La lutte de la Perse – version 2018

0
509

Ill. : la bataille de Refidim, menée par ‘Amalek, vue par William Hole

Perse, la Perse, cela peut nous rappeler quelque chose… Nous nous en rapprochons : bientôt c’est roch ‘hodech Adar (ce jeudi), Pourim, et toute cette affaire, qui est bien clairement liée à la Perse.

Or de nos jours, ce pays s’appelle l’Iran.

Et ce pays se conduit d’une manière très bizarre : son propre peuple souffre d’une manière très évidente de sous-développement et de manque de moyens, ce qui n’empêche absolument pas ses dirigeants d’investir non point dans l’aménagement des conditions locales, mais dans le projet hautement stupide de creusement de tunnels dans le territoire de la Bande de Gaza, direction Israël, pour attaquer ce dernier pays. Projet stupide, parce qu’il ne faisait aucun doute que ce n’était qu’une question de temps, et Israël parviendrait à contrer ce genre de projets. Cela semble être le cas, ainsi que la destruction de quatre tunnels ces derniers mois le prouve.

Ou encore l’intervention massive de l’Iran en Syrie : après avoir mené une lutte intensive dans ce pays, non sans avoir des arrière-pensées évidentes d’y installer des bases militaires lui permettant d’être au premières loges pour continuer la lutte contre… Israël. Ces jours-ci, du reste, il se peut que cette phase est arrivée à son éclosion, avec l’envoi d’un drone, abattu par Israël, puis l’envoi d’un engin de source iranienne ayant permis de jeter au sol un F16 israélien. La grande gloire. Il faut dire qu’en riposte, Israël s’en est pris à cœur joie à de nombreux sites militaires iraniens en Syrie.

Sans oublier l’importante œuvre de l’Iran au Liban, quand le Hezbollah lui sert de fer de lance, là aussi pour diriger ce pays et pour continuer la lutte contre Israël.

 

On peut se demander : mais quel intérêt l’Iran a-t-elle d’œuvrer avec un tel acharnement contre Israël ? Que lui avons-nous fait ? Pourquoi cette lutte est-elle de loin plus importante que celle du développement social et économique de son propre peuple ?

L’histoire récente nous a fourni un autre exemple d’une telle conduite : l’Allemagne nazie a donné la priorité à la machine meurtrière tournée contre les Juifs, dont six millions ont été tués par ce régime, plutôt qu’en faveur de l’œuvre guerrière dans la dernière période de l’existence maudite de la bête nazie ! Ce pays s’est senti lui aussi investi d’une mission : celle de mettre fin à l’existence du peuple juif, envers et contre toute logique.

 

Cette conduite a été déjà pratiquée par un peuple dans l’Antiquité, et ce virus semble perdurer jusqu’à nos jours : c’est le cas d’Amalek, peu concerné par la sortie d’Egypte des enfants d’Israël, en tout cas certainement pas sur le plan territorial, quand ces derniers se trouvaient encore dans le désert du Sinaï, et pourtant s’en prenant au peuple d’Israël, mené par une haine viscérale qui ne se calmera pas avec le temps.

Haman, le vice-roi de la Perse, reprend ce triste flambeau, et vise à détruire l’ensemble du peuple juif, où qu’il soit dans le royaume d’Assuérus.

 

Nous voici donc, en 2018, à nouveau aux prises avec les représentants de cette tendance, prônant un antisémitisme sans limite et sans cause, quitte à amoindrir leur propre peuple et à se risquer de voir, en Iran même, une révolte se lever…

Que l’Eternel nous envoie à nouveau la victoire contre ces ennemis éternels, et qu’enfin le Trône divin soit entier (cf. Chemoth/Exode 17,16), ce qu’il ne peut être réalisé tant que ‘Amalek aura sa place sous le soleil !

Aucun commentaires

Laisser un commentaire