Paracha Lekh Lékha : le cœur des rois est dans la main de D’

0
31

Paracha Lekh Lékha : le cœur des rois est dans la main de D’.

Par le rabbi de Kalov

« Abram répondit au roi de Sodome : « Je lève la main devant l’Éternel, qui est le D’ suprême, auteur des cieux et de la terre » (Beréchit 14,22)

On relate qu’un jour, un homme dénonça rabbi Israël de Rouzine auprès du Tsar Nicolaï 1er, empereur de Russie, en prétendant qu’il cherchait à se rebeller contre le royaume et de ce fait, se conduisait lui-même en suivant un protocole royal.

Le Tsar manda un espion à Rouzine, pour vérifier l’exactitude des faits. L’espion se déguisa en Juif aisé désirant acheter une forêt, qui venait prendre conseil auprès du rabbi et obtenir sa Berakha. Avant de quitter le rabbi, l’espion lança une conversation sur la méchanceté du roi qui causait des problèmes aux Juifs en leur imposant toutes sortes de décrets. L’espion tenta de maudire autant que possible le souverain.

Or le rabbi de Rouzine lui répondit que le fait que le souverain imposait des décrets négatifs ne constituait pas une preuve de son animosité. En effet, si du Ciel, il a été décidé un décret négatif à l’encontre du peuple d’Israël, dans ce cas, même si le roi est bon, D’ dirige son cœur, comme l’a affirmé le roi Chelomo (Michlé 21) : « Le cœur du roi est comme un ruisseau dans la main de l’Éternel ; Il le dirige partout où Il veut. »

Le rabbi de Rouzine lui relata une histoire à ce sujet : un Juif possédait une taverne et avait recruté un jeune employé non-juif qui faisait office de serveur. Le Juif et sa famille traitaient le serviteur avec bonté et pourvoyaient au mieux à ses besoins. Lorsque ce non-juif grandit et voulut fonder sa propre famille, ils le comblèrent d’argent et de cadeaux, et il partit le cœur empli de gratitude pour les Juifs qui l’avaient traité avec tant d’égards.

Quarante ans s’écoulèrent, et un jour, un groupe de Juifs arriva à la taverne, ils étaient originaires de l’une des régions de Pologne qui était alors divisée en petits États. Ils relatèrent au propriétaire des lieux que le roi de leur contrée avait décrété leur expulsion. Ils tenaient à présent à se renseigner sur une personne influente qui pourrait infléchir le roi et le faire revenir sur sa décision. Ils apprirent que ce roi, dans son enfance, avait grandi dans cette taverne. Ils étaient donc venus pour leur demander de l’aide auprès du roi, pour le prier de sauver leur peuple menacé d’expulsion.

Le Juif entreprit immédiatement de se rendre chez le roi, qui fut ravi de sa visite. Il lui rendit beaucoup d’honneurs, et ils passèrent beaucoup de temps ensemble à converser et à évoquer les souvenirs de l’époque où il avait séjourné chez les Juifs.
Lorsqu’ils commencèrent à évoquer le traité d’expulsion édicté par le roi à l’encontre des Juifs, le Juif se demanda ce qui avait pu provoquer chez lui cette haine de ses coreligionnaires. Le souverain répondit qu’il avait toujours beaucoup aimé le peuple juif, alors qu’il avait lui-même profité pendant de longues années de leur générosité et avait observé leur conduite irréprochable dans tous les domaines. Mais du Ciel, on avait décidé de lui faire promulguer ce décret, et lorsqu’il avait pensé se rétracter en voyant que c’était injustifié, il vit en rêve que des anges du Ciel lui avaient prescrit de chasser les Juifs, et réalisa alors qu’il était dirigé depuis le Ciel.

Lorsque le rabbi eut fini de parler, l’espion lui révéla qu’il était venu le mettre à l’épreuve, et il venait d’avoir la preuve qu’en réalité, les Juifs ont l’usage de se plier, en exil, aux autorités locales. En effet, ils croient que tout est du Ciel, et ne pensent pas du tout à se révolter contre le pouvoir en place.

Le point fondamental relevé ici, se retrouve également chez Pharaon, roi d’Égypte : au départ, les Juifs étaient des dirigeants influents, sous la direction bienveillante de Yossef Hatsadik, le vice-roi, mais lorsque le décret de l’exil leur fut imposé, D’ transforma le cœur de Pharaon et de ses ministres, comme il est dit (Tehilim 105,25) : « Leur cœur changea jusqu’à prendre son peuple en haine. » Par la suite seulement, lorsqu’ils implorèrent D’ par la prière, D’ inspira Pharaon à les autoriser à partir. D’ orchestra les événements de sorte que Moché Rabbénou les dirige à la sortie d’Égypte, lui qui était un berger dénué d’expérience politique et de moyens d’influer sur le souverain. C’était un étranger venu d’une contrée lointaine, ne représentant ni pays, ni parti. De plus, il avait des difficultés d’élocution. On ne pouvait commettre l’erreur de penser que Pharaon avait accepté leur départ, du fait que Moché Rabbénou était un brillant lobbyiste, et ils comprirent que tout se décidait dans le Ciel.

Même phénomène chez le roi A’hachvéroch qui décréta l’anéantissement des Juifs ; la reine Esther fit l’effort de se rendre auprès du roi pour tenter de l’infléchir, tout en demandant aux Juifs de se rassembler au même moment en prière. En effet, l’essentiel est la prière adressée à Hachem et les efforts que l’on déploie sont uniquement un moyen de se rendre quitte des efforts nécessaires d’après les voies naturelles. Par le mérite de leurs prières, D’ changea le cœur d’A’hachvéroch en faveur du peuple d’Israël.

Nous retrouvons cette même dynamique ici, chez Avraham Avinou. Avec l’aide de D’, il avait réussi à triompher des rois qui avaient vaincu le roi de Sodome et conquis la ville, et son statut fut rehaussé aux yeux de tous. Alors, le roi de Sodome lui proposa une entente : « Donne-moi les personnes » : donne-moi les habitants de Sodome en leur demandant de m’élire comme roi, et par ce mérite: « les biens, prends-les pour toi » : tu pourras toujours obtenir de ma part des biens et des faveurs, du fait que je suis un souverain aisé.

À ce sujet, Avraham lui répondit un message destiné à renforcer et à diffuser la Émouna en Hachem : « Je lève la main devant l’Éternel, qui est le D’ suprême, auteur des cieux et de la terre » : je lève toujours mes bras en prière vers D’, Créateur et Dirigeant de toutes les créatures, et c’est ce que je ferai également lorsque j’aurais besoin d’une faveur de ta part ; je réussirai même si je ne conclus pas cette alliance avec toi, car l’essentiel dépend de la prière adressée à D’ qui dirige le cœur des rois et des ministres.

Chabbath Chalom !

©2020 KALOV | ISRAEL/USA

Like  Tweet  +1
LIRE  Hiloula de rabbi Réfaël Baroukh Tolédano : son respect des parents
Powered by Mad Mimi®

Aucun commentaires

Laisser un commentaire