Philippe Val, sa vie quotidienne sous la menace des islamistes

0
403
PREMIUMEXCLUSIF – Ciblé par Al-Qaida, protégé par la police 24 heures sur 24, Philippe Val, ancien directeur de Charlie Hebdo, raconte son enfer. Un récit glaçant à découvrir dans le Journal du Dimanche.

Philippe Val, chez lui à Paris (Eric Dessons/JDD)
« En France, en 2019, on peut vivre dans la peur parce qu’on défend ses idées », écrit Hervé Gattegno dans son éditorial du JDD, qui publie ce dimanche le récit de Philippe Val, qui vit au quotidien sous la menace islamiste. Il poursuit : « Courir le risque d’être assassiné pour ne pas renoncer à ses convictions. En 2015, la tuerie de Charlie Hebdo nous l’a appris, dans le sang. On l’avait oublié? Impossible. On s’y est habitué? On a eu tort. Que les terroristes échouent toujours à nous faire plier parce que la résilience des démocraties est plus forte qu’ils ne soupçonnent, c’est heureux. Mais à s’accoutumer des oppressions silencieuses qu’ils laissent derrière eux, ne leur cède-t-on pas malgré tout une part de la victoire?

Philippe Val n’était plus le directeur de Charlie quand les sinistres frères Kouachi ont surgi pour venger le dieu qu’il prétendaient servir. Mais il était de ceux qui, dix ans plus tôt, avaient choisi de publier les caricatures que les islamistes jugeaient impies. Tel Salman Rushdie, condamné il y a trente ans à vivre caché pour avoir moqué un mollah, son crime est d’avoir poursuivi depuis lors le combat pour les mots, les dessins, le rire, tout ce qui forge la liberté d’expression. La dérision contre la déraison. La fermeté contre la fermeture. L’esprit des Lumières contre la folie de l’obscurantisme.

LIRE  Israël: une victime d'une attaque à la roquette en novembre est décédée

Tout ce qu’il dit n’est pas parole d’Évangile mais il a le droit de le dire sans être voué à l’enfer, et sans risquer sa peau. Philippe Val ne veut pas se faire plaindre, il veut nous alerter. Son témoignage place sous nos yeux la lâche acceptation de ce qui est inacceptable ; c’est pourquoi il est glaçant. Il nous rappelle aussi qu’à travers le monde et jusque dans les rues de France, la haine des autres gagne chaque jour du terrain ; c’est pourquoi il est brûlant. »…

Vous avez lu 10% de cet article.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire