L’ONU et le terrorisme

0
902

Parfois la réalité est dépassée par les évènements. C’est le cas actuellement, à la suite de l’accusation portée par un tribunal israélien contre un délégué de l’ONU, un palestinien du nom de Borech, d’avoir profité de son titre pour aider le ‘Hamas. A été clairement prouvé que ce personnage se servait en fait de ses avantages pour aider le ‘Hamas à construire divers locaux en sa faveur, ou encore prévenait cet organisme terroriste quand il le fallait afin qu’il puisse récupérer des armes et des munitions, avant que les gens de l’ONU n’arrivent.

Un parfait terroriste, travaillant toutefois en même temps pour l’ONU.

L’organisme international est toutefois intervenu en sa faveur, arguant qu’il devait être considéré comme un diplomate… Non sans que le ministère des Affaires Etrangères israélien se dresse avec virulence contre une telle exigence : en quoi une personne soutenant des groupes terroristes peut-elle encore présenter son immunité diplomatique ? Cette faveur n’est accordée aux représentants d’un pays étranger que tant qu’elle œuvre en effet dans le cadre de sa mission originale ; quand elle change de direction et soutient des groupes terroristes locaux, en quoi est-il possible de lui accorder de telles faveurs.

Que l’on ne conclue pas qu’un terroriste du ‘Hamas n’est pas loin de remplir les visées de l’ONU tout de même !

En un premier temps, fait-on remarquer au ministère, l’ONU avait déclaré accorder sa confiance aux tribunaux israéliens…

 

LIRE  Gaza : le cercle vicieux

Aucun commentaires

Laisser un commentaire