Parachath Vayikra

0
267

Autour de la table de Shabath par le rav David Gold

On souhaitera une grande guérison au rav Hamou chlita: Messaoud ben Esther parmi les malades du Clall Israel

« Corona » ou devenir orthodoxe sans le savoir !

Notre paracha est la première du 3° livre de la Tora qui traite des sacrifices et s’appelle « Vayikra »; le premier mot du Livre saint qui signifie : « Il (Hachem) appela Moché… ». Si mes lecteurs pouvaient lire dans les rouleaux de la Tora, ils verraient qu’une des lettres de ce mot est écrite en plus petit : le Aleph à la fin du mot. Or, on le sait, chaque lettre a sa signification et son importance. Les commentateurs expliquent que ce petit Aleph est le résultat d’une discussion qui s’est déroulée entre Hachem et Moché Rabbénou. En effet, D’ voulait commencer ce troisième livre de la Tora par une invitation faite à Moché en lui disant : « Hachem appela Moché (dans la tente d’Assignation) afin de transmettre la Tora au peuple… » Or, Moché n’est pas un homme qui aime les honneurs et la une des journaux… Il refusa donc que la Tora écrive noir sur blanc que Hachem l’invite pour lui transmettre des nouvelles lois: c’est trop d’honneur pour un homme fait de chair et de sang… Il décida donc d’écrire à la place: Vaykar. Si mes lecteurs sont de fins grammairiens de la langue sainte, ils pourraient savoir que « Vaykar » à la même racine que « Mikré » qui veut dire : hazard. Ce même mot « Vaykar » on le retrouve auprès du sorcier Bil’am lorsque Hachem S’est dévoilé la nuit lors d’un rêve, il est mentionné : »Vaykar… ». Il s’agissait d’une vision prophétique soit, mais sous le signe du hazard d’un rêve la nuit. Donc Moché Rabbénou dans sa grande humilité désirait utiliser ce même mot pour faire croire au peuple que son niveau de prophétie équivalait à celui d’autres prophètes. Or Hachem verra les choses différemment et ordonnera à Moche d’écrire : »Vayikra » pour signifier que la prophétie de Moché est bien au-delà des autres prophètes. En final, Moché s’exécutera mais écrira la dernière lettre ‘Aleph’ en plus petit (afin de respecter son intention première). Formidable de voir l’humilité du plus grand des prophètes qui a existé sur la planète ! Ce trait de caractère –l’humilité- est une grande marque de vertu dans le peuple du livre. Plus encore, la Guemara dans Yevamoth écrit que c’est un des signes de judaïté car inversement, son contraire est très répandu dans les nations du monde. La raison est simple, le peuple juif en acceptant la Tora a reçu sur lui le joug de la Tora: l’acceptation de la royauté divine au quotidien. En effet, la première des actions qu’un homme fait à son levé du lit sera de dire : « Merci à Toi –Hachem- de m’avoir rendu l’âme… » et la dernière Mitsva à la fin de la journée sera de dire la lecture du Chema’ Israël (c’est un témoignage de l’unicité de Hachem et de Sa grandeur). Il semble bien que cette vertu est le point de friction majeur qu’existe entre le peuple juif (en particulier les religieux) et le reste  du monde. En effet, les nations considèrent que la vraie réussite d’un homme se trouve dans le retentissement : les grands exploits, la conquête de l’espace, la richesse, la science etc… Or notre sainte Tora nous enseigne le contraire ! La Michna dans Pirké Avoth enseigne : « Qui est fort : celui qui est maître de ses passions… ». C’est peut-être aussi ce qui apparait en filigrane comme enseignement de cette épidémie de corona qui secoue le monde depuis déjà quelques semaines. En effet, ce virus retourne le monde entier: il n’y a plus d’écoles, de facs, de réunions publiques ; les gens sont cloîtrés dans leurs maisons (et tapotent leur iphone à longueur de journée…) en attente de meilleures nouvelles. Or la personne dont l’apparat est un des sens de sa vie, avec  les sorties au restau, en boite de… , se voit obligée de rester cloitrée entre quatre murs durant 15 jours ! Que peut-on bien faire (à part avoir d’houleuses discussions avec son très proche entouragepeut-être que c’est justement le moment ou jamais de régler les petits différents avec son époux/se   afin d’arriver au vrai Chalom Bait) ? D’un seul coup la folie de la course à la réussite s’évapore, les plaisirs disparaissent, etc… Aujourd’hui, même si quelques restaux restaient ouverts : qui aurait le goût à sortir et faire de sympathiques rencontres ? Il suffit de rencontrer son ami de longue date qui ouvre grand la bouche pour bailler qu’on a des sueurs froides sur notre front déjà dégarni de toutes les nouvelles ! Les choses vont très vites, mais encore la semaine dernière –les télévisions israéliennes ont retransmis un programme très intéressant à la sortie du Chabbath (par souci de clarté vis à vis de mes lecteurs : j’ai la chance inouïe de ne pas avoir de TV à la maison ni d’autres gadgets qui  ressemblent a la TV). Il s’agissait d’un homme habillé tout en noir avec un grand chapeau de fourrure sur la tête (appelé Straïmmel). Il était accompagné de gens qui lui ressemblaient aussi, et il prit le micro devant tous les journalistes. Il annonça que le gouvernement de Bibi (jusqu’à aujourd’hui en place) avait décrété de fermer tous les centres commerciaux, ciné, pubs et lieux d’attroupement depuis Elat jusqu’à Haïfa en passant par Tel Aviv. Or, personne n’a élevé un mot de protestation contre ces mesures à la « Ayatollah… » version Méa Chéarim ! Et pour cause : la personne qui a pris la parole n’était autre que le ministre (encore en place) de la santé d’Israël (un bon juif religieux ‘Hassid de Gour qui mange le Gifeltéfish le vendredi soir!). Pour quelles raisons personne n’a contesté ces décisions ? La réponse –qui fera réfléchir nos lecteurs- c’est qu’Hachem montre ces derniers temps une infime partie de Ses capacités à réveiller le monde ! Donc lorsque le ministre de la Santé (qu’il soit en bonne santé !) prend les mesures que dorénavant il faudra faire attention de ne pas se toucher, de rester à plus de deux mètres l’un de l’autre (afin d’éviter la propagation de l’épidémie, que Hachem nous en garde !), n’est-ce pas que cela ressemble étrangement à la manière de vie juive orthodoxe ? Car, fermer les lieux de rencontre entre hommes et femmes, ne pas embrasser sa cousine ou éviter les débordements de sympathie avec sa jeune secrétaire -alors qu’on est déjà marié depuis 20 ans avec des petits enfants… c’est très proche de ce que la Tora exige de la part de chacun et ce, depuis 3000 ans ! A savoir, si corona ne fait pas passer toute la population israélienne libérale (et peut-être du monde entier) à devenir orthodoxe sans le savoir (comme disait Molière: « mais monsieur … vous faites de la prose ! ») ?  De plus, le virus a pour nom corona qui veut dire couronne (car il a la forme d’une couronne). Question à mille dollars : qui est le Roi sur terre ? Autre allusion très intéressante : c’est que le Chabbath à venir les villes ouvertes du pays vont toutes respecter le saint Chabbath : pas de bus, ni de voiture (tout est fermé) si ce n’est profiter de sa table du Chabbath avec sa famille, n’est ce pas formidable ? D’autre part, la racine de toute cette grande épidémie provient d’une région du monde qui  croit dans toutes sortes d’idolâtries et Hachem hait l’idolâtrie (même pour les non-juifs, car nous sommes tous  des hommes créés à l’image de D’ !). Donc Hachem vient dévoiler une toute petite partie de sa puissance ! Le saint Hafets Haïm avait écrit une lettre à son époque dans les années 20 car il avait eu vent de catastrophes (tremblements de terre) qui avaient secoué  le grand orient … Il avait exhorté ses frères de Pologne et de Lithuanie de faire techouva : repentir. Et d’expliquer que tous les évènements qui existent sur terre sont fait pour que notre peuple se tourne vers D’ et abandonne la voie de l’assilmation. En effet, qui –à part notre peuple- voit la main de Hachem dans ces événements (et pour vous faire réfléchir que cette fois c’est du très sérieux, un ami m’a dit que le pape de Rome avait déclaré publiquement que les Juifs seraient épargnés car ils respectent le Chabbath ! Alors si son excellence el papa (en italien) reconnait l’importance du Chabbath, alors pourquoi existe t-il encore de nos frères qui ont certaines réticences à passer un moment d’élévation spirituelle magnifique ?!  C’est peut-être le moment –ou jamais!- de passer le Chabbath à venir dans les règles de la Halakha : qu’en dites vous ?) ! Et je tiens à faire partager un scoop, c’est le Midrach dans Chir Hachirim (sur le Cantique des Cantiques 2° chapitre) où il est écrit qu’à l’approche du dévoilement du Messie viendra une grande épidémie qui anéantira les mécréants du monde (donc l’épidémie n’est pas dirigée contre notre peuple mais contre tous les sceptiques qui peuplent ce monde afin qu’ils fassent un vrai repentir !) ! D’un côté la peur est grande, mais de l’autre c’est de savoir que la bonté de Hachem est sans limite : « Bon est D’ pour tout celui qui s’appuie sur Lui entièrement ! » Le roi David disait : « Même si je marche dans les ténèbres, je ne trébucherais pas car Tu es à mes côtés ! » Et si mes lecteurs disent : oui, c’est bon pour les Collelman d’Elad et les résidents de Bené Braq!… La réponse est que Hachem attend de tout un chacun qu’il se rapproche de Lui ! Peu importe qu’il habite Paris, New York ou Jérusalem/Méa Chéarim! Et à plus forte raison  la prière des pères et mères de famille sera sincère pour la sauvegarde de leurs proches ! Seulement, les Rabanim d’Israël ont souligné l’importance de bien faire les bénédictions avant de se nourrir ou de boire. A l’époque du roi David, une grave épidémie sévit, alors le roi David a demandé au peuple de faire 100 bénédictions par jour pour arrêter le fléau !

LIRE  Se rendre à la synagogue pour entendre la lecture de la meguila ?

L’histoire (en 2 parties)

Cette semaine on commencera une histoire véridique (et pour tous ceux qui ont beaucoup de temps devant eux, ils pourront recevoir le fruit de notre travail en envoyant un mail agréable à ma mère –qu’elle soit en bonne santé- au sylvia.gold@gmail.com et certainement qu’elle vous enverra les derniers feuillets). Notre histoire nous fera traverser les océans (à l’époque on pouvait prendre l’avion sans problèmes…) il y a une vingtaine d’années. Il s’agit d’un homme qui a été élu l’homme de l’année d’une université américaine. Cet homme d’affaire est propriétaire d’une chaine de 800 restaurants qui s’étend sur toute l’Amérique. Or cet homme riche, faisant parti de la communauté avait été choisi par le jury, car il existait une chose toute particulière parmi les milliers de salariés de sa chaine de restauration. Tous les travailleurs adoraient leur patron ! Lors de la  remise des prix, les professeurs de l’université ont eu une très intéressante discussion avec cet homme. Ils lui demandèrent : quel est le secret de votre réussite, n’est ce pas  votre sens aigu du commerce grâce à vos racine juives ? (Ndr : Cela s’appelle faire de l’antisémitisme sans le savoir : comme quoi c’est une maladie qui est encore plus transmissible que le corona !…). ET notre homme racontera : « C’est vrai, il y a 20 ans  j’étais un vrai requin dans le monde du travail : je voulais réussir à tout prix ! Or j’ai fait un voyage en terre sainte qui m’a changé du tout au tout ! On a fait alors un superbe tour en terre d’Israël et à un moment notre responsable nous a prévenus d’une visite toute inhabituelle, celle de la Yechiva de Mir à Jérusalem. C’était la première fois de ma vie que je voyais un spectacle si particulier ; des milliers d’élèves (Avrékhim) qui étaient assis dans tous les coins de plusieurs Beth Hamidrach et qui discutaient âprement pour comprendre un texte difficile en langue araméenne… J’étais suffoqué de voir tant de monde sur une surface si petite, où chaque binôme d’étude écoutait attentivement les paroles de son ami alors que le brouhaha était grand dans tout le Beth Hamidrach ! Le clou de la visite sera la rencontre avec le Roch Yechiva, rabbi Nathan Tsvi Finkel zatsal. Notre groupe le rencontra dans une pièce attenante au Beth Hamidrach. C’était un homme âgé mais aimé et respecté de tous… La suite la semaine prochaine, si D’ veut !

LIRE  La loi interdisant l’abattage rituel entre en vigueur en Belgique

Coin Hala’ha: Le rav Kaniévski chelita a écrit une lettre dans laquelle il demande de se renforcer dans la pratique du Chemirat Halachon: garder sa langue de dire du mal (ce qui inclue aussi les envois en WatsApp) donc on suivra le mouvement. Le roi David écrit: « Qui aime la vie et les jours qui passent? L’homme qui garde sa parole de dire du mal… » Le saint Hafets Haim demande pour quelle raison c’est cette mitsva qui a été choisi par David pour mériter de ce monde-ci et du monde à venir. Une des réponses qu’il donne sera à partir du saint Zohar. Il écrit que de la manière dont un homme se comporte sur terre, pareillement des cieux on se comportera avec lui. Donc lorsqu’un homme fait du colportage sur son ami, automatiquement dans les cieux il éveillera le même phénomène qui amènera une accusation contre lui et le Clall Israël. Inversement, lorsque l’homme agira avec mansuétude vis-à-vis de son ami, des cieux Hachem sera moins regardant vis à vis des fautes de l’homme ! Donc dans ces journées toutes particulières, on fera attention de ne pas colporter de mauvaises choses sur notre ami, et le ‘Hidouch c’est même si l’information est juste, on ne pourra pas dire une parole rabaissante ou dénigrante.

Chabat Chalom et on espère que toutes ces paroles de Tora apporteront du COURAGE pour tout le Clall Israël. Qu’on entende que de très bonne nouvelles de Tsion et de toute la communauté juive: où qu’elle se trouve ! A la semaine prochaine si D’ le veut 

LIRE  Rav Ruza : NON AU TRANSFERT FUNERAIRE VERS ISRAEL DU MOTSAE CHABBATH

  David Gold tel 00972 55 677 87 47

Chacun fera comme il l’entends et le comprend, mais un rav de Jérusalem (le Tsadik et Talmid ‘Haham rav Moutsafi chlita) a dit dans son cours hebdomadaire de prendre une demi cuillère de cannelle, de clous de girofles, de gingembre et uniquement pour le gout du « Hell » (épice qui est mélangé dans le café-turque) ; broyer bien tous ces ingrédients puis verser de l’eau bouillante en remuant très fort la potion. Attendre 2 minutes et boire… Le rav a dit que c’est une antidote formidable contre tout rhume et… le corona!!!

On souhaitera une bénédiction de bonne santé à Frédéric Encel et à son épouse ainsi que les enfants pour son aide à la parution – si D’ le veut -de notre livre :  compilation de la première année.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire