Nouvelles technologies israéliennes sur le traitement du coronavirus

0
223

Le temps qu’il faut actuellement pour diagnostiquer le coronavirus pose l’un des plus grands défis dans le traitement des patients infectés et augmente le risque d’exposition.

À l’aide d’une nouvelle technologie développée par le Dr Amos Danielli, de la Faculté de génie Alexander Kofkin de l’Université Bar-Ilan, les tests de salive peuvent être analysés en 15 minutes. Il a déjà été démontré que la technologie réduit le temps de diagnostic du virus Zika et est actuellement utilisée dans le laboratoire central de virologie du ministère de la Santé à l’hôpital Tel Hashomer.

Le laboratoire du Dr Danielli a développé une technologie pour la détection sensible des séquences d’ARN spécifiques au virus en fixant l’ARN du virus à une molécule fluorescente qui émet de la lumière lorsqu’elle est éclairée par un faisceau laser. À de très faibles concentrations d’ARN, le signal émis est si faible que les appareils existants ne peuvent pas le détecter. « Si nous pensons à la salive d’un patient corona remplissant une pièce entière, alors ce faisceau laser peut être comparé à la taille d’un poing et à de faibles concentrations d’ARN viral, il ne pourrait y avoir que 2 à 3 molécules fluorescentes dans ce poing, « explique Danielli. L’ajout de particules magnétiques à la solution leur permet d’adhérer aux molécules fluorescentes. Cela permet une plus grande concentration de molécules fluorescentes et une mesure beaucoup plus précise.

Deux objectifs principaux ont guidé le Dr Danielli dans le développement de cette technologie – simplifier le processus de diagnostic et le rendre plus précis. « Cette évolution repose sur l’utilisation de deux petits électroaimants, qui sont des aimants alimentés par un courant électrique. En les positionnant correctement, nous avons pu créer un champ magnétique puissant et collecter tous les milliers de molécules fluorescentes de la solution entière et les agréger à l’intérieur du faisceau laser, multipliant ainsi la force du signal par plusieurs ordres de grandeur. Mais ce n’est pas tout. Au lieu de pomper la solution, nous actionnons alternativement les électroaimants, une fois à gauche et une fois à droite, déplaçant les molécules d’un côté à l’autre, à l’intérieur et à l’extérieur du faisceau laser. Lorsqu’ils traversent le faisceau laser, ils s’illuminent. Lorsqu’ils sortent du faisceau lumineux, ils ne sont plus éclairés. Ce scintillement nous permet, sans aucune procédure supplémentaire, de déterminer avec précision si une personne a été exposée au coronavirus.  »

LIRE  Préparatifs à l’approche de la Hiloula de Ra’hel Iménou

La haute sensibilité de la plate-forme et sa facilité d’utilisation facilitent son utilisation dans les applications de point de soins où les ressources sont limitées. Pour fournir aux médecins une méthode alternative pour une détection précise, le groupe du Dr Danielli collabore également avec des universités européennes pour identifier les anticorps que le système immunitaire produit contre le coronavirus.

Alors que le Dr Danielli développe des kits pour identifier diverses maladies, telles que le Zika et le coronavirus, MagBiosense, une société de dispositifs médicaux, développe un dispositif de la taille d’une machine à café domestique qui sera basé sur la technologie de Danielli. Actuellement, le Dr Danielli est à la recherche d’un investisseur pour accélérer le développement du kit coronavirus, afin qu’il puisse être rapidement introduit dans les hôpitaux.

Sheba se prépare à l’épidémie de coronavirus avec des applications et des robots

Au milieu de prédictions contradictoires et d’une crainte grandissante concernant l’arrivée du coronavirus en Israël, Sheba Medical Center s’y prépare avec différents moyens de haute technologie: une application de télémédecine qui permet aux patients de recevoir des soins dans l’isolement, mais dans le confort, de leur propre domicile; et des robots capables de traiter les patients hospitalisés afin de minimiser les contacts avec le personnel – et les autres patients.

Datos Health-In de Sheba est une application de télémédecine qui permet aux patients de rester en quarantaine à domicile. En cas d’épidémie, avec plus de patients que de chambres d’isolement disponibles, l’application peut être un outil viable pour les patients qui ne sont pas gravement malades. Avec l’application, les patients peuvent saisir les signes vitaux et d’autres informations accessibles directement par leur médecin. Les patients peuvent également établir un contact avec leur médecin à toute heure du jour ou de la nuit.

LIRE  Thaïlande : technologie israélienne utilisée pour sauver douze enfants pris dans une grotte

Le programme a été lancé le 9 février et testé sur des Israéliens qui étaient en Chine et qui, selon les instructions du ministère de la Santé, doivent être en quarantaine pendant 14 jours, la période d’incubation du virus. Les médecins initialisent le contact avec les patients deux fois par jour. « Il s’agit d’un cas où la télémédecine protège le personnel ainsi que d’autres patients, en minimisant les contacts directs avec les personnes infectées par le coronavirus », a expliqué Galia Barkai, chef des services de télémédecine à Sheba.

Une autre solution de haute technologie pour les patients potentiellement infectés par le coronavirus est un robot qui peut entrer dans la chambre du patient et être contrôlé par le personnel médical de l’extérieur. Conçus par la société de soins de santé virtuelle basée en Californie, Intouch Health, les robots sont déjà utilisés dans d’autres services, tels que l’USI de cardiologie pédiatrique et l’unité de traumatologie. Le robot peut effectuer diverses tâches tout en transmettant des informations et des images en temps réel au médecin. « Cette technologie est la solution parfaite pour prodiguer des soins aux patients hospitalisés infectés par un coronavirus, tout en protégeant le personnel contre la contagion », a déclaré Barkai.

Mardi, Sheba a effectué son premier exercice dans son nouvel hôpital de campagne, une unité modulaire qui peut être érigée dans une zone ouverte à proximité et utilisée pour traiter les patients atteints de coronavirus. L’unité comprendrait une zone spéciale pour l’examen des personnes suspectées de contracter le virus, ainsi qu’une zone d’isolement pour celles dont le test est positif.

LIRE  Terrorisme : création d’une « unité de coordination » pour les djihadistes sortants de prison

Le dépistage du virus implique des résultats en quelques heures seulement. Mais avec des symptômes initiaux qui ne sont pas très dramatiques et qui rappellent davantage la grippe, notamment la fièvre, la toux et l’essoufflement, le ministère israélien de la Santé ne permet de tester que ceux qui sont revenus de Chine et de quelques autres pays d’Extrême-Orient. Jusqu’à présent, aucune arrivée de Chine ou d’Extrême-Orient n’a été testée positive.

Source hassidout.org

Aucun commentaires

Laisser un commentaire