On a trouvé ! Rubinstein va être le directeur provisoire du comité de nommination des hauts fonctionnaires

0
32

Le juge à la retraite Eliakim Rubinstein (notre photo – Wikipédia) remplacera Méni Mazouz en tant que président temporaire du Comité des nominations supérieures, résolvant ainsi le dilemme concernant la nomination du prochain chef d’état-major | Mazouz a refusé hier soir d’accepter une nomination temporaire après que sa nomination permanente a été rejetée par la Haute Cour | Les juges ont critiqué la conduite de la conseillère juridique du gouvernement.

Be’hadré ‘Harédim – ‘Hizky Neuman

Le juge à la retraite de la Cour suprême et ancien procureur général Eliakim Rubinstein a été élu aujourd’hui (vendredi) au poste de président temporaire du Comité des nominations des hauts fonctionnaires à la place de l’ancien juge de la Cour suprême Méni Mazouz, dont la nomination permanente a été rejetée hier par la Haute Cour de justice. Cette nomination était importante car sans lui le gouvernement ne serait pas en mesure de voter la nomination de ‘Hertzi Halevi au poste de nouveau chef d’état-major.

Le juge à la retraite Eliakim Rubinstein a déclaré: « Je prends le poste de manière temporaire, dans le but d’examiner la nomination du chef d’Etat-Major, et non pour une nomination permanente.' »

Hier soir, après la décision de la Cour suprême de le disqualifier du poste de président de la Commission des nominations supérieures, le juge à la retraite Méni Mazouz a répondu à leurs propos et a déclaré : « Je respecte la décision du tribunal, même si je pense que la décision est erronée et ne correspond pas à l’essence du comité et à son objectif. Dans ces circonstances, je ne pourrai pas assumer le poste de président du comité dans le format prescrit. »

LIRE  Un avion d'El Al atterrit en urgence en Croatie

Ces dernières semaines, les juges de la Haute Cour de justice ont ouvert un front contre la conseillère juridique du gouvernement, Gali Beharev Miara, après qu’elle ait rejeté leur proposition que la nomination soit temporaire et non pour huit ans, juste pour qu’il soit possible nommer un chef d’état-major. La Haute Cour a gelé la nomination et a exigé des réponses de l’État quant aux raisons pour lesquelles il ne pouvait pas s’agir d’une nomination temporaire, qui ne discuterait que de la nomination de Hertzi Halevi au sommet de la hiérarchie militaire.

Il y a environ un mois, le gouvernement a approuvé la nomination permanente du juge à la retraite de la Cour suprême, Méni Mazouz, à la tête du comité. Après que la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked a demandé à l’ancien Premier ministre Naftali Bennett d’opposer son veto à cette nomination, Bennett a déclaré qu’« il serait irresponsable de ne pas nommer un chef d’état-major pendant une période de sécurité sensible au Liban et à Gaza ».

Aucun commentaires

Laisser un commentaire