La maison d’enfance d’Elie Wiesel ciblée par des vandales antisémites

0
722

i24NEWS

La maison d’enfance d’Elie Wiesel, écrivain, philosophe, Prix Nobel de la paix et célèbre survivant de l’Holocauste, a été ciblée par des vandales et ses murs ont été recouverts de graffitis antisémites durant la nuit de vendredi à samedi, selon la police de la ville roumaine de Sighet.

Un porte-parole de la police a déclaré samedi qu’une enquête avait été ouverte immédiatement et que les images en provenance des caméras de surveillance placées sur un bâtiment voisin étaient en cours de vérification afin d’identifier les auteurs.

La maison dans laquelle vivait Wiesel avant la Seconde Guerre mondiale a été transformée en 2014 en un centre pédagogique destiné à l’enseignement de l’Holocauste à la mémoire des 13.000 Juifs de la ville déportés à Auschwitz.

Lors de l’inauguration du centre M. Wiesel s’était dit « profondément honoré » que son foyer soit un lieu où la population roumaine locale pourra apprendre davantage sur la Shoah.

Après l’incident antisémite, l’ambassade d’Israël en Roumanie a exprimé sa « consternation », condamnant « cet acte antisémite sans précédent » et exprimant son espoir de voir les coupables rapidement traduits en justice, selon un communiqué cité par le site d’information roumain Realitatea.net.

 « Cet acte grotesque représente une attaque contre la mémoire non seulement d’Elie Wiesel mais de toutes les victimes de la Shoah », a pour sa part déploré l’Institut roumain d’étude de l’Holocauste.

« La mémoire d’Elie Wiesel ne mérite pas une telle offense de la part de membres de sa communauté natale », a ajouté la même source.

En 1944, à l’âge de 15 ans, Elie Wiesel et sa famille – ainsi que le reste des Juifs de la région de Sighet – ont été rassemblés et conduits vers des ghettos. Plusieurs mois plus tard, 131.639 d’entre eux ont été déportés à Auschwitz-Birkenau, où la plupart ont été exterminés.

LIRE  Coronavirus : la Chine en guerre contre la vérité

Il racontera le récit de cette déportation dès l’âge de 30 ans, avec « La Nuit ». Il partira ensuite aux États-Unis où il poursuivra une carrière d’universitaire avant d’obtenir la nationalité américaine en 1968.

Elie Wiesel est mort en juillet 2016 à l’âge de 87 ans. De nationalité américaine issu d’une famille juive orthodoxe hongroise, Elie Wiesel avait notamment écrit « La voix » en 1955, un livre autobiographique où il raconte son expérience dans les camps d’Auschwitz et Buchenwald.

Au total, entre 280.000 et 380.000 Juifs roumains et ukrainiens ont été assassinés ou sont morts pendant la Shoah sur les territoires sous contrôle roumain pendant la Seconde Guerre mondiale.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire