Macron esquive la demande de désigner terroriste le Hezbollah

Macron esquive la demande de désigner terroriste le Hezbollah

0
76

L’appel intervient dans le contexte de l’explosion qui a fait exploser plus de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium, dévastant Beyrouth et provoquant l’indignation du public – entraînant la mort d’au moins 163 personnes, les blessures etmutilations à vie de plus de 6000 et la destruction de pans de la Capitale sur la Méditerranée.

Habib avait déjà écrit la lettre au président français Emmanuel Macron il y a un an, demandant que le dirigeant français dénonce l’organisation et désigne le mouvement comme une entité terroriste.

Suite au tollé général et à l’indignation du peuple libanais – qui ajoute Habib, « dit haut et fort», que la catastrophe était le résultat direct de l’emprise du Hezbollah chiite fortement armé et soutenu par l’Iran sur le pays – Habib a décidé de réorganiser sa position et de renvoyer la lettre.

“Ma lettre rappelle les faits, tous les faits, y compris que le Hezbollah a beaucoup de sang français sur les mains et que notre pays en a même été l’une des premières victimes (attentat du Drakkar)”, a déclaré Habib sur Facebook.

Il a dit qu’en ce qui concerne la lettre, Macron lui a donné une réponse courtoise mais évasive, «esquivant le cœur du sujet».

LIRE  Des enfants juifs contraints de prier dans une mosquée 

Par conséquent, il réitère maintenant sa demande à la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, “La France doit déclarer le Hezbollah organisation terroriste et supprimer la distinction artificielle entre branche armée et branche politique, comme l’Allemagne!”

À la suite de la visite de Macron à Beyrouth quelques heures après l’explosion, le président français a déclaré au président américain Donald Trump que les sanctions américaines visant le groupe chiite soutenu par l’Iran, le Hezbollah, font le jeu de ceux qu’ils sont censés affaiblir, y compris l’Iran,a déclaré samedi un responsable de l’Élysée.

Washington a cherché à étouffer le financement du Hezbollah dans le monde entier, avec des sanctions parmi une série de mesures contre Téhéran, depuis que Trump s’est retiré l’année dernière d’un accord nucléaire international de 2015 avec l’Iran. Les États arabes du Golfe riches en pétrole, qui ont depuis longtemps acheminé des fonds vers la fragile économie libanaise, s’étaient cette fois, abstenus de fournir une aide financière, alarmés par l’influence croissante du Hezbollah.

“Il lui a dit que dans le cas du Liban, le fait est que la politique de pression ou d’abstention des États-Unis et de certains pays du Golfe pourrait en fait jouer le jeu de ceux qu’ils visent, l’Iran et le Hezbollah”, a déclaré le responsable.

Le chef du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, a salué la solidarité et l’aide qui affluent du monde entier (grâce à Macron), y compris la visite de Macron. Il a déclaré que cela représentait une opportunité (!!!) pour le Liban, déjà en pleine crise financière.

Le même dirigeant du Hezbollah a menacé dans le passé de détruire Israël en provoquant une explosion massive dans le port de Haïfa en utilisant des réservoirs d’ammoniac qui, selon lui, provoqueraient l’équivalent d’une explosion «nucléaire», les mêmes produits chimiques qui ont déclenché l’explosion de Beyrouth.

LIRE  Juifs Français : augmentation de l’antisémitisme et solidarité accrue

“Dans l’intérêt du peuple libanais, pour lui permettre de ressaisir les rênes de son destin collectif, ce serait le geste le plus concret, le plus courageux et le plus fort” que de désigner le Hezbollah comme organisation terroriste, a conclu Habib.

Si la France devait faire un pas en avant en plaçant la distinction terroriste sur le Hezbollah aligné sur l’Iran, elle rejoindrait la liste de plus d’une douzaine de pays et groupes de nations qui ont fait de même – y compris Israël, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Ligue arabe et l’Union européenne.

Reuters et Seth J. Frantzman ont contribué à ce reportage.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro