« Nous ne sommes pas des meurtriers, nous ne visons qu’à nous défendre »

0
705

Le terrible drame du Chabbath passé ne cesse de remuer les consciences, quand trois membres de la famille Salomon ont trouvé la mort sous le couteau du jeune Palestinien venu « prendre sa part à la lutte contre les Israéliens ». Un voisin, alarmé par les cris émanant de la maison des voisins, s’en est approché, a rapidement compris qu’il fallait intervenir, demanda à son fils, un soldat, de prendre lui aussi son arme, et c’est ce dernier qui a tiré sur le terroriste et l’a blessé (cf. notre vidéo).

Mais voilà, il n’a tiré qu’en une direction où il laissait le Palestinien vivant ! Etait-ce ainsi qu’il fallait se conduire ? La mère du soldat a pris sa défense : « Nous ne sommes pas des meurtriers, nous, nous devons juste nous défendre ! » C’est ce qu’a fait son fils, en blessant le meurtrier, sans tenter de le tuer.

« Vous vouliez une nouvelle affaire Azaria ? » a-t-elle lancé…

Certains, et non des moindres, aient exprimé l’idée inverse, à savoir qu’il y avait obligation de tuer le terroriste, car sinon, il pourra recommencer à se conduire ainsi – et c’est souvent le cas de ce genre de terroristes, qui, après les années d’incarcération qui leur sont attribuées, ils récidivent…

D’un autre côté, qui nous permettrait-il d’agir ainsi ? Et que répondrions-nous face au monde ?

La question est posée avec une grande acuité actuellement, et fait l’objet de nombreux débat dans le pays, surtout face à cette famille ainsi décimée, et face aux cinq enfants rendus orphelins par cette « bête sans cœur », comme l’a traité le Premier ministre.

LIRE  Un média français a décerné un prix à un dessinateur auteur de caricatures antisémites

 

 

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire