Passer par 8 camps de concentration, et mourir à 94 ans !

0
971

L’un des rescapés de la Shoah des plus célèbres est ‘Hayim Ferster, un Juif anglais, décédé voici quelques jours à l’âge de 94 ans. Il est passé par huit camps différents, et en est sorti vivant, avec l’aide de D’.

Depuis lors, il a donné beaucoup de conférences pour raconter son trajet surprenant…

Il est passé ainsi dans divers camps, dont Auschwitz Birkenau pour, en fin de période, être libéré à Buchenwald.

Il est né en Pologne, à Sosnowiec. Il avait 17 ans quand la Shoah a éclaté. En 1942, son père est décédé d’une pneumonie, et sa mère, ainsi que sa sœur, ont été pris de chez eux par les nazis. Elles ont « disparu ». Lui-même est parvenu à s’enfuir, mais un an plus tard il est pris par les nazis et parqué dans un ghetto situé à proximité de sa ville natale. A partir de ce moment, il passera par 8 camps de la mort, non sans qu’un proche ne lui apprenne comment réparer des machines à coudre, ce qui le rendit « utile » à la patrie, et lui permit de survivre aux chambres à gaz.

Après sa libération en 1946, il s’installa en Angleterre, à Manchester, où il a vécu jusqu’à sa disparition voici quelques semaines.

Dans les premières années, il ne parvint pas à parler de ce qu’il avait vécu – comme nombre d’autres rescapés de la Shoah. Mais à la fin des années 70, il fit part à ses proches de ce qu’il avait connu, et depuis lors, il se consacra à faire connaitre les affres de cette période au public. Il parcourut les écoles dans ce but, au point que les officiels lui accordèrent la médaille de l’Empire anglais à ce titre.

LIRE  Internement des Juifs en 43 : Asco, le village qui a dit non

« Les nazis arrivèrent rapidement à Sosnowiec (200.000 habitants de nos jours). Ils ont rassemblé les dirigeants juifs de la ville et les descendirent sans autre forme de procès. Dans les ghettos, c’était la faim et les maladies. Nous recevions des bons pour achat de nourriture, mais il n’y en avait pas. » Dans les camps, « les conditions étaient terribles, faisant que nombre d’entre nous moururent. Il faisait très froid, -26°. Les soldats nous frappaient et nous criaient dessus, car nous ne marchions pas assez vite. Nombre de Juifs ne tinrent pas le coup, et moururent. »

Il a encore donné une conférence devant des écoliers quelques jours avant sa mort.

 

 

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire