Oh combien gênant… Les réactions peuvent changer d’une fois à l’autre…

0
84

Là, le Premier ministre et certains membres de la droite ont publié des déclarations en colère selon lesquelles l’opposition n’était pas d’accord pour accepter une formule de compensation face à la députée Shirley Pinto, la forçant ainsi à arriver à la Knesseth six jours après son accouchement. Mais il y a environ trois ans, Pinto est également arrivée quelques jours après accouchement, et alors la droite a réagi différemment : « Quelle conduite fantastique ! »

Be’hadré ‘Harédim

Des membres du parti Yemina, dirigé par le Premier ministre Bennett, ont attaqué l’opposition pour ne pas avoir accepté de suivre la formule habituelle de compensation face à la députée Shirley Pinto, la forçant ainsi à se rendre au plénum, ​​six jours après avoir accouché.

Bennett a écrit, entre autres : « Une mère d’un bébé de six jours a besoin de temps pour récupérer. » Mais mis à part le fait que Pinto est arrivée à la suite du refus d’un membre de son parti, Avir Kara, de voter, un contrôle antérieur révèle que ses membres de Yemina ne se sont pas souciés de l’arrivée de Pinto deux jours après l’accouchement en son temps…

Début 2019, avant les 21e élections à la Knesset, Pinto est arrivée au siège du parti « Nouvelle droite », comme aujourd’hui, deux jours après avoir donné naissance à son fils aîné. Les chefs du parti, Bennett et Shaked, ont posté des tweets à ce sujet et n’ont pas mentionné la difficulté mais le contraire : « Deux jours après la naissance, Shirley rejoint le quartier général. Une vraie combattante », a écrit Shaked. Bennett a ajouté: « C’est une conduite fantastique ! »

LIRE  Le rav Chalom Cohen sur le drame de Méron : "Cela provient du fait de la présence de haine gratuite parmi nous !"

Pinto a également expliqué à la députée de l’époque Shelly Yachimovich, qui a dit que Pinto devrait se reposer, pourquoi elle pouvait venir : « J’ai choisi de partir. C’est autorisé et très légitime. C’est donc tout le droit de la mère de décider, pas ce que la société choisit et détermine. »

Ben oui, c’est comme cela de nos jours, tout peut être retourné, ce qui était remarquable voici 3 ans peut être présenté comme étant excécrable à présent, etc. Tout dépend des intérêts politiques.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire