Ohana : « Interdire de prier en minian, et laisser l’anarchie régner dans les manifestations ?! »

0
346
Israeli minister of Public Security Amir Ohana holds a press conference in jerusalem, on July 15, 2020. Photo by FLASH90 *** Local Caption *** ???? ????? ???? ?????

O’hana, le ministre de la Sécurité intérieure, est un personnage curieux : il n’est de manière plus qu’évidente non religieux, mais souvent il sait faire la part des choses et prendre avec honnêteté position en faveur d’une conduite intelligente et respectueuse envers les personnes religieuses vivant dans le pays !

Là, il a dit : « Il ne doit pas y avoir de conduite sélective dans la police, et même en cas de recours à la force – le message doit aller à tous les policiers : il faut faire preuve de bon sens, utiliser aussi le cœur ». Il a ajouté: « Le problème est que l’information n’est pas accessible au public »

JDN

Le ministre de la Sécurité intérieure, Amir Ohana, a évoqué dans une interview la violence policière contre les orthodoxes, ce qui a entrainé, selon lui, « une crise de confiance entre la police et la société orthodoxe », et a précisé qu’il avait consacré beaucoup de temps à la question. « Nous sommes en train de corriger et tenter de prendre une direction plus positive. Il ne doit y avoir aucune application sélective de la part de la police, et même en cas de recours à la force – le message doit aller au dernier des policiers : faites preuve de bon sens, utilisez également votre cœur. »

Concernant les affrontements entre la police et les manifestants, lors des manifestations devant la résidence du Premier ministre, et la violation flagrante des directives lors des manifestations de la semaine dernière, le ministre a déclaré qu ‘ »il n’est pas logique que nous n’autorisions pas les prières en Minyan et les mariages, mais nous acceptons que les manifestations se passent sans limite aucune. On dirait que nous essayons de nous taire. « 

LIRE  Israël a présenté à l’Égypte des preuves de l’implication de l’Iran à Gaza

Il a déclaré que les frictions entre les civils et les forces de police provenaient d’un manque de transparence: « Le problème est que les informations ne sont pas accessibles au public. Les décisions sont basées sur des données, nous voyons où il y a contagion et où elles doivent être fermées. Au final, ça explose sur le policier. « 

Dans une interview accordée à Zeev Kam et Keren Ozen, il a évoqué une discussion avec le gouvernement qui devrait avoir lieu ce soir, au cours de laquelle il sera décidé d’imposer des restrictions supplémentaires à l’ombre de la propagation du virus Corona, a déclaré Ohana. « La morbidité est très préoccupante. La recommandation de ce soir serait de revenir en arrière. « 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire