Organisations de gauche contre l’élimination des hauts responsables jihadistes : « Ce sont des exécutions sans procès »

1
70

Les organisations de gauche « Le Comité public contre la torture » et « Il y a une limite » contre l’assassinat de hauts responsables de l’organisation terroriste Jihad islamique dans la bande de Gaza.

JDN

Les organisations d’extrême gauche « Comité public contre la torture en Israël » et le mouvement « Yesh Gevoul » ont demandé au conseiller juridique du gouvernement, l’avocat Gali Beharev-Miara, de créer un comité d’inspection chargé d’enquêter sur les opérations d’élimination lancées lors de la dernière opération à Gaza.

Selon eux, dans le cadre des assassinats, dix civils innocents ont été tués, dont trois jeunes enfants. Les organisations affirment par l’intermédiaire de leurs avocats, Michael Spard et Shanir Klein, que les circonstances de l’attaque soulèvent un soupçon fondé qu’elles ont été menées en violation du droit international.

« Ce sont des résultats horribles et à glacer le sang, dans lesquels des enfants – des tout-petits – et des femmes et des hommes qui sont des citoyens qui ont des vies, des familles, des êtres chers qui les aiment, des rêves et des projets d’avenir (comme tous les êtres humains), qui n’ont rien fait à personne, sont tués dans des attaques préméditées par l’armée, qui choisit le moment et le lieu, le type d’armement et sa force. »

Ils ont également ajouté dans la lettre au conseiller juridique qu' »il s’agit d’un cas clair d’action clairement disproportionnée et donc d’une action clairement illégale sur laquelle flotte un drapeau noir ». Dans la lettre, les avocats précisent que si leur demande d’enquête indépendante est rejetée, les organisations d’extrême gauche feront appel devant la Haute Cour.

Selon l’avocat Tal Steiner, PDG du Comité contre la torture, « l’armée et le Shin Bet poursuivent une politique criminelle d’assassinats qui conduit au massacre massif de civils innocents. Il s’agit d’exécutions extrajudiciaires, qui non seulement violent le droit international, mais se font même en violation de l’arrêt de la Cour suprême qui, malheureusement, a largement justifié le recours même à cette pratique illégale. Si une commission d’examen indépendante n’est pas convoquée pour examiner la légalité des actions récentes de l’armée à Gaza, en Israël. Elle témoignera par elle-même qu’elle ne veut pas et est incapable de maintenir les règles du droit international et les lois de la guerre, et ouvrira ainsi la porte à l’intervention des institutions internationales, afin de rendre justice aux victimes de sa politique immorale. »

Yoav Hess du mouvement Yesh Gevoul a ajouté : « Il y a une sérieuse inquiétude que toutes les lignes aient été franchies. Les rouges et même les noires. On soupçonne qu’une nuit noire a terni les capitaines de l’État d’Israël pour avoir commis un crime inimaginable et les pilotes comme exécutant un ordre manifestement illégal. Sachez à l’avance qu’il y a des enfants là-bas et éliminez-les. Si c’est bien ce qui s’est passé, tous ceux qui ont eu un pied et une main dans cette affaire devraient être poursuivis ».

Pour ces charmants gens de Gauche, notre rôle est de baisser la tête et de nous laisser tuer…

1 Commentaire

  1. Tant que qu’ils font leur business sur le dos de leurs frères… Ils ont davantage de compassion pour les assassins de leur peuple, c’est triste

Laisser un commentaire