Méron : « Quand un public n’est pas compris, l’effondrement est inévitable »

4
299
An ariel view shows the gravesite of Rabbi Shimon Bar Yochai on Mount Meron, northern Israel, May 1, 2020. Photo by Matanya Tausig/Flash90

Adapté d’une déclaration du président du sionisme religieux, le député Bezalel Smutrich en référence aux événements de Méron :

Sans l’agitation politique actuelle tournant autour de la démission de la députée de Mérets, tout le discours public aurait été dirigé vers les tristes nouvelles, l’agitation et l’effondrement complet du programme de Méron.

Il s’agit d’une combinaison d’un esprit étriqué, d’un mépris du public, d’une tentative de réduire démesurément le nombre de pèlerins, et de restrictions draconiennes sans rapport avec les conclusions de la catastrophe de l’an dernier.

Comme nous le craignions et l’avions prévenu, les réjouissances se déroulent dès le premier instant dans un chaos absolu.

Sous couvert d' »ordre public », des dizaines de milliers de participants qui avaient acheté des billets à l’avance n’ont pas pu arriver jusqu’au site et leur temps passé dans les parkings a été perdu, ce qui a créé une pression et a mis un terme triste aux festivités.

Les célébrations des relations publiques se terminent en disgrâce pour ses responsables.

Kahana et ses gens ne connaissent pas le public orthodoxe et traditionnalistes, ils le méprisent. Quel autre public serait forcé d’attendre des heures dans les bus et les parkings, sans eau, sans toilettes, sans ombre ? Quel autre public serait traité comme un troupeau de moutons qui doit traverser des enclos étroits et densément peuplés et quand des policiers (qui ne sont pas coupables mais ont juste exécuté les ordres qui leur sont donnés !) les ont poussés un par un ? Pourquoi les allumages de feu ont-ils été évités ? Pourquoi jouer de la musique était-il interdit sur tout le site ? Pourquoi la nourriture était-elle interdite ? Qu’est-ce que tout cela a à voir avec les leçons de la terrible catastrophe qui s’est produite l’année dernière ? Pourquoi deux cent mille musulmans peuvent-ils gravir le Mont du Temple et ceux qui cherchent à célébrer les réjouissances de rabbi Shimon sont limités et réduits à l’extrême ? Pourquoi est-il possible d’organiser des spectacles de dizaines de milliers de personnes au même endroit mais à Rashbi c’est interdit ?

LIRE  Israël : les responsables de la Santé font part de leur désespoir

La personne qui a dirigé l’événement ne comprend probablement pas le sens profond de Lag Ba’Omer à Méron pour les centaines de milliers de célébrants. Il ne comprend pas les sentiments et les aspirations de cet immense public pour Rabbi Shimon.

Et quand les gens ne sont pas compris et quand ils sont sous-estimés, l’effondrement est inévitable.

Certes, il y avait aussi une minorité d’extrémistes qui se comportaient horriblement, mais la tentative de blâmer tout un public entraine honte sur honte.

Ce qui est particulièrement rageant dans cet échec, c’est qu’il était prévu. Nous avons été alertés et interrogés et personne ne voulait entendre. Avec mépris, ils ont rejeté chaque offre et chaque commentaire.

Kahana et ses hommes se sont comportés comme d’habitude avec arrogance et ont ignoré toutes les sonnettes d’alarme. Ils ont échoué et le prix a été payé par des dizaines et des centaines de milliers de Juifs dans la douleur de ne pas avoir pu accomplir une ancienne coutume.

Alors oui, il faut tirer des leçons de la terrible catastrophe et des vies sauvées, mais il n’y a aucun lien entre cela et la gestion ratée et amatrice de l’événement.

La plupart du temps, le public a fait confiance au système, a donné sa chance et a obéi aux instructions, même si c’était avec beaucoup de chagrin. Et le système a gaspillé ce crédit et a extrêmement déçu. La prochaine fois, il sera beaucoup plus difficile d’acquérir cette confiance et cela fera beaucoup de dégâts.

L’année prochaine, nous devrons permettre une réjouissance joyeuse et multi-participants, tout en permettant à tous ceux qui le souhaitent d’y participer. Cela peut être fait sans risquer la vie des gens. Il suffit de comprendre pourquoi il est important de plaire, de faire des efforts, d’écouter, de relever la tête et de se responsabiliser. Avec l’aide de D’.

LIRE  Une chaine palestinienne aurait diffusé une image d’un camp nazi pour parler d’Arabes tués en 1948

4 Commentaires

  1. L’attitude de personnes dépositaires de la Tora est plus scandaleuse que celle des autorités.
    Ils se comportent come des hulliganes.
    C’est une honte pour un simple pèlerinage.

    • Je puis vous garantir qu’aucune personne « dépositaire de la Tora » ne s’est mal conduite, là, il s’agit de quelques excités, comme il y en a partout. Mais, justement, à quel titre les autorités ont-ils le droit de repousser 10.000 ou 20.000 personnes du fait de la mauvaise conduite de quelques gars ? C’est là le reproche qui leur est adressé, et la critique que nous avons fait passer – qui est d’autant plus intéressante qu’elle émane de Smotrich, qui fait preuve là d’une bonne compréhension de ce qui se passe sur le terrain.

Laisser un commentaire