Manifestation et manipulation

Manifestation et manipulation

0
66
Illustration : vue de Turmus Ayya
Par Michèle Mazel

 

Le titre était pourtant prometteur : « Manifestation palestinienne en Cisjordanie contre l’accord Israël-Emirats » ; pour faire bonne mesure Le Figaro du 19 août mettait au premier plan un cliché représentant des dizaines de Palestiniens agitant des drapeaux flambant neufs dont c’était visiblement la première apparition en public. « Des membres des mouvements palestiniens rivaux, le Fatah laïc du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le Hamas islamiste, ont participé ensemble à la manifestation, un fait rare, selon un correspondant de l’AFP sur place.   »

Rare en effet, compte tenu de la profonde inimité qui oppose l’Autorité palestinienne au Hamas qui l’a chassée de la bande de Gaza lors d’un sanglant coup d’état. Aujourd’hui encore, Ramallah tente d’étouffer Gaza en refusant de payer les salaires des fonctionnaires qui lui sont rattachés.

Cette rencontre importante se tenait à Turmus Ayya, petite localité de moins de quatre mille habitants à une vingtaine de kilomètres de Ramallah. Les manifestants, « venus de plusieurs secteurs de Cisjordanie » ont écouté le discours enflammé de Mohammed Shtayyeh, premier ministre palestinien, lequel a déclaré « aujourd’hui nous disons au monde que nous sommes unis contre l’accord du siècle, l’annexion et la normalisation » et qualifiant de « coup de poignard dans le dos » la décision des Emirats.

Ce fut ensuite le tour de Hassan Youssef, « représentant du Hamas en Cisjordanie » qui a dénoncé le plan de paix du président Trump et l’accord entre les Emirats et Israël. Il y a eu, nous dit encore Le Figaro « des accrochages autour de Turmus Ayya entre manifestants et forces israéliennes, les premiers lançant des pierres et les seconds tirant des gaz lacrymogènes. »

LIRE  Le plan de paix de Trump est « très fort », a déclaré Netanyahou

Mais au fait, combien étaient-ils, ces manifestants venus assister à cette rencontre exceptionnelle du fait de la participation des frères ennemis Hamas et Fatah?  « Environ 2 000 » selon Le Figaro. Un chiffre qui parait largement majoré au vu d’une vidéo mise en ligne. D’autant que pour Radio France International, qui rapporte l’événement le jour même en des termes identiques à ceux du Figaro, ils n’étaient que quelques centaines. Ce qui est le cas aussi de l’AFP dont le reportage est la source de ces deux médias. Pourtant le chiffre de 2 000 se glisse vers la fin de l’un et l’autre rapport. Pourquoi ? Se réfère-t-il à un communiqué de l’Autorité palestinienne, soucieuse de donner une plus grande ampleur à une réunion qui n’a pas fait recette ?

A Ramallah on évoquera sans doute le Coronavirus, qui exerce ses ravages, et les soldats israéliens omniprésents. Fahd Yassin, jeune ingénieur palestinien farouchement opposé à ce qu’il appelle « l’Occupation » et à ce titre plusieurs fois emprisonnés en Israël, a une autre explication que l’on a pu lire dans Le Monde du 29 juillet. « …L’Autorité palestinienne a dévoré ses enfants. Si elle demande aujourd’hui aux gens de descendre dans la rue et de résister pacifiquement, comme elle aime, personne ne répondra. Plus personne n’a confiance dans le projet palestinien. Les jeunes ne manifesteront pas, même contre l’annexion. »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop