L’ONU attaque les « partisans » d’Israël dans le monde entier

L’ONU attaque les « partisans » d’Israël dans le monde entier

0
220

Un rapport explosif de l’ONU attaque les « partisans » d’Israël dans le monde entier.

Le rapport ne trouve aucun antisémitisme palestinien, seulement des larbins juifs présumés du gouvernement israélien qui ont à tort « recadré l’antisémitisme ».

Une « Commission d’enquête » des Nations Unies a publié un rapport explosif qui lance une attaque sans précédent contre Israël et ses défenseurs, y compris des particuliers et des organisations non gouvernementales « dans le monde entier ».

Cette décision est une tentative spectaculaire d’étendre la portée mondiale d’une entreprise très controversée lancée par le Conseil des «droits de l’homme» des Nations Unies en mai 2021 à la demande des États islamiques, sans aucun soutien occidental.

L’ampleur et la portée du mandat de « l’Enquête », son budget colossal et l’absence de toute date de fin ont rendu l’ensemble de l’opération sans précédent.

Pas sans précédent dans les cercles de l’ONU, la nomination de membres aux antécédents anti-israéliens notoires en violation flagrante des règles de l’ONU exigeant l’impartialité, l’indépendance et l’objectivité.

Depuis leur nomination, les trois membres (Navi Pillay, le président ; Chris Sidoti ; et Miloon Kothari), se sont fait un nom en dénigrant les victimes juives de l’antisémitisme et en propageant davantage.

Lors de la présentation du premier rapport de « l’enquête » en juin 2022, Sidoti a déclaré au Conseil des droits de l’homme que « les accusations d’antisémitisme sont lancées comme du riz lors d’un mariage ». Dans un podcast en ligne de juillet 2022, Kothari a déclaré que « le lobby juif » contrôle les médias sociaux et a suggéré qu’Israël soit expulsé de l’ONU. Pillay les a défendus tous les deux. Lors de la présentation du deuxième rapport de « l’Enquête » à l’Assemblée générale en octobre 2022, Pillay s’est moqué des accusations d’antisémitisme en déclarant à la presse : « Cela est toujours évoqué comme une diversion ».

Protégée par l’ONU de toute conséquence de leur comportement scandaleux, l’« Enquête » a procédé à la convocation d’une série de réunions secrètes avec des individus et des groupes anonymes et à la tenue d’« auditions » fréquemment classifiées en préparation du troisième rapport publié cette semaine.

Le processus de production de ce dernier rapport était Kafka-esque. Pillay a déclaré à UN WebTV qu’elle était « prête à entendre des voix alternatives » et qu’elle ne pouvait s’empêcher de tirer des conclusions négatives (contre Israël) en leur « absence ». Mais toutes les audiences et réunions étaient sur invitation uniquement, et les suppléants n’ont pas été retenus. Seules 24 des 127 personnes interrogées ont été identifiées. Et les sources connues sont uniformément des acteurs ou des entreprises dénigrant Israël, y compris les quelques juifs qui défilent devant les caméras.

Le rapport affirme qu’ils n’ont reçu et examiné que 21 soumissions. Mais moi et d’autres avons livré plus de 5 millions de soumissions, que Pillay a publiquement décriées lors d’une conférence de presse en les qualifiant de « toutes pro-israéliennes ».

Le rapport explique que «l’enquête» a inventé une nouvelle règle éliminant les soumissions avant novembre 2022, de sorte que la nôtre avait été envoyée trop tôt pour ce rapport. Mais Pillay avait précédemment allégué que nos soumissions étaient arrivées trop tard pour être lues et prises en compte pour le rapport précédent.

Le rapport qui ressort de ce tribunal bidon truqué attaque non seulement Israël, mais tous ses « partisans » non gouvernementaux qui doivent être « de toute urgence » tenus « responsables des violations des droits de l’homme » (soi-disant). Prétendant qu’ils ne sont « pas un tribunal », les inquisiteurs font des « constatations » de « crimes de guerre » et de « graves violations du droit international humanitaire » par Israël uniquement. Et terminez le tout par un appel à accélérer les poursuites pénales internationales.

La seule attention négative que les inquisiteurs accordent à ce qu’ils appellent « les autorités de facto de Gaza », alias l’organisation terroriste internationalement reconnue Hamas, ou à l’Autorité palestinienne, concerne leur traitement des autres Palestiniens. Jamais leur traitement des Israéliens.

Le rapport fait des « recommandations » à Israël sur le traitement des Palestiniens et jamais l’inverse.

Le rapport nomme spécifiquement les victimes palestiniennes (et israéliennes) de crimes présumés israéliens, mais ne nomme pas une seule victime israélienne d’un crime palestinien.

Le rapport n’a pas pu localiser un seul terroriste palestinien ou organisation terroriste. Il n’y a que des Israéliens coupables de « les avoir qualifiés à tort de ‘terroristes’ ».

Les seuls enfants qui comptent dans le rapport sont les enfants palestiniens qui auraient été blessés par des Israéliens ciblant et arrêtant leurs parents, et non les actes de leurs parents en premier lieu. Pas les enfants palestiniens utilisés comme boucliers humains et enfants soldats. Pas les victimes palestiniennes d’attaques à la roquette qui manquent leurs cibles juives. Pas les mineurs palestiniens activement engagés dans le terrorisme eux-mêmes.

Le rapport ne dit rien du tout sur les enfants israéliens.

Le rapport ne trouve aucun antisémitisme palestinien, seulement des larbins juifs présumés du gouvernement israélien qui ont à tort « recadré l’antisémitisme ». Voici trois inquisiteurs, dont aucun n’est juif ou victime d’antisémitisme, annonçant depuis leur perchoir de l’ONU qu’ils savent mieux ce qui compte comme antisémitisme que les victimes juives de l’antisémitisme.

Le rapport décrit les boycotts d’Israël (BDS) – des campagnes profondément discriminatoires visant à la ruine politique et économique de l’État juif – comme des « protestations légitimes ».

Les inquisiteurs se plaignent qu’Israël est engagé dans le « lawfare », dans un rapport qui culmine avec un appel à la Cour pénale internationale pour qu’elle lance une guerre éclair anti-israélienne.

Le rapport accuse Israël d’une « stratégie de délégitimation et de réduction au silence de la société civile ». Les stratégies officielles de délégitimation telles que la promotion de l’antisémitisme, les paiements de l’Autorité palestinienne aux terroristes et à leurs familles, et la Charte du Hamas exhortant au génocide, n’ont jamais été évoquées. La stratégie ultime de réduction au silence des Palestiniens n’a pas non plus été poursuivie au cours des 75 dernières années – assassiner des Juifs.

Les inquisiteurs affirment que les Palestiniens sont confrontés à « une tentative claire d’effacer leur identité, leur culture et leur histoire » après avoir raconté cette « histoire » comme la création catastrophique d’un État juif au moyen de l’acte criminel de « nettoyage ethnique ».

L’histoire réelle – à savoir, 3 000 ans de tentative d’effacement du lien du peuple juif avec sa patrie ancestrale, l’effacement des populations juives des terres arabes et l’effacement continu des Juifs pour avoir tenté de réaliser l’autodétermination juive sur la terre d’Israël – n’est jamais mentionné.

Les inquisiteurs attaquent les critiques comme s’engageant dans une « campagne de diffamation bien organisée », tout en s’engageant dans une campagne de diffamation bien organisée pour calomnier les individus et les organisations qui ne « critiquent pas consciencieusement la politique israélienne » ou « ne soutiennent pas les droits des Palestiniens ». Ils entendent par là toute personne qui conteste le « récit palestinien » – mêlé de mensonges et d’incitation à la mort.

Le rapport accuse Israël de rechercher une « occupation permanente ». Sauf qu’Israël a manifestement quitté le Sinaï et Gaza, et la non-négociation permanente est une marque palestinienne.

De manière trompeuse, cette inquisition se présente comme un pourvoyeur de « critiques légitimes des politiques et des actions israéliennes ».

En réalité, le « pogrom de Pillay » est l’une des attaques les plus antisémites et les plus dangereuses contre la patrie du peuple juif dans l’histoire de l’ONU.

Source : jns.org – Par Anne Bayefsky

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop