour harceler l’Amérique. Et c’est le modèle choisi par l’Iran: pas une vraie guerre. L’Iran n’a jamais voulu la guerre, mais il juge que les États-Unis ont tellement peur d’entrer dans de plus en plus de «guerres sans fin» qu’ils se retireront toujours d’une confrontation.

LIRE  Mort du résistant norvégien qui avait sabordé la bombe atomique nazie

La branche iranienne des renseignements, qui a comploté des assassinats depuis des ambassades iraniennes dans le passé, déciderait-elle d’aller jusqu’à frapper une mission diplomatique américaine? Téhéran l’aurait déjà fait lors des affrontements de 2012 avec Israël, où il a activé des agents dans trois pays pour qu’ils frappent des cibles diplomatiques israéliennes. Mais Israël n’est pas les États-Unis et ce n’est pas l’administration Trump.

L’Iran pourrait juger que l’assassinat de l’ambassadeur américain Chris Stephens à Benghazi en 2012 n’a pas déclenché de réplique américaine. Mais il sait probablement que si Trump était aux commandes, l’assassinat d’un ambassadeur américain aurait entraîné une frappe immédiate.

Trump a déjà déclaré qu’il avait annulé les frappes contre l’Iran en 2019 après que l’Iran a abattu un drone américain parce qu’il ne les considérait pas comme proportionnées. L’Iran le sait. Une réponse proportionnée à une attaque contre un diplomate américain serait une réponse sévère. Washington ne le verrait pas comme similaire à l’élimination de Soleimani. L’administration a indiqué à quoi ressemblait la proportion en mars lorsque des supplétifs soutenus par l’Iran ont tué trois membres de la coalition dirigée par les États-Unis en Irak. Les États-Unis ont riposté immédiatement contre le Kataib Hezbollah.

L’Iran sait également comment pense Trump car il peut lire les récits récents dans le nouveau livre de Bob Woodward. C’est Trump qui a insisté pour faire liquider Soleimani, tandis que d’autres, au même moment, appelaient à la prudence. Cela laisse de nombreuses questions sur la logique et les motivations de l’Iran.

En supposant que la menace est exacte, certains ont suggéré que cela pourrait être une façon, pour l’Iran, de mettre délibérément les États-Unis sur la mauvaise voie. D’autres ont suggéré sur les réseaux sociaux que ce rapport pourrait être conçu pour attiser les tensions ou créer d’autres conflits.

Ceci laisse deux questions ouvertes. La menace de l’Iran était-elle sérieuse? Et pourquoi les informations sur la menace ont-elles été révélées maintenant? La première question concerne l’Iran et tourne autour de comment et pourquoi les agents de renseignement iraniens ou d’autres ont décidé de cet objectif. La deuxième question est de savoir pourquoi ces informations pouvaient être publiées. Est-ce pour avertir l’Iran de réduire les tensions? Ou est-ce juste une fuite? Et s’il s’agit d’une fuite, à quoi sert-elle maintenant?

LIRE  Israël: exhumation des vestiges d'une ville construite il y a 5.000 ans

Il n’y a pas de bonnes réponses à ces questions. Il y a de bonnes questions sur les raisons pour lesquelles l’Iran s’engagerait dans cette voie incendiaire et sans précédent, et comment ses agents pensaient même y parvenir. La spécialité de l’Iran dans les assassinats n’est pas difficile à atteindre. Ses mandataires ont utilisé des voitures piégées au Liban.

Les alliés de Téhéran en Irak ont ​​utilisé des pistolets, des enlèvements et d’autres moyens. En Europe, ses agents ont utilisé des choses comme des couteaux. Dans le complot à la bombe visant l’OMPI, les agents n’avaient qu’un demi-kilogramme d’explosifs. En Turquie, un dissident a été abattu. Rien de tout cela n’indique que l’Iran est capable d’une attaque majeure, comme cela serait probablement requis contre un diplomate américain de haut niveau ou une ambassade. Et cela ne tient pas compte des retombées qui se produiraient après une telle attaque.

L’Iran prospère en faisant paraître les États-Unis isolés. Il a amené la Russie et la Chine à mettre fin à un embargo sur les armes via l’ONU et a amené les Européens à se rallier à lui et à la Turquie. La République islamique prospère en prétendant qu’elle obéit au droit international même si ce n’est pas le cas, et en contournant les lignes sur des choses comme son programme nucléaire. Il dispose souvent d’un déni plausible pour les attaques en Irak ou dans le golfe d’Oman. Mais frapper une ambassadrice américaine n’est pas facile à dénier.

Ce serait comme les attaques d’Al-Qaïda contre les ambassades américaines dans les années 1990. Cela donnerait à l’administration Trump les outils qu’elle souhaite pour isoler Téhéran. Aucune personne intelligente dans l’appareil du régime iranien ne donnerait le feu vert à quelque chose sans précédent si proche d’une élection américaine. À moins, bien sûr, que l’Iran ne veuille que Trump reste au pouvoir et juge qu’il peut résister aux retombées. Ou à moins que ses agents en Afrique du Sud et ailleurs n’aient simplement reçu l’ordre de mettre en place des complots contre toute cible américaine, ensuite exécutable ou pas, sur le plan des conséquences envisagées.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro