Mahjoubi interpellé par le même “Gilet jaune ” antisémite et complotiste qu’Apathie

0
157

Le secrétaire d’Etat Mounir Mahjoubi a été interpellé par le même homme que Jean-Michel Apathie et qui se définit lui-même comme « journaliste de rue » ou « journaliste gilet jaune ».

 

L’homme tient des propos antisémites et complotistes.

L’homme se présente comme un « journaliste gilet jaune » et s’est fait connaître sur les réseaux sociaux par une vidéo où il interpelle dans la rue Jean-Michel Apathie en l’accusant de mentir sur le mouvement de contestation et d’être « un petit millionnaire au milieu des milliardaires ».

Au cours de l’échange entre les deux hommes, durant lequel le journaliste d’Europe 1 est resté très courtois malgré les accusations dont il faisait l’objet, la conversation a dérivé sur la question de la « quenelle », ce geste antisémite popularisé par Dieudonné.

L’homme qui se présente sur YouTube comme Isodora Duncan, estime qu’elle est désormais « impossible » à exécuter car, selon lui, « c’était devenu un geste antisystème », soulignant que pour lui, « Dieudonné est le nouveau Coluche ». La vidéo est abondemment commentée sur les réseaux sociaux.

Dans une autre vidéo mise en ligne sur YouTube jeudi 10, l’individu récidive en interpellant Mounir Mahjoubi de manière toute aussi cavalière en lui demandant au sujet de la mobilisation des gilets jaunes: « Est-ce qu’on peut dire que le bétail goy (terme par lequel, depuis l’époque biblique, les Juifs désignent les non-Juifs) se réveille? ».

« Cette révolution des gilets jaunes qui vient du peuple c’est une petit peu comme le Talmud qui dit que les chiens de goys doivent être écrasé et que là ils se rebellent », poursuit Isodora Duncan devant un secrétaire d’Etat totalement halluciné par les propos antisémites de l’individu.

LIRE  Bennet – les mathématiques et la foi

Mounir Mahjoubi préfère couper court à la conversation: « J’ai l’impression que c’est un peu insultant ce que vous dites, et je crois que c’est un peu violent ».

L’individu a également interpellé Audrey Crespo-Mara, Thomas Soto, Franck Dubosc ou encore Bernard Tapie. L’ancien dirigeant de l’OM n’a d’ailleurs pas failli à sa réputation et l’a renvoyé dans les cordes.

Il y a quelques mois, le « journaliste gilet jaune » avait déjà publié des vidéos où on le voyait notamment questionner le rôle de la Licra, ou se rendre à une manifestation LGBT. « Quelle meilleure opportunité qu’une petite réunion anti-homophobie pour poser des questions borderline », expliquait-il en description.

Notons que cet individu s’autoproclame « gilet jaune » mais ne semble pas avoir de lien quelconque avec les organisateurs ou participants des différents courants du mouvement.

Source :

www.francesoir.fr

Le reporter de rue, qui ne dit jamais son nom à ceux qu’il alpague, s’appelle Marc Rylewski.

D’après son profil sur le site Copains d’avant, c’est un homme de 49 ans qui a un temps travaillé pour l’agence photo Gamma. Selon un article de CBS relayé par le journaliste Vincent Glad, c’est un “paparazzi bien connu” sur la place de Paris. Ce qui expliquerait sa facilité à approcher les stars et personnalités.

Le 8 décembre dernier, c’est lui qui a piégé Franck Dubosc en publiant un échange où l’artiste retire son soutien aux “gilets jaunes”.

Au “reporter” qui lui demande s’il veut bien parrainer une émission sur le mouvement, l’humoriste répond agacé : “Sûrement pas. Vous êtes trop haineux, trop hargneux.”

Source

Source www.jforum.fr

Aucun commentaires

Laisser un commentaire