Opération Grenade 20 : comment Moscou a appris à craindre Israël

0
86

Israël ne sera pas comme la Tchécoslovaquie” – 50 ans depuis l’opération Grenade 20 

Dans l’opération Grenade 20, pendant la guerre d’usure, les pilotes israéliens se sont battus contre leurs rivaux soviétiques dans les cieux égyptiens. Article de rappel du colonel (Res.) Pesach de Lubrani

Israeldefense

Le 30 juillet 2020 marque le jubilé de l’une des opérations extraordinaires de l’armée de l’air, qui est entrée dans l’histoire – la bataille aérienne qu’elle a lancée et menée contre les avions de l’armée de l’air soviétique, arrivés en Égypte au début des années 1970 et ayant agi pour empêcher les avions de l’armée de l’air israélienne d’opérer dans le ciel.

La guerre d’usure, initiée par les Egyptiens après leur défaite lors de la guerre des Six Jours, s’est déroulée, selon un document officiel du ministère égyptien de la Défense (de 1998) entre juin 1967 et août 1970. Sa dernière phase, entre mars-avril 1969 et août 1970 est devenue, selon ce document, le projet d’ouvrir la guerre dans tous les domaines.

Aide de l’URSS 

Au cours de cette guerre, un nouvel ennemi d’Israël est apparu dans l’arène égyptienne, les forces soviétiques indépendantes, envoyées pour aider l’Egypte à se confronter à l’armée de l’air israélienne, dont l’influence sur la campagne s’est accrue, notamment avec le début des frappes en profondeur. Les dirigeants égyptiens et le commandement égyptien comprenant que l’Égypte était incapable de faire face à la supériorité aérienne israélienne a conduit à la décision de se tourner vers les dirigeants soviétiques et de leur demander d’envoyer des forces indépendantes en Égypte, pour mener les combats contre l’armée de l’air israélienne.

Il s’agit d’une décision inhabituelle de la part d’une (hyper-)puissance mondiale d’intervenir dans un conflit régional pendant la guerre froide. Les dirigeants soviétiques ont initialement débattu de la manière de décider de la question. Le président égyptien Jamal ‘Abd al-Nasser s’est adressé à eux après la fin de la guerre en 1967 avec une proposition d’envoyer des forces indépendantes en Égypte, en renfort de la faible défense aérienne égyptienne, mais les Soviétiques ont d’abord refusé, affirmant qu’ils n’étaient disposés qu’à aider à établir et à renforcer les lignes.

L’armée de l’air égyptienne et sa défense anti-aérienne n’ont pas réussi à défendre le ciel égyptien contre l’armée de l’air israélienne. Ce sombre tableau a été présenté par l’armée à Nasser au début des années 1970 dans le cadre d’une discussion sur bilan de la guerre et de l’armée égyptienne. “Nasser a décidé de se rendre à Moscou pour une réunion urgente avec les dirigeants soviétiques et a exigé qu’ils déploient des forces soviétiques en Égypte capables de faire face aux avions israéliens (une décision similaire a été prise par le président syrien Hafez al-Assad après la destruction des batteries de missiles syriens pendant la guerre du Liban, en 1982).

Suite à cette réunion, le Kremlin a décidé d’envoyer en Egypte une division de défense aérienne en trois divisions, équipée de missiles sol-air S-125 Neva/Pechora (terminologie OTAN : SA-3 Goa), alors nouveaux et presque inconnus en Occident, ainsi qu’une force aérienne, qui comprenait une brigade de trois escadrons et un autre escadron indépendant, au total 70 MiG-21 améliorés et 102 pilotes, ainsi que des équipages soviétiques au sol et des contrôleurs.

Selon des sources soviétiques, l’Union soviétique a commencé à se préparer à la possibilité de lancer des forces dès le second semestre de 1969. Il s’agissait d’une réalisation stratégiquement importante pour l’Égypte et sa présidence, qui a été annulée deux ans plus tard, à la suite du retrait de ces forces par le président Sadate.

Batterie de missile S75. L’élément au centre est un radar, entouré de tranchées pour les lanceurs de missiles

Forces soviétiques indépendantes

Après une bonne organisation en Union soviétique, la Division de la défense aérienne a été transférée en Égypte, par voie maritime. L’opération a été surnommée le “Caucase” et a duré de fin février à début avril 1970. Outre les 18 batteries de missiles (selon une autre version – 24 batteries), sont également venues des unités de canons anti-aériens portables 24-ZSU et des missiles à l’épaule SA-7. La force était préparée, selon les premiers plans des équipages soviétiques, à monter au front et dans tout le Caire et à Alexandrie, ainsi que pour assurer la défense aérienne des bases de l’armée de l’air égyptienne, où l’armée de l’air soviétique, arrivée au même moment, était stationnée.

LIRE  Israël fabrique 40% des imprimantes 3D dans le monde

L’armée de l’air est arrivée par voie aérienne et s’est installée dans des bases de l’armée de l’air égyptienne qui lui étaient assignées. Après avoir terminé leur installation, les forces ont commencé à mener des activités opérationnelles, comme prévu. L’arrivée des forces indépendantes a été rapidement détectée par l’unité 848 (aujourd’hui 8200 israélienne). Il s’agissait d’une unité d’hommes et de femmes soldats russophones de Tsahal, établie dans l’unité après la guerre des Six jours, dans le cadre de l’organisation de la Division du renseignement, chargée de faire face à la présence soviétique dans les armées égyptienne et syrienne.

Celle-ci a alors décelé la mise en place d’une organisation, en présence de conseillers, experts et instructeurs, venus participer à la réhabilitation des deux armées, former leurs hommes et augmenter leurs capacités opérationnelles et futures, ainsi qu’assurées par la présence de la cinquième flotte de la marine soviétique, notamment dans le bassin méditerranéen oriental. Les membres de cette unité ont été surnommés “les Grechkoy”, du nom du ministre soviétique de la Défense de l’époque, le maréchal Andrei Grechko, qui n’aimait pas beaucoup l’Occident ni Israël.

L’Etat d’Israël et l’armée israélienne se sont retrouvés sur le front sud face à une puissance mondiale, et pas seulement à l’armée égyptienne. Le Premier ministre Golda Meir a annoncé le 28 avril 1970 que les forces soviétiques étaient arrivées en Egypte, déclarant qu’Israël serait prêt à les combattre.

Donnez une leçon aux pilotes soviétiques

Les premiers avions abattus par les missiles soviétiques étaient des avions égyptiens, qui n’étaient pas équipés du nouveau moyen d’identification Amit-Predator (ZAT), avec lequel les Soviétiques équipaient tous leurs avions et systèmes radar. Ceci, suite à l’enlèvement du radar à Ras Gharb lors de l’opération Rooster 53 (26-27 décembre 1969 : Forces participantes, y compris le 50e bataillon de la Brigade Nahal, l’unité de reconnaissance . d’élite parachutiste Sayeret Tzanhanim et l’armée de l’air israélienne).

La mission Rooster 53 a été lancée à 21 heures le 26 décembre. A-4 Skyhawks et F-4 Phantoms ont commencé à attaquer les forces égyptiennes le long de la rive ouest du canal de Suez et de la mer Rouge. Cachés par le bruit des jets attaquants, trois Super Frelons Aérospatiale, transportant une force de la 35e Brigade de Parachutistes, dirigés par le lieutenant-colonel Arie Sidon et son adjoint Doron Rubin, se dirigèrent vers l’ouest en direction de leur cible. Faisant leur approche avec précaution afin de ne pas être repérés au préalable, les parachutistes ont submergé le contingent de sécurité légère à l’installation radar et ont rapidement pris le contrôle du site. [2]À 2 heures du matin, le 27 décembre, lorsque les parachutistes ont démonté la station radar et préparé les différentes pièces pour les CH-53, les deux hélicoptères ont été appelés de l’autre côté de la mer Rouge. Un CH-53 transportait la caravane de communication et l’antenne radar, tandis que l’autre prenait le radar plus lourd de quatre tonnes lui-même. [3] Les deux hélicoptères ont fait leur chemin de retour à travers la mer Rouge vers le territoire contrôlé par Israël.

Les pilotes israéliens ont également subi des pertes, mais réussi des attaques, qui ont entraîné la destruction de batteries et la mort d’équipages soviétiques.

Alors que les batteries de défense aérienne soviétiques ont réussi à dissuader des avions de l’armée de l’air israélienne, et ont eu recours à des tactiques y contribuant, l’armée de l’air soviétique n’a pas encore connu de succès et n’a pas réussi à intercepter les avions ennemis qui pénétraient sur le territoire égyptien, que ce soit à des fins de bombardement, de prises photographiques et de reconnaissance. Plusieurs tentatives ont échoué et les avions soviétiques sont revenus à la base sans obtenir aucun résultat. Les jeux du «chat et de la souris» que nos avions menaient devant eux, par définition, les ont conduits à recourir à diverses méthodes, notamment à tendre des embuscades et placer les avions devant les bases d’avant-postes, se montrer en silence et voler à basse altitude, pour ne pas être détectés par Tsahal, etc.

Ce fut le cas le 25 juin, lorsqu’un duo de MiG-21 a poursuivi un Skyhawk de ‘Hel Haavir (l’armée de l’air) et a réussi à le frapper en tirant un missile sur lui, le forçant à atterrir sur une base renforcée. Cet incident et celui qui l’a précédé le 22 juin ont indiqué la grande confiance en soi des pilotes soviétiques, et le degré de leur détermination à abattre des avions pour l’armée de l’air égyptienne, et dans ce contexte, on a décidé de réagir et de «donner une leçon aux pilotes soviétiques».

LIRE  Israël: le chaos politique bloque les budgets alimentaires pour les nécessiteux

Grenade 20

L’opération, qui était planifiée par l’armée de l’air, était surnommée «Grenade 20» et s’est déroulée le 30 juillet 1970, en territoire égyptien, dans le secteur sud du canal de Suez. L’opération avait pour but, selon ce qui est décrit sur le site Internet de l’armée de l’air, de préparer une embuscade aérienne pour les Soviétiques, lorsqu’un quatuor d’avions “Shakhak” (Mirage) entrerait en territoire égyptien en mission de surveillance-photo. Ceux-ci ont été localisés par le contrôle soviétique, qui a lancé deux quatuors MiG-21 dans leur direction, afin de les intercepter, puis un quatuor israélien d’avions «Nesher» et un trio d’avions «Shakhak» qui attendaient à une certaine distance de la zone sont entrés en action.

L’embuscade sophistiquée de l’armée de l’air a réussi, et dans une bataille aérienne de masse qui a eu lieu, à laquelle 24 MiG-21 soviétiques ont pris part contre 14 avions de combat israéliens, cinq avions ennemis ont été abattus sans faire de victimes pour les forces de Tsahal.

Il y avait aussi un stratocruiser surdimensionné (Boeing 377), en mission spéciale : à bord des systèmes de communication et des membres de l’unité “Crochet” de l’IAF, spécialisés dans l’écoute électronique et le déchiffrement de l’activité soviétique au Moyen-Orient. En outre, l’armée de l’air a signalé exactement le moment où les avions ennemis décollent.

Les pilotes soviétiques se sont retrouvés encerclés de toutes les directions et le masquage du contact ne leur a pas permis d’obtenir des conseils depuis le sol – leur méthode de travail préférée. Les agents de contrôle au sol ont paniqué : où sont passés leurs avions ? Pourquoi personne ne répond ? Est-il possible qu’Israël ait déjà coupé court à tout le monde ? Une bataille aérienne vertigineuse était sur le point de commencer.

Ce fut un «jour noir» pour les forces soviétiques en Égypte, et à Moscou également, ce fut une grave surprise pour les dirigeants politiques et militaires. C’était la première fois depuis la fin de la guerre de Corée que des avions de l’armée de l’air soviétique étaient abattus, et cette fois par des pilotes israéliens. Les Soviétiques justifieront les résultats de la bataille en disant que leurs pilotes étaient inexpérimentés et agissaient selon les tactiques traditionnelles, tandis que les pilotes israéliens étaient qualifiés et avaient une vaste expérience opérationnelle.

Selon des sources soviétiques, au moins certains d’entre eux auraient été des pilotes américains volontaires d’origine juive, qui auraient acquis de l’expérience dans la guerre du Vietnam, ce qui expliquerait leurs exploits contre les avions soviétiques et leurs taux de survie élevés contre les batteries de missiles. Moscou s’est dépêché d’envoyer en Égypte, le lendemain de la bataille, le commandant de l’armée de l’air soviétique, le maréchal Pavel Kutahov, qui a averti ses hommes de ne pas parler de la bataille et de ses conséquences, car quiconque le ferait se retrouverait dans un avion en route pour la Sibérie. Kutahov a ordonné à ses pilotes de ne pas traverser le canal de Suez vers le Sinaï, ni de participer à d’autres batailles aériennes face aux avions israéliens. Les Soviétiques ont également créé une commission d’enquête sur l’Égypte, avec l’armée de l’air égyptienne.

Tout le monde a gardé la bataille sous le sceau du secret pendant un moment. Néanmoins,  Radio Moscou a diffusé ce jour-là l’annonce d’une bataille aérienne en Egypte, au cours de laquelle quatre MiG-21 égyptiens avaient été abattus, ce qui a été démenti par les Egyptiens. Environ deux mois après la bataille, le Washington Post a publié, sur la base de sources égyptiennes, une information sur l’existence de la bataille et ses résultats. Le Premier ministre Golda Meir a admis en octobre 1970 qu’Israël avait combattu contre des avions pilotés par des pilotes soviétiques. À ce jour, les médias soviétiques / russes couvrent rarement l’événement, apparemment à cause de l’embarras qui l’a accompagné.

Israël ne sera pas comme la Tchécoslovaquie” 

Le ministre de la Défense Moshe Dayan a même écrit dans son livre que, lors d’un interrogatoire des pilotes de l’armée de l’air, il leur a dit que “la bataille a une importance politique de grande portée” et que bien qu’Israël n’avait aucun intérêt à se laisser entraîner dans l’escalade, surtout avec l’Union soviétique, “Israël ne sera pas comme la Tchécoslovaquie, nous nous battrons. Et nous vivrons. “

LIRE  Le « vin de Terre sainte » : rare découverte archéologique du 5ème siècle en Israël

Les résultats de la bataille ont même causé de la joie durant l’Aïd dans l’armée de l’air égyptienne en raison de l’échec russe, démontrant  que les pilotes soviétiques n’avaient pas eu plus de succès qu’eux en confrontation directe contre les pilotes de l’armée de l’air israélienne. Les pilotes égyptiens n’ont pas pu contenir leur rire devant leurs instructeurs, et Nasser a été contraint de passer l’ordre explicite à ses pilotes de ne pas le faire (rire des Soviétiques).

Le président égyptien Hosni Moubarak, alors chef de l’armée de l’air égyptienne, a déclaré au président Ezer Weizmann lors d’une de leurs réunions, neuf ans après la bataille, qu’il avait suivi la bataille et savait exactement ce que les Israéliens avaient préparé pour les pilotes soviétiques. Parce que les Égyptiens étaient en colère contre eux à cause de leur attitude méprisante à leur égard, et à cause du mépris pour leurs instructeurs et les capacités de vol des pilotes égyptiens, ils ont décidé de ne rien leur dire, et se sont dit qu’ils allaient le savourer, qu’eux aussi goûteraient ce que les Israéliens avaient préparé pour eux.

Un autre facteur de succès dépendait d’un partenaire à part entière dans la bataille : les membres de l’unité 848 (maintenant 8200) qui se sont bien préparés pour l’événement. Au-delà du fait que leur travail continu depuis l’arrivée des forces soviétiques indépendantes a contribué à la reconnaissance de leur ligne de conduite et a servi les planificateurs de l’armée de l’air dans cette opération, ils ont apporté une contribution importante pendant la bataille elle-même et l’ont améliorée grâce à leurs “grandes oreilles”.

Toutes les connaissances qu’ils ont absorbées pendant ce temps a été rapporté à l’armée de l’air, y compris l’agitation et la grande confusion qui régnait du côté soviétique, à la suite de la bataille surprenante que les Israéliens ont organisée à leur encontre. Le commandant de l’armée de l’air soviétique en Egypte, le général Dolnikov, a tenté en vain de mener ses pilotes au combat. Mais les blocages résultant de la guerre électronique qui ont été activés lors des communications avec eux, ne l’ont pas permis et ont déstabilisé les Soviétiques. Les cris et les malédictions qu’ils ont prononcés dans ces relations ont exprimé leur impuissance totale pendant la bataille. Ce fut peut-être le point culminant du travail de l’unité «Crochet» pendant cette période mouvementée.

Les Soviétiques ont vengé cette défaite, qui a porté atteinte à leur prestige, dans la bataille qui a eu lieu le 3 août, entre les avions de l’armée de l’air et leurs batteries de missiles, lorsqu’ils ont réussi à lancer un missile en embuscade qui a affecté l’un des avions, et en a frappé un autre. C’était la dernière bataille entre l’armée de l’air et les forces de la puissance soviétique stationnée sur le sol égyptien. Le 7 août, le cessez-le-feu est entré en vigueur et les Égyptiens ont réussi à faire avancer leurs batteries de missiles dans le canal, comme une étape préparatoire à la prochaine guerre – la guerre de Yom Kippour.

Les Russes craignaient que ces informations classifiées, et piratées par la future unité 8200 ne soient transmises aux États-Unis, qui pourraient les appliquer à l’échelle mondiale, ce qui les obligerait à remplacer toute leur théorie des communications militaires – et limiterait la capacité de l’URSS à démontrer sa puissance et à faire fonctionner son armée efficacement. Les pilotes de Tsahal sont bons, voire excellents – mais les services de renseignements de Tsahal sont tout simplement “monstrueux”. Et lorsque vous opérez à proximité de telles infrastructures de renseignement, vous vous mettez en danger partout dans le monde.

En bout de ligne, l’opération Grenade 20 a été couronnée d’un succès vertigineux et aurait pu empêcher une guerre très dangereuse au prix de seulement six MiG abattus. Aujourd’hui, les Russes sont au Moyen-Orient pour d’autres raisons, et essaient d’éviter les incidents avec l’armée de l’air israélienne (je vous parlerai des risques qui en découlent une autre fois).

Adapté de la version en hébreu : Marc Brzustowski

israeldefense.co.il/

Aucun commentaires

Laisser un commentaire